LE DIRECT
un policier contrôle, le 10 mai 1986, le niveau de radioactivité de véhicules quittant la zone interdite de 30 km autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl, quelques jours après l'explosion du réacteur No 4 de l'installation, le 26 avril 1986

La série Chernobyl : pourquoi un tel succès ?

46 min
À retrouver dans l'émission

Mensonges d'État, rapport au temps, état d'effondrement permanent, extension du règne des sciences et de la technique : autant de thèmes qui expliquent le succès de la série Chernobyl produite par HBO.

un policier contrôle, le 10 mai 1986, le niveau de radioactivité de véhicules quittant la zone interdite de 30 km autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl, quelques jours après l'explosion du réacteur No 4 de l'installation, le 26 avril 1986
un policier contrôle, le 10 mai 1986, le niveau de radioactivité de véhicules quittant la zone interdite de 30 km autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl, quelques jours après l'explosion du réacteur No 4 de l'installation, le 26 avril 1986 Crédits : STF/AFP - AFP

Le 26 avril 1986, l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine devenait la première catastrophe officielle de l’ère atomique. 

33 ans et une autre catastrophe plus tard, celle de Fukushima, une mini-série baptisée Chernobyl (la première fiction à essayer de raconter ce qui s’est produit), devient en 5 épisodes seulement un phénomène politique et culturel mondial

Produite par HBO, la série Chernobyl recueille un indice de satisfaction de 9,7 sur sur la plate-forme Internet Movie Database (propriété d’Amazon), soit mieux que Breaking Bad (9,5), Game of Thrones (9,3) et Sur écoute (9,3).

Aux États-Unis, la série Chernobyl a réuni plus de 9 millions de téléspectateurs auxquels s’ajoutent 6,5 millions de visionnages à la demande sur les services de replay de HBO, dont 2,3 millions après la diffusion du dernier épisode, le 3 juin 2019.

En France, chez OCS : «Chernobyl signe la deuxième plus grosse performance d’audience d’une série HBO diffusée sur OCS, derrière Game of Thrones.»

Jusque-là connu pour des films comme Scary movie 3 et 4, Very Bad Trip 2 et 3 ou Le chasseur et La Reine des glaces, son réalisateur Craig Mazin est le premier surpris par ce succès. Il affirme avoir travaillé au scénario des années durant  en pensant que «Chernobyl ne serait pas une série pour le grand public.» 

En à peine un mois pourtant, Chernobyl a déjà fait bondir la demande touristique de visite de la partie décontaminée du site ukrainien de 35%. Les touristes ont envoyé tant de selfies sur les réseaux sociaux que Craig Mazin a publié un message le 12 juin dernier sur son compte Twitter, rappelant qu’ «une terrible tragédie a eu lieu» sur place et invitant à la décence.

Chernobyl a été qualifiée de «meilleure série de tous les temps». Le ministre russe de la culture Vladimir Medinski l’a jugée «magistrale» et a salué «son degré de réalisme». Mais d’autres média proches du Kremlin on dénoncé «une caricature», un «mensonge brillamment tourné». Et l’on apprend maintenant que la télévision d’État russe s’apprête à produire une contre-série sur le même sujet, complotiste cette fois, puisque s’agirait de mettre en lumière la responsabilité de la CIA dans le désastre. 

Pourquoi un tel succès pour la série Chernobyl ? Pour la dernière émission de sa première année, _Signes des Temp_s revient sur l’une des questions qui ont constitué l’un des fils rouges de cette première saison : à quelles peurs, à quelles fascinations, le récit de phénomènes hors normes fait-il écho ? Comment les raconter ? 

Référence musicale : Is what it is du groupe She Keeps Bees.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......