LE DIRECT
Notre-Dame pendant l'incendie du 15 avril 2019

L’imaginaire de Notre-Dame de Paris et la fabrique de l’identité française

45 min
À retrouver dans l'émission

Alors que la France et le monde pleurent les dommages causés par les flammes à Notre-Dame de Paris, "Signes des temps" s'intéresse aux multiples réinventions de la cathédrale, à ses légendes, au mythe réel qu'elle est devenu.

Notre-Dame pendant l'incendie du 15 avril 2019
Notre-Dame pendant l'incendie du 15 avril 2019 Crédits : Bertrand GUAY / AFP - AFP

"La France est foutue", pouvait-on lire sur Facebook au lendemain de l’incendie qui a ravagé une partie de Notre-Dame de Paris le 15 avril dernier "C’est la fin de la civilisation"; « Notre-Drame, titrait Libération le même jour tandis que dans le Figaro Fabrice Luchini s’écriait "Avec cet incendie, on pourrait presque penser à un signe", et qu’Arielle Dombasle se filmait sur Facebook en train de chanter l’Ave Maria. « Il faut parfois des tragédies pour sortir les peuples décadents de leur frilosité amnésique », a renchéri Yvan Rioufol dans Le Figaro vendredi dernier avant d’ajouter « l’occasion est donnée aux Français de retrouver le goût de la transmission et des racines. Rien n’est plus disruptif que de tenter d’être à nouveau à la hauteur des humbles bâtisseurs du Moyen-Age. » Va-t-on vraiment réapprendre l’art des bâtisseurs du Moyen-Age pour sauver la civilisation française ? Illuminée par les flammes de la cathédrale, la France se découvre depuis une semaine au miroir de  son Histoire ou plutôt du souvenir qu’elle en garde à travers les romans, les films, les photos qui ont fait de Notre-Dame de Paris un monument unique en son genre, mais quoi ? Y a-t-il vraiment des racines cachées sous notre Dame ou bien, comparée aux cathédrales de Chartres, de Reims ou de Strasbourg, Notre-Dame est-elle en fait un objet unique, où le souvenir de l’histoire réelle se mêle aux légendes et à la littérature pour fabriquer un monument à mi-chemin entre songe et architecture, un rêve de pierre exhibant l’histoire comme fiction nécessaire ?

Programmation sonore

- Georges Chelon : «  Hymne à la beauté »

- Hubert Félix Thiéfaine : « Trois  poèmes pour Annabell Lee »

Intervenants
  • Professeur à l'Université Paris Diderot
  • Professeur d'histoire de l'art contemporain à l'Université de Paris 10-Nanterre.
  • Historienne, directrice d'études à l'EHESS.
  • Titulaire d’une chaire de littérature française à l’Université de la Sarre depuis 2003 et Présidente de l’Université franco-allemande
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......