LE DIRECT

Collection Témoignages : Roman Cieslewicz, l’œil collé du monde

52 min
À retrouver dans l'émission

Un documentaire d’Anita Castiel et Anna Szmuc

Original Polish theater poster designed by  Roman Cieslewicz - 1963
Original Polish theater poster designed by Roman Cieslewicz - 1963 Crédits : Radio France

En 1963, Roman Cieslewicz quitte Varsovie où il est l’un des chefs de file de l’affiche polonaise pour les lumières de Paris dont il rêvait et pour voir comment ses affiches « résisteraient à la lumière des néons en Occident ». Il y devient vite une « étoile ». Il fabriquait des images à recevoir comme des uppercuts pour lutter contre la pollution de l’œil et apprendre à voir le monde autrement car, se plaisait à dire Roman Cieslewicz, « une image qui ne choque pas, n’a aucune raison d’être ».

On lui doit une refonte totale des arts graphiques et de la communication visuelle qu’il mène vers ses heures les plus glorieuses dans les années 60 et 70, de folles années « pop », libres et libertaires. De fait, il y a aujourd’hui un peu de l’imaginaire de ce faiseur d’images iconiques et implacables dans notre monde! Parmi elles, les portraits détournés du Che, de la Joconde ou de Mao Tse Tong, les couvertures choc d’Opus magazine, celles des 10/18 de Christian Bourgois, les affiches des expositions mythiques du centre Pompidou dont Paris/Berlin ou Paris/Moscou, la communication visuelle de Elle ou Vogue….

Roman Cieslewicz fouille dans les poubelles des images, découpe méthodiquement les journaux, colle, confronte, mène les signes graphiques à leur ultra limite pour produire de nouvelles icones à partir de celles qui nous sont données en pâture quotidienne. L’image est politique, assurément. La main de l’homme, des ciseaux et un peu de colle sont ses plus belles armes.

Ses proches et les héritiers de la révolution visuelle dont il fut le plus fervent instigateur se souviennent de celui qui hante toujours les rues de Malakoff, tout près de Paris.

En compagnie de :

Chantal Petit Cieslewicz, artiste

Jorge Amat, cinéaste plasticien

Jean-Christophe Bailly, philosophe écrivain

Benoît Buquet, historien de l’art

Denis Canteux, collectionneur d’affiches polonaises

Pascal Letellier , écrivain

Michel Maidenberg , photographe

Gilles Poplin, directeur artistique de l’ESAG (Ecole Supérieure d’Arts Graphiques), l’école d’arts graphiques de la rue du Dragon où RC a enseigné

Recherches INA avec l'aide de Marie Jaros

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......