LE DIRECT

Murmures de la mémoire : quartier Renault-Billancourt, 1968-2008

58 min
À retrouver dans l'émission

Là où s’étendaient, encore récemment, les usines de la Régie Renault à Boulogne-Billancourt, il ne reste aujourd’hui, plus qu’une immense friche. Si la mémoire sociale et industrielle ne s’incarne plus à travers les murs, la parole et les souvenirs des ouvriers, eux, sont intacts.

Un documentaire de Julie Navarre et Jean-Philippe Navarre

Rediffusion de l'émission du 9 mai 2008

le Trapèze, devant la Cité du Pont de Sèvres
le Trapèze, devant la Cité du Pont de Sèvres

"Dans le murmure de milliers de mots et de phrases, on pourrait ne chercher que l’extraordinaire ou le résolument significatif. Ce serait sans doute un leurre ; l’apparemment insignifiant, le détail sans importance trahissent l’indicible et suggèrent bien des formes d’intelligence vive et d’entendements raisonnés se mêlant à des rêves manqués et des désirs en friche."

Le goût de l’archive , Arlette Farge

Là où s’étendaient, encore récemment, les usines de la Régie Renault à Boulogne-Billancourt, il ne reste aujourd’hui, plus qu’une immense friche. Une page blanche, qui très vite, va s’écrire et se recouvrir de bureaux et d’immeubles de standing. La « forteresse de Billancourt » n’est plus, ou presque plus : un frontispice Renault, quelques façades qui trônent encore telles des décors de films...

Si la mémoire sociale et industrielle ne s’incarne plus à travers les murs, la parole et les souvenirs des ouvriers, eux, sont intacts. Billancourt, qui fut en 1968 un haut lieu de résistance, garde la trace de ces luttes passées. A l’occasion du quarantième anniversaire de Mai 68, ce documentaire propose d’aller à la rencontre de ce quartier et de ces anciens travailleurs de chez Renault. Quels souvenirs gardent-ils des luttes de 68, comment les ont-ils vécues ? Anciens cégétistes, ou de groupes d’extrême gauche, simples ouvriers, femmes employées, travailleurs immigrés, au-delà des clivages politiques et culturels, quels combats les ont–ils conduit à ce mouvement de contestation sans précèdent ? Comment relisent-ils du présent ce formidable élan « d’insubordination ouvrière », cette prise de parole collective ? Que peuvent encore nous dire, aujourd’hui, ces rues habitées ?

Avec : Didier Poursin, Christiane Brousse et Francine JaegerChristian Hervé ;Mohamed Amri, président de l’Association des Anciens Travailleurs de Renault-Billancourt de l’Ile Seguin (ATRIS); Roger Sylvain, Aimé Halbeher, Pierre Bernardini etMichel CertanoFrançois Chardeaux, réalisateur et auteur du documentaire « Trente-trois jours en Mai ».

Production : Julie Navarre Réalisation : Jean-Philippe Navarre

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......