LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestation, mouvement Metoo, Nantes, 10 juillet 2020.

La réalité en littérature à l'époque de MeToo

43 min
À retrouver dans l'émission

Après les polémiques suite aux nouvelles lectures des textes d'André Chenier et de Gabriel Matzneff, Hélène Merlin-Kajman analyse les manières d'appréhender les œuvres littéraires. Elle évoque la lecture qui "nous libère et nous lie".

Manifestation, mouvement Metoo, Nantes, 10 juillet 2020.
Manifestation, mouvement Metoo, Nantes, 10 juillet 2020. Crédits : LOIC VENANCE / AFP - AFP

Depuis le début du mouvement MeToo, le milieu de la culture se voit sommé non seulement de faire son autocritique sociale, mais aussi de porter un regard différent sur les œuvres qu’il produit et sur leur rapport à la réalité. 

Dans la littérature, le débat s’est fait particulièrement brûlant au début de cette année avec la sortie du livre de Vanessa Springora Le Consentement et ce que l’on a appelé l’affaire Matzneff dont cette émission s’est d’ailleurs fait l’écho. L’entre-soi littéraire et l’aveuglement ont été dénoncé non seulement en France mais aussi dans les colonnes du New York Times, qui y revient d’ailleurs cette semaine dans un article au vitriol sur les prix littéraires.

Moins visible, un autre débat s’est fait jour dans le sillage de MeToo dans le milieu universitaire, en 2017 avec ce que l’affaire Chénier, c’est-à-dire la mise au programme de l’agrégation d’un poème d’André Chénier, L’Oaristys, vite dénoncé comme une apologie du viol dans une lettre ouverte. L’affaire a pris une tournure polémique quand l’essayiste Hélène Merlin-Kajman a quant à elle critiqué cette lettre ouverte et s’est retrouvé la cible d’un texte critique l’accusant de complaisance. 

Cet automne, Hélène Merlin-Kajman publie La littérature à l’heure de MeToo, qui fait le point à la fois sur l’affaire Chénier, sur l’affaire Matzneff et sur les critiques dont elle a fait l’objet. Un livre qui permet à Signes des Temps de revenir sur ces questions non plus dans le feu de la polémique mais pour aborder des questions de fond.

L'activité critique, comment lire un texte littéraire ?

Hélène Merlin-Kajman et Lise Wajeman reviennent sur la représentation ou non-représentation d'un viol dans un texte littéraire.

J'aimerais vous demander ce que cela ouvre comme possibilité interprétative que de désigner le fait qu'on puisse le lire comme un viol ? Lise Wajeman

Il n'y a pas de représentation dans ce poème. [...] C'est un dialogue fictif. Que des lecteurs et lectrices reçoivent ce texte de façon affectivement et émotionnellement très forte comme l'événement d'un viol, c'est vraiment quelque chose auquel j'ai essayé de faire droit. [...] Effectivement, c'est un texte phallocrate, il est écrit du lieu du désir masculin et d'une position discursive masculine. Hélène Merlin-Kajman

La violence du texte

Marc Weitzmann interroge ces "trigger warning" c'est-à-dire l'introduction d'une forme d'avertissement moral en amont des textes et particulièrement aux Etats-Unis. 

Un texte n'est pas le réel ! Tous les textes n'établissent pas des écarts de même nature entre ce qu'ils sont comme texte et la réalité à laquelle ils renvoient. N'oublions pas que dans les belles années de la modernité, était vraiment de la littérature, les textes qui n'y renvoyaient pas. Hélène Merlin-Kajman

Ce n'est pas la question de la référence, mais plutôt des effets sur les lecteurs. Lise Wajeman

Fiction et enjeux de la littérature contemporaine

Marc Weitzmann évoque une redéfinition d'une éthique de la littérature dans son rapport à la réalité.

Il n'y a que des fictions... et il y en au une à laquelle les gens aliénés à l'idéologie bourgeoise croient : c'est la pire ! Puisque c'est celle du roman naturaliste, réaliste, celle qui naturalise le réel. Comme cette fiction naturalise le réel, elle fabrique des gens aliénés à ce réel supposé. C'est la pire des fictions : celle qui est invisible. Hélène Merlin-Kajman

Plus personne ne croit à l'illusion réaliste. Lise Wajeman

Pour aller plus loin

L’Oaristys de André Chénier

Lettre ouverte des agrégatifs à propos de ce poème publié sur le site Les Salopettes

Texte d'Hélène Merlin-Kajman critiquant la lettre ouverte, publié sur son site Transitions

Texte collectif "Voir le Viol" attaquant Hélène Merlin-Kajman

"La Littérature à l’heure de #metoo", d’Hélène Merlin-Kajman : lecture croisée de l’"Oaristys" et du "Consentement", Le Monde, 19 novembre 2020.

Référence musicale

A History of Violence de Moriarty.

Intervenants
  • Professeur émérite de l’université Sorbonne Nouvelle, spécialiste de la littérature du XVIIe.
  • Maître de conférences en littérature comparée à l’université d’Aix-Marseille, critique littéraire pour Mediapart.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......