LE DIRECT

Les coulisses de la mode (4/4) : "La beauté au détail"

54 min
À retrouver dans l'émission

Un documentaire de Maylis Besserie et Diphy Mariani
Les années 90 ont été bercées par le phénomène des premiers mannequins « top-models », érigés au rang de personnalités voire de stars mondiales, au même titre que de grands artistes. Karen Mulder, Naomi Campbell, Claudia Schiffer ; leurs noms restent d’ailleurs, une décennie plus tard, connus de tous comme si leur physique figé par l’image avaient marqué durablement les esprits. De beaux humains qui font de leur beauté un métier… On ne saisit pas d’emblée la dimension créative de cette profession qui semble, à première vue, trouver l’origine de ses critères dans un hasard de la génétique et non un talent personnel. Pourtant, les photographes de mode racontent tous les difficultés du métier de mannequin, leurs capacités à faire vivre leur corps, exprimer des émotions. La beauté serait donc peut-être un don, mais qu’il faudrait animer pour qu’il agisse, hypnotise. Laure Doussaud , ancienne directrice artistique, raconte comment on travaille sur un corps sans visage. Parfois il s’agit de photos de mains, organes très expressifs selon elle, ou de jeux d’épaule ou de jambes. On travaille avec ce que peut dire le corps quand il est privé de son mode d’expression habituel. Le modèle ainsi photographié doit trouver la gestuelle, la pose qui fait parler son corps. Elle se souvient d’un mannequin dont « toutes les parties du corps étaient réussies » et avec lesquelles on pouvait faire de « belles photos de tout ».L’idée de cette émission est d’aborder la question du corps et de la mode sous l’angle esthétique de la beauté fractionnée.Les mannequins de corps et détails correspondent à deux profils du métier : soit ils sont beaux de partout et alors « tout chez eux est artistique » comme le dit le photographe Michel Perez , soit certaines parties de leur corps sont exceptionnellement esthétiques alors que d’autres, plus banales, ne correspondent pas aux canons de la profession. Les grandes marques de lingerie et de cosmétiques en particulier, font sans cesse appel à ces mannequins et les affiches publicitaires inondent désormais les villes de fragments de corps en gros plans. Le logiciel Photoshop, correcteur des imperfections du corps humain, a permis également de donner naissance, en photos, à des corps irréels dont la beauté n’est plus vraiment humaine. Il concurrence même parfois les mannequins de corps pour tendre vers un même idéal : une combinaison de bouts de corps parfaits, empruntés à des dizaines d’humains, ou due à des manipulations informatiques et qui formerait une utopie, une création de toutes pièces d’où naîtrait le fantasme. Maquilleurs, photographes, directeurs artistiques et retoucheurs racontent le corps dans ces moindres détails.

Production: Maylis Besserie Réalisation : Diphy Mariani

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......