LE DIRECT
SÉRIE

Béatrice Dalle : "Paradoxe mon amour"

5 ÉPISODES (NON DISPONIBLES POUR LE MOMENT)
« Paradoxe mon amour », c’est ainsi que l’appelait son ami, son frère de cœur, Guillaume Depardieu, dont elle dit qu’elle ne peut se faire à l’idée qu’il n’existe plus sur toute la planète une seule cellule de Guillaume quelque part. Ce mot, « paradoxe », dont l’étymologie grecque...
À retrouver dans l'émission
À propos de la série

« Paradoxe mon amour », c’est ainsi que l’appelait son ami, son frère de cœur, Guillaume Depardieu, dont elle dit qu’elle ne peut se faire à l’idée qu’il n’existe plus sur toute la planète une seule cellule de Guillaume quelque part. Ce mot, « paradoxe », dont l’étymologie grecque pará dóxa signifie littéralement « opinion contre », et par extension, contre la dóxa, l’opinion établie, semble en effet lui aller comme un gant : gant ou mitaine de cuir noir clouté – évidemment –, chinée au hasard d’une fripe ou griffée Saint Laurent, révélant sur sa main diaphane la blancheur spectrale d’une peau, qui a toujours préféré la danse des ombres à la lumière écrasante des beaux jours. Ses nuits, Béatrice Dalle les passe volontiers seule chez elle, dans cet antre où n’entre personne, seule ou avec Mozart ou Vivaldi entre les oreilles, le volume poussé à son paroxysme. 

Si elle prétend n’avoir jamais ouvert un livre hormis ceux du Divin Marquis à l’adolescence, elle confesse pourtant ne s’être jamais sentie aussi vivante qu’en lisant à voix haute les mots de Pier Paolo Pasolini, ceux d’Antonin Artaud ou de son « Saint Genet », comme on égrènerait pour une prière païenne un mystérieux chapelet. Mais encore lui faut-il un destinataire ; car si beaux, si forts soient les mots, ils n’ont de sens pour elle que s’ils sont busà la même coupe, au même calice, partagés. Et n’est-ce pas précisément le propre d’une actrice, que de proférer les mots des autres pour pouvoir toucher l’autre à son tour ?

Actrice, elle l’est sans doute depuis toujours, même si elle dit n’avoir jamais joué – ou alors, peut-être, avec le feu ? 

Quand on lui parle de rôles de composition, notamment à propos de son personnage d’amoureuse cannibale dans le film de Claire Denis Trouble Every Day, elle répond qu’il n’est nul besoin de composer pour incarner l’amour fou, la passion, la poésie d’une relation…

Philippe Bresson

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......