LE DIRECT

Entre honte et fierté (3/4) : « Le département de la honte »

53 min
À retrouver dans l'émission

Un documentaire de Stéphane Bonnefoi et Véronique Vila

ourneur face à un taureau lors d'une Course camarguaise à Aimargues
ourneur face à un taureau lors d'une Course camarguaise à Aimargues

« Les cartouches tombaient au sol comme des mégots/ J’avais face à moi le résultat du discours du FN ».

Red’One, jeune étudiant et slameur, est l’une des victimes de la chasse à l’homme qui s’est déroulée à Aigues-Mortes le 4 août 2012, contre une bande de jeunes de ce village du sud gardois.

Le couple de tireurs est rapidement arrêté et le mari condamné à 4 ans de prison ferme. Mais le lendemain, la population locale se mobilise en faveur de William. Plus d’un millier de signatures sont collectées en quelques heures sur Facebook. La Ligue du Midi installe une immense banderole sur les remparts historiques de la cité fondée par Saint-Louis : « Libérez William ! ». On demande au député de la circonscription, l’avocat Gilbert Collard, de défendre les accusés. Le maire PS se tait, jugeant la situation « explosive »…

Le lendemain, à quelques kilomètres de là, au Cailar (Gard), une bande de jeunes hurlent dans les arènes à l’occasion d’une course camarguaise : « On n’a pas de bougnoules chez nous. On est des fachos ». La foule se tait, « de stupeur » ? s’interroge le quotidien local Midi-Libre .

Au premier tour des élections législatives, ces deux communes de la deuxième circonscription du Gard ont offert plus de 35% de leur voix au candidat du Front National Gilbert Collard (élu au second tour). Le Gard a été le seul département français à placer Marine le Pen en tête au premier tour de la présidentielle de 2012 (25,51%).

Devant cette flambée de violence, le Préfet du Gard a proposé en mars dernier une « Semaine de la fraternité ».

Dans la rue, le rejet de l’autre s’affiche au grand jour, particulièrement dans les communes de l’Est et du Sud du département (la Petite Camargue). Beaucaire, Vauvert, Saint-Gilles (qui fut la première commune FN de France), un territoire où le FN gardois entend rafler plusieurs villes lors des prochaines municipales.

Le discours du FN ici est un curieux mélange de populisme et de régionalisme puisant à la source du racialisme félibréen de Mistral et de Maurras. Il ne choque aujourd’hui plus personne, d’autant que les militants antiracistes ont déserté le terrain…

Il faut dire que le département s’illustre par d’autres mauvais chiffres : près de 15% de taux de chômage et le taux le plus haut de France de bénéficiaires du RSA (10% contre 6 en France).

Territoire aux traditions vivaces, il n’est sans doute pas hasardeux que des propos racistes surviennent aussi dans l’enceinte d’une arène, exutoire du ras-le-bol et haut lieu d’une tradition « bien de chez nous ».

Mais la course camarguaise reste une formidable école d’intégration chez les jeunes maghrébins de la région depuis les années 80, comme ce fut le cas autrefois pour les Espagnols et les Italiens. Ils raflent aujourd’hui les meilleures places du classement de cette discipline sportive fort populaire. Ce qui n’est pas du goût de tous…

Ce documentaire, à quelques mois des élections municipales, veut dresser un état des lieux de la conscience – y compris politique - de ce bout de territoire plein de contradictions, où le vote communiste tente de faire de la résistance face à la déferlante Le Pen, où les propriétaires de vignes et de fruitiers fustigent ceux qu’ils ont fait venir pour travailler leurs terres…

Cette terre pleine de charme et de violence où, déjà, à la fin du XIXe siècle, des Aigues-Mortais « de souche » massacrèrent huit Italiens venus récolter le sel. Les assassins, soutenus par la population locale, ne furent jamais condamnés…

Avec la participation de :

Marion Mazauric , éditrice à Vauvert (éd. Au Diable Vauvert),

Frédéric Saumade , anthropologue et afeciouna (amateur de course camarguaise),

Hoari Kherfouche , raseteur de course camarguaise,

Patrice Bilgorai , président de la Licra du Gard,

Hugues Bousiges , préfet du Gard,

Damien Alary , président du Conseil général du Gard,

des militants du Front de Gauche (Hélène, Alain et André)

et des habitants de Saint-Gilles.

Archives INA Sophie Gillery.

Merci à Raymond Huard et aux arènes de Châteaurenard.

Production : Stéphane Bonnefoi

Réalisation : Véronique Vila

Prise de son : Chantal Nouvelot

Mixage : Djaisan Taouss

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......