LE DIRECT

Passeur de réel : Claudio Pazienza

52 min
À retrouver dans l'émission

Un documentaire de Maylis Besserie et Vanessa Nadjar - Rediffusion du 20 mai 2010

Claudio Pazienza
Claudio Pazienza Crédits : Radio France

Claudio Pazienza se définit comme un défenseur du cinéma de « gai savoir ». Son histoire personnelle singulière a nourri son travail : italien, né en 1962, il a rejoint la Belgique en 1963 avec sa famille. Le milieu modeste dont il est issu (un père mineur et une mère femme au foyer) l’a fortement inspiré : Un po di febbre traite des mineurs dans la région de Limbourg ; Sottovoce se passe à Roccascalegna, petit village des Abruzzes où la pratique du droit de cuissage se perpétue depuis des siècles ; De bouche à oreille traite des paroles, des sons et des gestes au sein d’une métropole…

Dans L’argent raconté aux enfants et à leurs parents , comme dans de nombreux films, Claudio Pazienza met en scène sa propre famille. Il interroge des éminences grises avec une candeur volontairement enfantine. Ses séquences décalées et humoristiques au beau milieu d’interviews sérieuses sont à l’image de son style : iconoclaste.

Pourtant le réalisateur n’en a pas moins le souci de raconter le réel en utilisant les savoirs de multiples disciplines. Ainsi le film Esprit de bière est à la fois une enquête, une analyse scientifique et une étude quasi sociologique et anthropologique sur les échanges humains autour d’un verre.

Les films de Claudio Pazienza affichent une manière faussement légère d’aborder des questions épineuses et de mettre en scène la petite histoire dans la grande. Son parti pris est de faire des documentaires de création, qui redéfinissent les contours mêmes du genre : en choisissant de se mettre lui-même en scène, sous les traits d’un personnage burlesque, maladroit et négligé – un peu comme si Chaplin s’invitait soudain sur le plateau de Depardon –, il fait insensiblement basculer le documentaire du côté de la fiction. Si Pazienza est un « passeur du réel », c’est donc à double titre : transmettre le réel, mais aussi le « faire passer » de l’autre côté du miroir de la fiction.

Cette émission se propose d’explorer la méthode inédite et singulière mise au point par Claudio Pazienza, inventeur de ce qu’on pourrait appeler « l’autofiction documentaire », ou le « documentaire autofictionnel »…

Production : Maylis Besserie

Réalisation : Vanessa Nadjar

Extrait de "Scènes de chasse au sanglier" de Claudio Pazienza :

À venir dans ... secondes ...par......