LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le procès d'Elizabeth Holmes a débuté. Le procureur a dressé la liste de tous ceux que l'entrepreneure aurait trompés, sous couvert de révolutionner la santé.

Theranos : des tests sang pour sang bidons

14 min
À retrouver dans l'émission

Elizabeth Holmes, fondatrice de l'entreprise Theranos était devenue une star de la Silicon Valley : elle disait avoir révolutionné le secteur de la santé en simplifiant les test sanguins. Elle comparaît aujourd'hui devant le tribunal de San José pour fraude, et risque jusqu'à 20 ans de prison.

Le procès d'Elizabeth Holmes a débuté. Le procureur a dressé la liste de tous ceux que l'entrepreneure aurait trompés, sous couvert de révolutionner la santé.
Le procès d'Elizabeth Holmes a débuté. Le procureur a dressé la liste de tous ceux que l'entrepreneure aurait trompés, sous couvert de révolutionner la santé. Crédits : NICK OTTO - AFP

C’est l’histoire folle d’une femme, très jeune, et très ambitieuse, qui promettait de révolutionner les analyses de sang – une seule goutte de sang et des centaines d’analyse vous seraient délivrées en quelques heures. Autant dire que 100 % de la population humaine était concernée. Cela a permis à cette jeune fille, dénommée Elisabeth Holmes de devenir la plus jeune milliardaire de tous les temps (milliardaire non héritière). En 2015, elle avait 31 ans et pesait 4,5 milliards de dollars. Oui mais voilà, aujourd'hui Elisabeth Holmes a quitté la rubrique réussite des journaux, pour la chronique judiciaire. Son procès vient de s’ouvrir et elle est  accusée d’escroquerie. Comment cette femme a-t-elle pu abuser la fine fleur de la finance américaine, le monde des start-up, et un aréopage de noms ronflants allant de Henry Kissinger à un certain Joe Biden ? C'est ce que nous explorons avec Erwan Martin, spécialiste en biotechnologies et Clément Perruche, journaliste aux Echos.

Révolutionner la santé : un projet vertueux et prometteur

L'entreprise Theranos - contraction de « Therapy » et de «  Diagnosis  » - est fondée en 2003 par Elizabeth Holmes . La fondatrice âgée alors de 19 ans et tout juste sortie de l'université de Stanford où elle étudiait la chimie, a une idée novatrice : mettre au point une machine qui permettrait de réaliser des centaines de diagnostics à partir d'une seule goutte de sang. Cette technologie devait révolutionner le secteur de la santé, et rapidement, les investisseurs affluent : en 2014, Theranos est valorisée à hauteur de 9 milliards de dollars. Pour comprendre ce succès fulgurant, il faut s'intéresser au secteur des biotechnologies :

Pour beaucoup de ces entreprises dans le domaine des sciences de la vie et dans le domaine des technologies médicales, ce sont des technologies qui sont forcément pointues, qui peuvent être très compliquées, très sophistiquées et pour lesquelles si on n'est pas un expert du domaine (...) on ne va pas comprendre dans le détail ces technologies. Et donc pour pouvoir évaluer la valeur d'un investissement on va s'en remettre à des critères un peu indirects : par exemple la personnalité du dirigeant. Erwan Martin, spécialiste en biotechnologie 

Et dans le cas de Théranos, le charisme de sa fondatrice semble avoir joué un rôle déterminant.  Par ailleurs, la nature présumée désintéressée de son projet entrepreunarial agissait également comme un indicateur positif : 

Une des choses qui est intéressante avec Elizabeth Holmes, c'est qu'elle a importé dans le domaine de la biotech et des technologies biomédicales, des manières de faire qui viennent plutôt du monde de la technologie, d'internet et de l'informatique. Elle a basé une grande partie de son discours non pas sur des données scientifiques (...), mais sur un discours très charismatique et messianique. Erwan Martin, spécialiste en biotechnologie

La technologie Theranos : des appareils qui ne marchaient pas 

Projet désintéressé pour sauver l’humanité, vision messianique qui vise à révolutionner le secteur de la technologie médicale... Finalement, l’entreprise Theranos n’aura rien été de tout cela. L’appareil Edison, développé par l’entreprise et censé délivrer des centaines d’analyse à partir d’une goutte de sang, ne fonctionnait tout simplement pas. Conséquence : de nombreux tests présentant de faux diagnostics ont été délivrés. Alors comment expliquer l'absence de régulation des autorités sanitaires américaines autour de la technologie de Theranos ? Aux Etats-Unis, les tests faits en laboratoires ne sont pas contrôlés par la FDA (Food and Drug Administration) mais par le CMS (Centers for Medicare and Medicaid Services), et ce détail change tout, selon Erwan Martin : 

Le CMS ne va pas forcément faire une vérification de l'efficacité et de la validité de chacun des tests mais il va plutôt s'assurer que les laboratoires qui les ont développés et qui les exploitent se conforment aux bonnes pratiques de la biologie médicale. Si bien qu'une bonne partie de ces tests sont auto-certifiés par ceux qui les ont développés. Erwan Martin, spécialiste en biotechnologie 

Comme souvent dans le secteur des entreprises innovantes, le scandale Theranos s'appuie sur un phénomène bien particulier : le FOMO : le "fear of missing out". 

C'est à dire la peur de passer à côté de quelque chose, la peur de passer à côté du prochain Google ou du prochain Facebook. Et évidemment aucun investisseur ne veut se dire, j'ai raté le train. Erwan Martin, spécialiste en biotechnologie 

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......