LE DIRECT
À retrouver dans l'émission
A voix nue
Jean-Pierre Chevènement en 2019
SÉRIE

Jean-Pierre Chevènement, un républicain ombrageux

5 ÉPISODE(S) (5 DISPONIBLE(S))
Une série d’entretiens produite par Gérard Courtois, réalisée par Marie Plaçais. Depuis un demi-siècle, Jean-Pierre Chevènement a été l’une des voix et des personnalités les plus singulières de la vie politique française. Allié exigeant de François Mitterrand, il aura été l’un...
Jean-Pierre Chevènement en 2019
Tous les Épisodes
31 min
LE 23/03/2020

Dans le premier épisode de cette série de 5 entretiens, Jean-Pierre Chevènement évoque son enfance pendant la guerre, sa famille d’instituteurs, ses études...

30 min
LE 24/03/2020

De l’adhésion au Parti socialiste à la victoire de François Mitterrand en passant par le congrès d’Epinay, Jean-Pierre Chevènement retrace la longue marche...

30 min
LE 25/03/2020

Jean-Pierre Chevènement est homme de convictions : son désaccord est fondamental avec le grand dessein européen de Mitterrand. A ses yeux, cette Europe...

30 min
LE 26/03/2020

Jean-Pierre Chevènement revient au premier plan en 1988 (à la défense) puis en 1997, à l’intérieur dans le gouvernement de gauche plurielle. Un an plus...

30 min
LE 27/03/2020

Candidat à l’élection présidentielle de 2002, Jean-Pierre Chevènement veut faire " turbuler le système " des partis qu’il juge obsolète. Ce big bang dont...

À propos de la série

Une série d’entretiens produite par Gérard Courtois, réalisée par Marie Plaçais.

Depuis un demi-siècle, Jean-Pierre Chevènement a été l’une des voix et des personnalités les plus singulières de la vie politique française. Allié exigeant de François Mitterrand, il aura été l’un des principaux acteurs de la reconstruction du Parti socialiste et de l’aventure de l’union de la gauche dans les années 1970. 

Après la victoire de 1981, il sera un ministre entreprenant à la Recherche, l’Industrie, l’Education Nationale, la Défense, enfin l’Intérieur. 

Mais il démissionnera à trois reprises et se présentera à l’élection présidentielle de 2002 pour défendre ses convictions républicaines contre les "renoncements" ou les "impasses" de la gauche au pouvoir, notamment sur la politique européenne. 

A ses yeux, la force des idées est le moteur de la politique, c’est-à-dire de l’histoire en train de se faire. Faire avancer l’histoire aura été son ambition constante, sans souci des conforts de carrière et sans crainte des marginalités passagères.

À venir dansDans    secondess

full_screenCreated with Sketch.