LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pages du manuscrit "Sidereus Nuncius", rédigé et publié par Galilée en 1610

Un faux livre de Galilée plus cher qu'un vrai !

14 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, Superfail évoque le succès d’un faux manuscrit de Galilée, apparu en 2005 sur le marché du livre rare. Comment le faussaire parvint-il à duper les plus grands experts en matière de bibliophilie ?

Pages du manuscrit "Sidereus Nuncius", rédigé et publié par Galilée en 1610
Pages du manuscrit "Sidereus Nuncius", rédigé et publié par Galilée en 1610 Crédits : Hulton Archive - Getty

Pour comprendre et analyser le parcours surprenant de ce faux manuscrit, nous nous sommes tournés vers le journaliste Pierre-Olivier François, réalisateur du documentaire Le faux manuscrit de Galilée, enquête sur une incroyable imposture. 

L’histoire du faux manuscrit de Galilée 

Tout débute en 1610, lorsque le mathématicien Galilée décide de retranscrire dans un manuscrit ses célèbres observations appuyant la thèse de l'héliocentrisme, qui auront un impact décisif sur l’évolution des sociétés européennes. 

Il rédige ainsi en quelques mois un livre contenant ses principales conclusions, qu’il tire à seulement 550 exemplaires. Aujourd’hui il n’en reste qu’une centaine, et les plus grandes bibliothèques du monde se les arrachent : 

Toutes les grandes bibliothèques du monde veulent l’avoir, et quand il y en a parfois un à vendre, il se vend cinq cent mille dollars ou un million de dollars en fonction de la qualité du livre. Pierre-Olivier François, réalisateur

En 2005, apparaît sur le marché un exemplaire très particulier de ce manuscrit, dans lequel l'on observe notamment que les gravures ont été remplacées par des aquarelles. Plusieurs éléments semblent indiquer que cet ouvrage est l’exemplaire personnel de Galilée, le « numéro zéro ». Le prix de l’ouvrage est estimé à environ dix millions de dollars.  

La découverte de l’imposture 

Le propriétaire de ce livre, un grand marchand New-Yorkais du nom de Martayan Lan, décide d’engager des procédures pour attester de la valeur de l’exemplaire : tous les éléments du livre sont étudiés scrupuleusement par des experts de différentes nationalités, et tous  corroborent la thèse d’un exemplaire inédit d’une grande valeur historiographique. 

Le doute surgit lorsqu’un jeune chercheur anglais, Nick Wilding, décide d’analyser le livre : quelques éléments lui paraissent suspects, notamment le tampon de la bibliothèque et la signature de Galilée qui ne semblent pas tout à fait conformes aux originaux. En s’intéressant de plus près à l’impression, le chercheur anglais prouve l’imposture : certaines tâches d’encre ne peuvent dater que de l’époque contemporaine. Pour Pierre-Olivier François, le fait que le faussaire connaisse bien le monde de la recherche, explique en grande partie le succès de son entreprise :  

Il connaissait extrêmement bien et Galilée, pour lequel il avait une vraie fascination, et il connaissait aussi bien le monde des universitaires et des chercheurs. Or il savait que s’il arrivait à faire croire son histoire – puisque c’est une très belle histoire – dans ce cas-là la fascination serait tellement forte, et l’envie que ce soit vrai serait tellement forte, qu’il avait une chance. 

Extraits : Le faux manuscrit de Galilée - enquête sur une incroyable imposture de Pierre Olivier François 

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......