LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Cette photo prise le 24 août 2016 montre le "Mont Maudit" avec à l'arrière le Mont Blanc, le plus haut sommet des Alpes françaises, près de Chamonix.

Drames en montagne, de l'Everest à la haute Savoie

14 min
À retrouver dans l'émission

Après le décès d’Emmanuel Cauchy ce 2 avril dernier, retour sur les accidents survenus en montagne et sur les risques de la profession de guide de haute montagne, avec Bastien Soulé, enseignant-chercheur à l’Université de Lyon.

Cette photo prise le 24 août 2016 montre le "Mont Maudit" avec à l'arrière le Mont Blanc, le plus haut sommet des Alpes françaises, près de Chamonix.
Cette photo prise le 24 août 2016 montre le "Mont Maudit" avec à l'arrière le Mont Blanc, le plus haut sommet des Alpes françaises, près de Chamonix. Crédits : PHILIPPE DESMAZES - AFP

Emmanuel Cauchy, médecin urgentiste également guide de haute montagne, est mort le 2 avril dernier, emporté dans une avalanche alors qu’il évoluait dans le massif des Aiguilles Rouges à Chamonix avec un groupe de randonneurs à ski. Comme chaque saison, la montagne a beaucoup tué en France et ailleurs...

Retour sur les catastrophes survenues en haute montagne avec Bastien Soulé, Professeur des Universités, Enseignant-Chercheur à l'Université Claude Bernard Lyon 1, dirige le L-VIS, Laboratoire sur les Vulnérabilités et l’Innovation dans le Sport.

'Guide de haute montagne' est une profession très exposée, on a beaucoup de chiffres plus ou moins alarmants qui circulent. Ceux qui me paraissent les plus sérieux sont ceux issus d’une thèse de médecine récente qui évaluait le taux annuel de mortalité chez les guides de haute montagne à 4,35 pour mille guides. Pour comparer, on sait que dans la population masculine française, on est plutôt à 0,06 décès au travail par an pour mille personnes...

Chaque année, on a une stabilité du nombre de décès, une trentaine de personnes meurt dans une coulée d’avalanche en France, ce chiffre est stable depuis quarante ans, et si je dis que c’est rassurant c’est parce que finalement si à chaque fois ça reste dramatique, en fait le nombre de pratiquants de ski hors piste, snow board hors piste ou ski de randonnée a largement augmenté. On peut donc supposer que l’exposition a baissé.

Avec mon équipe on a réalisé un état des lieux qui montre deux choses marquantes et bien connues aujourd’hui dans le milieu de la montagne : le profil type de la victime d’alpinisme, c’est plutôt quelqu’un qui est aguerri, majoritairement des hommes issus des milieux de la montagne.          Aussi, même si bien sûr il y a des dangers objectifs, on se rend compte aussi qu’il y a beaucoup d’accidents qui se produisent sur des passages relativement « faciles » à des moments où on peut supposer qu’après avoir surmonté une difficulté spécifique, il y a un relâchement.

"Superfail", à découvrir chaque lundi

"Superfail" est notre nouveau podcast "natif", né comme podcast et originaire du numérique, sans passer d’abord par l’antenne hertzienne. C’est Guillaume Erner, le producteur des Matins de France Culture, qui se lance sur cette nouvelle "antenne" numérique : chaque lundi, retrouvez une histoire d'échec, de fail, décryptée avec un invité. Un nouveau programme à part entière à écouter à votre rythme, quand vous le désirez. Et qui a pour ambition d'explorer les possibilités offertes par le média, en termes de ton, d'écriture, de durée...Retrouvez l'intégralité des épisodes de Superfail

Pour vous abonner au podcast

Pour Android et autres applications : abonnez-vous avec le fil RSS (sur téléphone Android et autres applications)  Sur iTunes et téléphones Apple : abonnez-vous avec ce lien

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......