LE DIRECT
12/12/2015, LE BOURGET, FRANCE - Christiana Figueres (C-R), secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et le président français François Hollande (C-L) s'embrassent, à l'issue de la COP21.
12/12/2015, LE BOURGET, FRANCE - Christiana Figueres (C-R), secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et le président français François Hollande (C-L) s'embrassent, à l'issue de la COP21. Crédits : FRANCOIS GUILLOT - AFP
12/12/2015, LE BOURGET, FRANCE - Christiana Figueres (C-R), secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et le président français François Hollande (C-L) s'embrassent, à l'issue de la COP21.
12/12/2015, LE BOURGET, FRANCE - Christiana Figueres (C-R), secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et le président français François Hollande (C-L) s'embrassent, à l'issue de la COP21.
12/12/2015, LE BOURGET, FRANCE - Christiana Figueres (C-R), secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), et le président français François Hollande (C-L) s'embrassent, à l'issue de la COP21. Crédits : FRANCOIS GUILLOT - AFP

Cinq ans après l’accord de Paris, grand bond ou grand bluff ?

4 ÉPISODES (4 DISPONIBLES)
Chine, Etats-Unis, Russie, Union européenne : quelle est la réalité, cinq ans après la COP21, de la transition écologique de ces grandes puissances ? Quatre études de cas, entre engagement et opportunisme, volonté politique et conservatisme économique.
À retrouver dans l'émission
Tous les Épisodes
58 min
LE 07/12/2020

Trois jours après la sortie des Etats-Unis de l’Accord de Paris, Joe Biden - qui a promis de le réintégrer dès le début de son mandat - est élu. Mais derrière...

58 min
LE 08/12/2020

A la surprise générale, la Chine a annoncé en septembre son objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2060 : un volontarisme qui montre à quel point...

57 min
LE 09/12/2020

Le Pacte vert européen et sa mise en application augurent-t-il vraiment d’une transformation radicale de nos économies ? Derrière les discours, un enjeu...

58 min
LE 10/12/2020

Le pouvoir russe tient un discours plus qu'ambivalent concernant le changement climatique, préférant appeler à s’y adapter. Comment expliquer le discours...

À propos de la série

Le 12 décembre 2015, les 195 délégations nationales présentes à la COP21 signaient l’Accord de Paris sur le climat, prévoyant de maintenir le réchauffement de la planète « nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels ». Cinq ans plus tard, alors que cet objectif relativement flou et le retrait des Etats-Unis à la suite de l’élection de Trump laissaient craindre une absence de réelle mobilisation pour la mise en oeuvre du texte, nous assistons, aujourd'hui à un nouvel élan de volontarisme. 

John Kerry, le signataire américain de 2015, s’apprête à revenir aux affaires au sein du gouvernement du président-élu Joe Biden, qui a promis de réintégrer l’accord dès son entrée à la Maison Blanche. De son côté, la Chine a surpris tout le monde en annonçant, fin septembre, se fixer pour objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2060, tandis que l’UE revoyait à la hausse, quelques jours plus tôt, les ambitions de son Green Deal. Même la Russie, d’ordinaire attentiste sur la question, semble prête à se lancer dans la course au climat. 

Mais derrière cet affichage, quelle est la réalité de la transition écologique de ces grandes puissances ? Quatre études de cas, entre engagement et opportunisme, volonté politique et conservatisme économique. 

À venir dans ... secondes ...par......