LE DIRECT

Champ libre - A la campagne avec le minimum (Rediffusion)

55 min
À retrouver dans l'émission

campagne
campagne Crédits : Anice Clément - Radio France

Un documentaire d'Anice Clément et Guillaume Baldy - Rediffusion de l’émission du 15 octobre 2008 Ils vivent dans des bourgs, des villages ou des hameaux de l’Indre, dans un des trente départements fragilisés par le manque d’emploi, la désertification et le vieillissement de la population. L’instauration du RMI en 1988 s’inscrivait dans le champ de la lutte contre la pauvreté assortie d’une garantie de protection sociale ; aujourd’hui Christian, célibataire vit avec 394 euros par mois, Yvette, avec 620 euros, Denis, agriculteur, sa femme et ses deux enfants, avec moins de 500 euros, Chantal, divorcée, vit avec 394 euros, Bernard retraité agricole, avec 620 euros… Ils reçoivent ce qu’on appelle des minima sociaux, c’est-à-dire le Revenu minimum d’insertion (RMI), l’Allocation adulte handicapé (AAH), l’Allocation parent isolé (API), ou encore l’allocation vieillesse. La pauvreté est le fruit de multiples handicaps qui, combinés, fragilisent la personne et sa famille : chômage, bas salaire, précarité de l’emploi, manque de qualification, problèmes familiaux et sociaux. Le monde rural a été touché de plein fouet par les mutations sociales et politiques de ces dernières années, « la crise » est arrivée jusque là. Première grande constatation : les paysans qui peuplaient autrefois en majorité nos campagnes ne sont plus que 5%… Cette France rurale est aujourd’hui une mosaïque d’ouvriers, d’artisans, de retraités, de fonctionnaires, de néo-ruraux. Parmi eux, chômeurs de longue durée, jeunes sans emploi, ménages endettés, femmes seules avec enfants, personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté. Oui, il y a des pauvres à la campagne, ils ne sont pas une exclusivité urbaine. Nous sommes loin du cliché d’un territoire idéalisé, loin de la violence des « quartiers sensibles » où on vivrait à moindre prix, avec les avantages d’un petit loyer, du jardin potager, de l’abondance de la nature et du RMI. La pauvreté dans le monde rural est confrontée à l’ISOLEMENT, isolement physique, intellectuel et moral, qui renforce les difficultés. Eloigné des services publics, loin des centres de santé, des centres administratifs et financiers, loin des centres d’accueil ou d’aide, la grande pauvreté peut alors ressembler à un naufrage.Comment vit-on avec un minima social à la campagne ? Quelles sont les formes de la pauvreté dans le monde rural actuel ? Qui sont les acteurs sociaux, que proposent-ils, quelles sont les actions mises en place pour lutter contre la pauvreté ? Avec :André Loton , membre du Secours Catholique d’Argenton-sur-Creuse ;Alexandre Pagès , sociologue, auteur du livre La pauvreté en milieu rural Jeanne-Marie Favard , assistante sociale à Argenton-sur-Creuse ;Louis Pinton , président du Conseil général de l’Indre ;Jean-Bernard Cazenave , membre de l’association de micro crédit « Passerelle », à Châteauroux ;Suzanne Marchand , déléguée de l’association « familles rurales de l’Indre » ;Et les témoignages de Véronique , Chantal , Bernard , Yvette , Christian , Denis .Production : Anice Clément Réalisation : Guillaume Baldy

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......