LE DIRECT

Génération HD, ou l’explosion d’un cinéma urbain (3/4) : « Rachid Djaïdani, le cinéma uppercut »

54 min
À retrouver dans l'émission

Un documentaire de Pascal Tessaud et Gaël Gillon

Rachid Djaidani
Rachid Djaidani Crédits : Radio France

En 2010 le film « Donoma » de Djinn Carrénard , tourné avec un « budget de 150 euros » crée la sensation sur la Croisette et décroche le Prix « Louis Delluc » du meilleur premier film français. Ce long métrage guérilla crée un véritable séisme dans le microcosme du 7ème art. Les media bluffés l’acclament unanimement. En 2011, « Rue des Cités », réalisé par Carine May et Hakim Zouhani avec une simple bourse « Défi jeune », réitère l’exploit d’une sélection cannoise à l’Acid (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion). En 2012, c’est au tour de « Rengaine » de Rachid Djaïdani, tourné sans moyen ni équipe pendant neuf ans, d’être sélectionné à la « Quinzaine des Réalisateurs », où il obtient le Prix « Fipresci » de la presse internationale et devient un véritable phénomène de société. Ces films pirates, films sauvages, véritables pépites d’auteurs explosent médiatiquement et dessinent les contours d’une « Nouvelle Vague » métissée, en provenance de l’autre côté du périphérique.

Grâce à la révolution technologique du numérique HD, le talent et l’énergie peuvent s’exprimer sans la moindre concession artistique et défier les codes narratifs classiques : pas de scénario, pas d’équipe technique, casting de non professionnels, improvisation valorisant la « tchatche » et la liberté de mouvements. Leur qualité artistique innovante, leur radicalité insolente, en prise avec les turbulences de notre époque, font de cette émergence cinématographique un événement majeur qui pourrait profondément transformer l’avenir du cinéma français.

La série documentaire « Génération HD » fait le portrait groupé de ces nouveaux cinéastes.

Troisième partie : « Rachid Djaïdani, le cinéma uppercut »

Rachid Djaïdani , maçon, boxeur, écrivain, comédien, originaire de Carrière-sous-Poissy (dans les Yvelines) vient de réaliser un exploit : il réalise son premier long métrage de cinéma « Rengaine » , sélectionné à la Quinzaine des Cannes en 2012, sans argent, tourné pendant neuf ans ! Homme orchestre déterminé, il se raconte entre la Banlieue et Paris, la Cité, l’enfance, sa double culture soudano-algérienne, la découverte des plateaux de cinéma, le souvenir des portes qui se referment. Contre vents et marées, comme un pied de nez au réalisme ambiant, il décide de partir sans équipe, sans argent ni scénario dans la fabrication improvisée d’un conte urbain qui ose aborder des thématiques tabous dans les communautés immigrées, à savoir le racisme viscéral et les formes de rejet entre noirs et arabes. Son Roméo et Juliette des temps modernes, en prise directe avec les palpitations du bitume parisien, esquisse un portrait générationnel des marginaux du cinéma français. « Rengaine » est une œuvre rare, intègre, Hip Hop, foutraque, qui transgresse les codes du film de Cité et impose une nouvelle manière de voir notre monde. Un cinéma coup de poing imposant un nouveau talent du 7ème art.

Production : Pascal Tessaud

Réalisation : Gaël Gillon

Mixage : Eric Boisset

De la même série :

Le 10 décembre : Episode 1 : "Ca tourne à Aubervilliers"

Le 11 décembre : Episode 2 : "Du cinéma Guérilla à l'Industrie"

Bande annonce "Rengaine" :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Bande-annonce "La guerre des bonbons" :

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......