LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Jours de fête (1/5) - Les Gras de Douarnenez

55 min
À retrouver dans l'émission

**Un documentaire d'Alexandre Héraud e t Jean-Philippe Navarre **

Fête des Gras à Douarnenez
Fête des Gras à Douarnenez Crédits : Alexandre Héraud - Radio France
Fête des Gras à Douarnenez Alexandre Héraud©Radio France La fête est une denrée souvent mise en avant à Douarnenez. Mais au delà des persistances des grandes fêtes catholiques, des bénédictions de la mer, s’il est une seule originalité, capitale, qui s’est maintenue au cours des temps c’est le carnaval, que Douarnenez appelle les Gras. Son origine est aujourd’hui encore impossible à dater précisément mais elle est certainement bien antérieure à sa première mention dans un arrêté municipal datant de 1835 : « *Tout individu qui, pendant le carnaval se montrera dans les rues, places et promenades publiques, masqué, déguisé ou travesti, ne pourra porter ni bâton, ni épée, ni autre arme. Nul ne pourra prendre de déguisement qui serait de nature à troubler l’ordre public …/…* » Le carnaval de Douarnenez s’avère être une fête éminemment populaire, fruit de l’imagination de ses acteurs plus que d’organisations ou de comités. « *A l’origine, les Gras marquaient la rupture entre les pêches de l’hiver, aléatoires, et les métiers rémunérateurs, comme la pêche au maquereau, où partaient les marins, dès la fin des festivités * », rappelle Jean-Michel Le Boulanger, l’historien de Douarnenez. Mais il est vrai que le carnaval, qui restait très lié au port de pêche, a résisté aux épreuves du temps et à su évoluer et épouser les mutations sociales de la ville. Une ville qui tangue quand s’avancent les Gras. Impossible, apparemment, de parler des Gras avec les douarnenistes sans rire aux larmes. Tous les commentaires vont dans le même sens : « *On dirait que pendant quatre jours, la ville est saisie d’une fièvre heureuse et inventive. On dit :* *« Cette année-là, j’avais loupé les Gras », et les regards des vrais amis se chargent de compassion !* ». Alors, oui, les Gras ont conservé, selon tous les observateurs (même si l’on butte souvent sur cette assertion *« c’était mieux dans le temps !* »), une vitalité et une exubérance inégalée en Bretagne. Mais pour les goûter pleinement, il faut les vivre de l’intérieur. « *Faire les Gras c’est s’immerger, s’engloutir * ». C’est ce que nous nous proposons de faire afin de vous les restituer, avec cependant un avertissement en tête : « *Attention, les Gras, c’est sérieux ». * Avec : **Remi Le Henaff** , président du Comité d’animation des Gras **Gérard Alle** , écrivain de roman noirs. Biblio « le vin des rebelles » **Jean-Michel Le Boulanger** , écrivain, enseignant à la faculté de Lorient **Velibor Colic** , écrivain croate en exil à Douarnenez **Marc ** et **Gaël Ruscart** , propriétaires de l’Hôtel de France **Roger Gadonna** , 55 ans, ancien docker de Douarn Et tous ceux dont il est impossible de programmer les rencontres, dont le Den Paolig de cette année (le roi du carnaval). Production : **Alexandre Héraud** Réalisation : **Jean-Philippe Navarre** Prise de son : **Christophe Goudin**
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......