LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Hôtels particuliers (3/4) - Montreux Palace

55 min
À retrouver dans l'émission

Montreux Palace Frédéric Cayrou©Radio France

Un documentaire de David Brun-Lambert et Diphy Mariani Montreux est une invention. Une « marque ». Sa renommée, ce vaste hameau planté au bord du Léman la doit au brusque développement touristique qu’il connut durant la seconde moitié du XIXe siècle. Une poignée d’hôteliers et d’entrepreneurs visionnaires en furent les artisans. Leur objectif : développer un nouveau lieu de villégiature à l’endroit d’une aristocratie britannique, russe ou italienne soucieuse d’afficher une consommation ostentatoire du luxe. Ainsi, entre 1860 et 1914, Montreux vit sortir de terre une centaine de grands hôtels destinés à abriter riches bourgeois et têtes couronnées. De ces paquebots hôteliers, le Montreux Palace bâti en 1906 par Alexandre Emery - sorte de Citizen Kane vaudois - devait à lui seul incarner « l’âge d’or » de la Riviera vaudoise. Les raisons du succès de ce monstre hôtelier ? Son luxe inouï offert alors même que s’ouvrait le tunnel du Simplon reliant la Suisse à l’Italie. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale provoqua la ruine de la plupart des palaces helvètes. Le Montreux Palace survécut néanmoins, forcé d’accueillir plusieurs milliers « d’internés », blessés et prisonniers. Au sortir du conflit, à peine relancé, il subit les crises de 1929 et 1936, puis la désaffection de sa clientèle durant la Seconde Guerre mondiale. Au début des années 50, alors que la définition du luxe était bouleversée, Montreux renouait lentement avec son prestige passé. Le lancement du Montreux Jazz Festival en 1967 lui conféra une image moderne et dès lors, au fil des décennies, le Montreux Palace accueillit les acteurs phares de la pop music, les figures du monde politique et quelques écrivains majeurs. Vladimir Nabokov, qui vécut dans ces murs durant seize ans jusqu’à sa mort en 1977, fut le plus célèbre d’entre eux. Sa statue trône toujours dans le jardin du palace. Les banquiers, promoteurs ou businessmen qui la croisent sans s’attarder ignorent pour la plupart que le monument hôtelier auquel elle fait face, est le dernier témoin, le survivant d’une épopée.Production : David Brun-Lambert Réalisation : Diphy Mariani Prises de son : Frédéric Cayrou et José Bernez

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......