LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'homme et l'animal (3/4) - Chacun sa chimère

55 min
À retrouver dans l'émission

   Pégase et Bellérophon tuant la Chimère
Pégase et Bellérophon tuant la Chimère Crédits : Radio France

Un documentaire d'Alexandre Breton et Clotilde Pivin « Ce rêveur poursuit sa chimère.» Jean-Jacques Rousseau En avril 2008, une équipe de chercheurs, dirigée par Lyle Armstrong, de l’Université de Newcastle en Angleterre, annonçait avoir réussi à produire un embryon à partir d’un ovocyte de vache et des cellules humaines. L'être composite ainsi créé est une chimère. Il offrirait les moyens de cultiver des lignées de cellules souches, et ainsi de déterminer les mécanismes de pathologies comme Parkinson, Alzheimer ou la maladie de Charcot. Tout un imaginaire est reconduit. Depuis Homère et Hésiode, en passant par le Moyen-Âge chrétien jusqu’à Nerval, H. G. Wells, Ernst, Cronenberg ou Louise Bourgeois, c'est un délire foisonnant de formes inquiétantes où l'humain et l'animal s'entr'abolissent, s'indistinguent monstrueusement. L'enjeu, c'est la ligne de partage entre les genres, les règnes, les espèces. La chimère les traverse. Le tracé de cette ligne est brisé; des points de passage existent et, avec eux, le spectre infini des agencements potentiels, dont l’inquiétante étrangeté dérange. La mythique Chimère, mise à mort par le jeune Bellérophon, témoigne de la porosité de ce partage. Animale et humaine à la fois, animal féminin ou femme animale, elle n'est pourtant ni l’un ni l’autre. Pour Jean de Buridan, contemporain de l'énigmatique Mélusine, elle est ni étant ni non-étant – proprement impensable, donc. Aussi, cette impensabilité de la Chimère, son impossibilité logique, pour nous, est également celle de l’interdit qu’elle manifeste, interdit qui, quelles que soient l’ethnie ou l’époque, fonde notre humanité. D’où les condamnations violentes de la bestialité et de la zoophilie, comme transgression et déchéance. D’où, en outre, cet absolu inatteignable qu’elle incarnera au sortir de l’Antiquité, cette « vaine imagination », cet idéal fou qui, à être poursuivi, fait du rêveur un inconsolable, un desdichado. Du mythe à l'idéal, du concept vide à l'objet technique, la chimère se caractérise par son irréductible pluralité. A chacun sa chimère... Remerciements chaleureux à Laure-Hélène Planchet, Christine Guedj et Olivier Chaumelle de Sur les Docks, Antoine Vuilloz de la Discothèque Centrale de Radio France, Pierre-Henri Castel (CNRS), Jean-Michel Arnold (Cinémathèque Française), Sandrine Clauzure & Isidore Ducasse (Montevideo). Avec : Jacques Bierne , professeur émérite en biologie génétique (Université de Reims), vice-président de la Société Française de Biologie et membre du Collège de Pataphysique ; Jean-Marc Berthomé , psychanalyste, dirige un séminaire clinique sur les objets mélancoliques à la clinique Rémy de Gourmont (Paris), Jacques Brissot , cinéaste et peintre ; Pierre Judet De La Combe , philologue. Textes lus : Antonin Artaud (Uccello Le Poil tiré de L'ombilic des Limbes ), Gustave Flaubert (La tentation de Saint-Antoine ), Homère (Iliade ; Chant VI) Productrice coordonnatrice : Irène Omélianenko Producteur délégué : Alexandre Breton

Prise de son et mixage : Pierre Le Roy et Jean-François Néollier Réalisation : Clotilde Pivin

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......