LE DIRECT

Sur la route... des sangliers prolifères en Côte-d'Or

53 min
À retrouver dans l'émission

La proximité des hommes dénature l’animal disait Buffon au sujet des bêtes qui n’avaient (déjà) plus de « sauvages » que le nom.

Le sanglier qui a débarqué avant-hier dans les rues de Toulouse, pour voir le Capitole et bâfrer quelques Cachous, est sans doute parmi les plus téméraires de sa harde, mais il témoigne de ce que ce gibier court sur pattes a bien compris désormais : plus les hommes le laissent entrer dans leur espace familier et plus il se sent le droit de s’approcher encore plus près.

Les sangliers ont envahi toute la Gaule ou presque… Ils sont aujourd’hui près d’un million à gambader sur le territoire français, soit huit fois plus que dans les années 90... Et de piétiner allègrement les cultures de céréales! Et de se reproduire toujours plus vite, laissant perplexes les chasseurs qui se retrouvent parfois dans le rôle du gibier, comme ces chasseurs chassés en Moselle dimanche dernier par un sanglier blessé.

Ici en Côte-d'Or, la préfecture est en surchauffe. Les chasseurs réclament qu’on rétablisse leur droit de pratiquer l’agrainage, technique interdite ici il y a un an et qui consistant à nourrir les sangliers pour les attirer dans les forêts... Les agriculteurs s’y opposent, qui voient chaque année toujours plus de sangliers détruire leurs parcelles et effrayer leurs bêtes.

En reportage :

  • Dans l’exploitation de Yann Frelet , à Ste Seine l’Abbaye, où les sangliers aiment faire quelques virées nocturnes. Vaches affolées, cultures de céréales piétinées et englouties, Yann Frelet dit que son travail s’arrête contraint et forcé trois semaines par an, lors des périodes d’agrainage.

  • A la chasse aux sangliers avec Robert Nominé , à Savigny les Beaune. Censés "réguler" les populations de sangliers, les chasseurs les rencontrent de plus en plus rarement depuis l'interdiction de l'agrainage il y a un an (Rectificatif: contrairement à ce qui a été annoncé par erreur précédemment, Robert Nominé a lui aussi interrompu la pratique de l'agrainage depuis l'interdiction préfectorale ).

  • Dans le showroom d’un taxidermiste bourguignon, Johan Guinot . Ancien militaire, descendant direct d’une grande famille de chasseurs. Dans son atelier, les sangliers commencent une seconde vie…

En plateau : Philippe Salvadori , historien de la chasse et maître de conférences à l'université de Bourgogne, et Jean-Luc Iemmolo , directeur départemental des territoires à la préfecture de Côte d'or.

Au coeur de la dispute entre chasseurs et agriculteurs: la question de l'agrainage.
Au coeur de la dispute entre chasseurs et agriculteurs: la question de l'agrainage. Crédits : Radio France
Hier, avant la battue. Après six heures de traque, les chasseurs abattront trois sangliers.
Hier, avant la battue. Après six heures de traque, les chasseurs abattront trois sangliers. Crédits : J. Gacon - Radio France
Avant la chasse.
Avant la chasse. Crédits : J. Gacon - Radio France
Robert Nominé, président de la société de chasse de la forêt domaniale du grand Ha, près de Beaune.
Robert Nominé, président de la société de chasse de la forêt domaniale du grand Ha, près de Beaune. Crédits : J. Gacon - Radio France

jjjj

Johann Guinot, taxidermiste à Cessey-sur-Tille.
Johann Guinot, taxidermiste à Cessey-sur-Tille. Crédits : J. Gacon - Radio France
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......