LE DIRECT
Des migrants à Calais, le 8 janvier 2019

Les récits des migrants : "croire à l'incroyable"

46 min
À retrouver dans l'émission

Marc Weitzmann interroge Smaïn Laacher et Alexis Nouss sur la condition des exilés qui cherchent l'asile, ces "êtres-frontières" qui doivent mettre en récit leurs vies pour convaincre les juges.

Des migrants à Calais, le 8 janvier 2019
Des migrants à Calais, le 8 janvier 2019 Crédits : Christopher Furlong - Getty

_La difficulté est de parler à la première personne du singulier, de singulariser le récit, de dire "je n'incarne pas une masse de persécutés". Le récit est un acte collectif. Le requérant se retrouve souvent devant un récit qu'on lui fabrique, qui n'est pas le sien.  _Smaïn Laacher

Ne crois pas impossible ce qui n’est qu’invraisemblable dit le personnage d’Isabella témoignant de son harcèlement sexuel dans la pièce de Shakespeare mesure pour mesure. Mark Twain, pour sa part, disait que la seule différence entre fiction et réalité, c’est que la fiction a besoin d’être crédible. Pour être convainquante. La fiction doit s’en tenir au vraisemblable, la réalité, non. C’est pourquoi la réalité est souvent plus étrange que la fiction.

Entre harcèlement dans les journaux de gauche, montée de l’antisémitisme, et conspirationnisme, les temps que nous traversons leur donnent certainement raison à Shakespeare et Mark Twain. Plus le monde autour de nous devient vrai, et moins il est vraisemblable, et plus nous nous demandons où nous vivons. Un sentiment d’étrangeté nous saisit comme si nous vivions en exil dans notre propre pays. 

Mais comment vivent, à côté de nous, les vrais exilés –ceux qui ont tout quitté pour venir ici et ont échoué à Calais ou Paris dans l’espoir d’y trouver de l’ordre, justement? Et comment reçoit-on leurs invraisemblances et leur sentiment d’étrangeté ?  

Dans « croire à l’incroyable », un essai-témoignage sorti chez Gallimard, le sociologue Smaïn Laacher raconte une expérience de cet ordre.  Comment, devenu  juge à la cour nationale du droit d’asile, il s’est retrouvé chargé d’évaluer la véracité des récits tous plus fous les uns que les autres, sur lesquels la cour devait baser sa décision d’accorder ou non l’asile politique. A travers une procédure juridique rationnelle, il a dû évaluer des situations extrêmes sans posséder aucun élément objectif sur ce qu’on lui racontait et de son degré de crédulité dépendait l’avenir de ceux qu’il avait devant lui.  Dilemme moral, dilemme narratif, et dilemme logique : Quand les furies du désordre international frappent à la porte jusqu’à quel point doit-on choisir d’y croire ? 

On est passé des grands récits que l'on connaissait (avec les réfugiés et les dissidents de l'URSS, des dictatures de l'Amérique latine) aux petits récits; c'est le drame migratoire contemporain. On ne sait pas qui est le sujet d'aujourd'hui. il faut écrit un récit. Ce qui est en jeu est de rendre partageable l'expérience du migrant. Alexis Nouss

Programmation sonore

- Aster Aweke : «  Y’Shebell »

- Leonard Cohen : « By the rivers dark »

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......