LE DIRECT

Les Fantômes irréguliers de l'avant-garde (2/2)

1h15
À retrouver dans l'émission

Par Yan Ciret Réalisation : Pierre Willer Les armes de l'errance ou l'art de négation Après son engagement dans le lettrisme, Guy-Ernest Debord va inventer une série de gestes de destruction de l'art séparé de la vie. La poésie vécue doit entrer dans le réel, devenir le mot d'ordre et le mot de passe d'un nouveau monde. Le travail avec Isidore Isou a permis d'achever l'art, de le porter à sa fin. Son film monochrome « Hurlements en faveur de Sade » en est l'un des paroxysmes et marquera un rapprochement avec Yves Klein. Le messianisme d'Isou, sa théologie de la création, est bientôt remplacé par un messianisme post-marxiste. Les voies vont alors se séparer du lettrisme historique, c'est le temps des exclusions, des combats contre le surréalisme d'après-guerre, du dépassement et de la reprise du dadaïsme. Ses alliés, ces « figures de la négation » participent à ces années de laboratoire, d'expériences limites, allant jusqu'au bout de tous les excès de la conquête d'un nouveau continent. Des tracts, des inscriptions sur les murs, un bulletin « Potlatch », relaient leur violence ironique, leur critique totale. En même temps, ils se vivent comme une « société secrète », un « commando », qui va mettre au point l'explosif pour renverser toutes les valeurs. Ces processus de « création négative » vont s'appeler : dérive, psychogéographie, détournement, urbanisme unitaire, construction de situation. Alors que François Dufrêne poursuit le « soulèvement de la jeunesse » d'Isou, Guy-Ernest Debord, Ivan Chtcheglov, Patrick Straram, et Gil J Wolman, réinvente l'architecture, le rapport passionnel avec la ville. Leur « Graal néfaste » comme le nommera Debord sera l'exploration rationnelle et systématique de toutes les possibilités de vivre l'inconscient dans le dehors des rues et des passages, dans la suite de Baudelaire et de Lautréamont. Ivan Chtcheglov écrit alors le « Formulaire pour un urbanisme nouveau » véritable déclaration de guerre à tout utilitarisme. Pendant ce temps d' « âge d'or » les futurs concepts situationnistes se vivent jusqu'aux frontières de la mystique, de l'hallucination, avec l'alcool et le « Consul » de Malcom Lowry comme viatique. La folie rôde alors, bientôt l'Internationale Lettriste se cherchera un chemin vers un marxisme hétérodoxe, la « dictature du prolétariat ». Guy-Ernest Debord fixera pour toujours cette « courte unité de temps » (1951-1953) dans son livre matrice « Mémoires », il n'aura de cesse de retourner aux sources de cette clandestinité, l'une des plus extrêmes du Xxème siècle. Avec la participation de Nicole Brenez, Christian Bourgois, Alain Jouffroy, Sacha Strelkoff, Claude Clavel, Jacques Villeglé, Vincent Kaufmann, Frédéric Acquaviva, Boris Donné, Jean-Marie Apostolidès, Marc'O, Didier Semin , Sylvain Monségu. Et les voix de Michèle Bernstein, Guy Debord, François Dufrêne, Gil J Wolman, Isidore Isou, Patrick Straram, Vali Meyers.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......