LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Affaires judiciaires (1/4) - La tête contre les murs

55 min
À retrouver dans l'émission

D.R.©Radio France

Un documentaire de Virginie Bloch-Lainé et Yvon Croizier Yves Mazelié a quatre-vingt quatorze ans. Avec son épouse, une danseuse classique d'origine hongroise rencontrée en Yougoslavie en 1958 et pour laquelle il nourrit une passion, ils ont acheté il y a plus de quarante ans une propriété dans la ville natale de Racine, la Ferte-Milon, en Picardie. La maison était en ruines, et le terrain, bordé par les remparts du château de la ville. Yves Mazelié a restauré la maison et trois ans après son acquisition, il s’est vu demander par l’Etat de restaurer à ses frais les remparts du château, en ruines eux-aussi. Il y en avait pour plusieurs millions de francs. Yves Mazelié ne pouvait pas payer ces travaux mais surtout, il s’y refusait, l’acte de propriété ne lui attribuant pas ces remparts. Une bataille juridique s’est donc engagée entre l’Etat et lui qui a duré quarante ans. Dix-sept préfets se sont succédé dans la région, et lui ont toujours réclamé ces travaux qu’il ne voulait pas faire. Son bien a été hypothéqué par l’Etat ; Yves Mazelié n’avait plus d’argent, mais il ne pouvait pas non plus revendre cette maison puisqu’elle était saisie. Lui et sa femme étaient « otages de La Ferté-Milon ». En 1994, Yves Mazelié a porté son dossier devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui lui a donné raison en 2006. Cet idéaliste fut par ailleurs l’inventeur d’un petit « éteignoir de cigarette », afin de lutter contre les incendies de forêts, pour lequel il devait acheter un brevet que ses finances ne lui permettaient plus de payer. Alors, après quinze ans de bataille juridique kafkaïenne contre l’Etat, il a, dit-il, « perdu la boule ». En 1988, à soixante-dix ans, il est devenu primo-délinquant et a braqué six banques pour récupérer 950 000 francs, la somme exacte dont il avait besoin pour déposer son brevet. Sa femme n’était pas au courant de ces braquages, effectués à l’aide d’un faux pistolet. Au bout du sixième braquage, il fut arrêté. Il a passé dix-huit mois en préventive à la prison de la Santé et a été condamné à quatre ans de prison avec sursis. Comment une affaire judiciaire peut-elle devenir l’histoire de toute une vie ? C’est ce que racontent Yves Mazelié et sa femme. Nous verrons également que la Cour européenne des droits de l’Homme est souvent le seul recours possible pour ceux qui ont, avec les différentes administrations de leur pays, des rapports explosifs. Avec : Monsieur et Madame Mazelié Olivier Schnerb , avocat.Production : Virginie Bloch-Lainé Réalisation : Yvon Croizier

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......