LE DIRECT

La petite boutique d'Orson Welles

1h15
À retrouver dans l'émission

Par Frédéric Bas Réalisation : Manoushak Fashahi Orson Welles a le sort des classiques : toujours cité, peu revu, admiré par tous, analysé sous toutes les coutures, décourageant presque d'y revenir. Welles occupe les histoires du cinéma aux côtés des plus grands et on récite la phrase de Godard comme un catéchisme : « Ce que Griffith a fait au temps du muet, Welles l'a fait pour le parlant ». Pourtant, vingt-deux ans après sa mort, l'image du génie empêche presque une connaissance plus intime de l'artiste. La figure du génie intimide et fait de l'ombre à l'homme au travail. Or, c'est ce Welles-là que La petite boutique d'Orson Welles veut découvrir, un Welles dont le travail comme énergie, comme force est une seconde nature. « L 'énergie publique n°1 » : c'est ainsi que les journaux surnommaient Welles à l'époque où il devenait une star de la radio. Dans Welles au travail qui vient d'être publié aux Editions des Cahiers du cinéma et qui est le point de départ de l'émission, François Thomas et Jean-Pierre Berthomé ébranlent l'image figée de Welles, génie encensé puis maudit, génie encombrant. En s'immergeant dans les pièces nombreuses du dossier Welles, les deux enquêteurs rendent à l'oeuvre et au cinéaste son extraordinaire vitalité, sa mobilité première, sa constante capacité d'invention au coeur du système : Welles est partout, artiste en tout, ne s'arrête jamais. C'est peu de dire qu'on a du mal à le suivre. S'il est génie c'est à la façon de celui d'Aladin qui sort de la lampe pour s'étendre sans limite. Guidé par des invités qui ont travaillé avec Welles (Yves Deschamps) ou qui éclairent une partie de ses méthodes de travail (François Thomas, Jean-Pierre Berthomé, Michel Chion, Nicolas Saada), La petite boutique d'Orson Welles va fouiller dans l'atelier du maître : comment Welles posa à la radio les bases de son cinéma ? Comment travaillait-il au montage de ses films ? Quelle relation avait-il avec ses acteurs ? (Mathieu Amalric lit quelques extraits d'un journal de tournage écrit par un acteur sur Othello). Enfin, en quoi Welles a-t-il marqué la génération des cinéastes du « Nouvel Hollywood » des années 1960-1970 ? (Jean-Baptiste Thoret). Accompagné par la voix de Welles et plongeant dans l'univers sonore de ses films et de ses programmes radiophoniques, La petite boutique d'Orson Welles plonge dans les mystères de la création wellesienne pour retrouver l'homme derrière l'ogre et le génie et arpenter un peu son mystère. Bibliographie complémentaire: Welles au travail de François Thomas et Jean-Pierre Berthomé (Editions des Cahiers du cinéma, 2006.) Orson Welles , sous la direction de Alain Bergala, Jean Narboni et Claudine Paquot, (Editions de l'Etoile, 1986). Ce recueil publie notamment Orson Welles par Jean Cocteau et la traduction d'extraits du journal de tournage d'Othello par Michael Mac Liammoir. Sélection de Dvd: Citizen Kane , Edition collector, Editions Montparnasse. La splendeur des Amberson , Edition collector, Editions Montparnasse. Macbeth , Edition collector 3 Dvd, Wild side Vidéo. The complete Mr Akadin (aka Confidential report) , Critérion collection, zone 1. La soif du mal , version longue, Universal.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......