LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Autoportraits (1/5) : "Yazid Kherfi, au cœur des violences – 1ère partie : de la délinquance au militantisme" (Rediffusion)

54 min
À retrouver dans l'émission

Un documentaire de Pascal Tessaud et Jean-Philippe Navarre - Rediffusion de l’émission du 4 janvier 2010
Yazid Kherfi, cinquante-et-un ans, est originaire du fameux quartier du Val Fourré à Mantes la Jolie.Parcours incroyable que le sien, celui d’un miraculé de la vie : enfant des grands ensembles, issu d’une famille algérienne nombreuse, ouvrière, mais aussi délinquant, révolté dès l’adolescence. Voleur de voitures, il commet plus d’une centaine de cambriolages et de braquages. Son chemin rencontre inéluctablement celui de la prison à plusieurs reprises dès l’âge de dix-huit ans, cinq ans en tout. A sa sortie, en 1981, il continue les braquages et son complice d’enfance est tué d’une balle dans la tête par un policier lors de leur cavale dans le Gard. Choqué par ce drame, Yazid Kherfi s’enfuit, se cache sous terre alors que des hélicoptères sillonnent les forêts dans lesquelles il s’est réfugié. Il s’enfuit par l’Italie pour rejoindre l’Algérie qu’il ne connaît pas. Il y restera quatre ans. En 1984, Yazid Kherfi rentre clandestinement en France et se laisse arrêter, lassé de cette vie marginale. Il sortira de prison en 1987 avec un avis d’expulsion du territoire du fait de sa nationalité algérienne puis avec une assignation à résidence d’un an. Lorsqu’il revient chez lui, le monde a totalement changé : une vie associative, citoyenne et solidaire tente d’établir une nouvelle conscience politique constructive ; ses frères ont ainsi créé « La Caravane des Quartiers », dans le sillage de la Marche de l’Egalité de 1984Gérard Guérinet, coordinateur de la mission locale de Mantes, tend la main à Yazid Kherfi. Il lui donne la responsabilité de la comptabilité, à lui le voleur. Ce changement de regard porté sur lui va le transformer. En 1990, suite à la reprise de ses droits, il devient le directeur du Centre social de Chanteloup les Vignes et le restera dix ans. Ca marche ! Yazid Kherfi est aussi l’un des fondateurs de « Résistances des Banlieues » qui deviennent par la suite le « MIB » (Mouvement Immigration Banlieue), qui se bat contre la double peine et contre les bavures policières. En 1992, une balle logée par un policier dans la nuque d’un adolescent, Youssef Khaïf, déclenche une émeute au Val Fourré…Le MIB se positionne juridiquement pour dénoncer et poursuivre aux Assises ce policier. Le procès, dix ans plus tard, mènera à un non-lieu.Yazid Kherfi reprend ses études en 1997 en sciences de l’éducation et obtient un DESS en ingénierie de la Sécurité à Paris X Nanterre. En 2003, il publie un livre autobiographique, Repris de justesse , qui est étudié dans des classes de lycées. Suite aux émeutes de novembre 2005 démarrées à Clichy-sous-Bois, Yazid Kherfi, soutenu par la Fondation Abbé Pierre, décide de créer une association, « Pouvoir d’agir », implantée dans le quartier du Chêne Pointu à Clichy. Sa mission est d’ouvrir un espace pour ces jeunes livrés à eux-mêmes la nuit devant les halls de leurs immeubles délabrés. Il intervient régulièrement dans toute la France pour des conférences mais aussi pour organiser des rencontres entres jeunes et policiers. Il intervient également en prison, dans les écoles de police et dans les universités. Production: Pascal Tessaud Réalisation : Jean-Philippe Navarre

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......