LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Univers (1/4) : « Stéphane Breton, un cinéaste à la recherche du lyrisme de l’ordinaire »

55 min
À retrouver dans l'émission

Un documentaire de Johanna Bedeau et Stéphane Breton

Stéphane Breton
Stéphane Breton Crédits : Olivier Roller
Stéphane Breton Olivier Roller©D.R. Stéphane Breton est ethnologue et réalisateur de films documentaires. Maître de conférences à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales où il enseigne l'anthropologie et le cinéma documentaire, il est notamment l’auteur de *La mascarade des sexes* (Calmann-Lévy, 1989), des *Fleuves immobiles* (Calmann-Lévy, 1991) et de *Télévision * (Grasset, 2005). Selon lui, « *chaque détail mérite de l’attention* ».Notre documentaire s’attache à comprendre, au-delà du travail de l’ethnologue, comment le réalisateur observe le monde dans ce qu’il a de plus familier en « regardant lentement les petites choses », au Nouveau Mexique, à Paris au Kirghistan comme dans la forêt de Nouvelle-Guinée.Après plusieurs années chez les Wolani des hautes-terres de Nouvelle-Guinée, il réalise en 2001 « Eux et moi », puis deux ans après « Le ciel dans un jardin », qui raconte le dernier voyage de quelqu'un qui ne reviendra pas, « Un été silencieux » en 2005, « Le monde Extérieur » et « Nuages apportant la nuit » en 2007… Ou encore « La maison vide » en 2008 ou « La montée au ciel » en 2009, film qu’il réalise pour la collection Usage du monde.Sans caméra dans un premier temps, avec la volonté de s’installer chez les Papous et de s’intégrer à leur vie, Stéphane Breton commence par apprendre leur langue, sans pour autant réussir facilement à communiquer avec eux. Avec un parti pris esthétique, Stéphane Breton filme le quotidien de la tribu qui va bientôt être le sien.Au-delà du cadre rigide du film ethnographique, d’abord par l’image puis par le propos, le commentaire de l’auteur est plus personnel qu’explicatif. En impliquant sa personne, il accompagne ses images dans l’intime qui nous est donné à voir. Les Papous se laissent filmer, l’interpellent, les images illustrent les relations d’amitiés qu’ils entretiennent avec le réalisateur.Son travail de documentariste ne s’attache pas seulement à filmer le quotidien de la tribu, il va au-delà en filmant ses propres habitudes et expériences au sein de la communauté. Il filme les papous, lui, mais aussi cet échange entre eux et lui. « *Je me suis mis à filmer le regard de ceux qui me regardaient, leurs interrogations, leur amusement* », dit-il. Production: **Johanna Bedeau** Technique : **Pierre Common** Réalisation : **Vanessa Nadjar**
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......