LE DIRECT
Hélios Azoulay

Au nom du père !

33 min
À retrouver dans l'émission

.

Hélios Azoulay
Hélios Azoulay Crédits : DR - Radio France

"Au milieu de la vie /L’enfance revient. /C’est une eau douce /Et amère

Mon enfance, je la cherche, /Comme une image perdue. /Ou plutôt /C’est elle qui me réclame.

Est-ce parce que j’ai cinquante ans ? /Parce que j’ai connu des temps agités /Où alternaient craintes et /Espérances ?

Le souvenir est là, /Maintenant, /Il me cogne au tempes, /Je voudrai le chasser.

Avec de la terre et de l’eau, /Avec les morts, avec les rizières, /Avec des mains vivantes, /On fait un homme. 

Il suffit de pas grand-chose. /Il suffit de vouloir.

Son costume est blanc, sa cravate est sombre.

Je voudrai le tenir contre moi. /C’est mon père"

Rithy Pahn & Christophe Bouteiller, L'image manquante, Grasset, 2013.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Les premières lignes du texte du film de Rithy Panh, L'image manquante, accompagnées ici par le sublime andante du second concerto pour piano de Chostakovitch, avec Léonard Bernstein au piano et à la baguette, ouvrent à la question du père avec un éclat doux et puissant, avec un sentiment de fin et d’achèvement, triste et nostalgique, qui avec l’entrée du piano, sans tambour ni trompette, tout en pudeur, devient joie et résurrection, ligne d’un cours d’eau où s’égayent les truites, sans doute toutes un peu vagabondes. 

Question du père que la littérature a honoré et dont elle s’est honorée de la Bible à Kafka pour reprendre un titre de Georges Steiner en passant par Homère, Shakespeare, Victor Hugo, Balzac, Dostoïevski, pour ne citer que quelques noms emblématiques. 

Le père est au cœur de notre modernité qui les multiplie ou les efface, avec cependant cette conscience toujours claire que l’on ne peut pas s’en passer. 

Présence nécessaire qui devient un lourd et grave problème quand elle fait défaut, quelles que soient les causes, et qui donne à la parole et à l’écriture un rôle majeur qu’il est intéressant et important de questionner. 

Écriture et parole qui rencontrent cette étonnante coïncidence qu’en hébreu le mot père, av, signifie aussi "l’alphabet" et qu’ainsi il est le socle même de toute littérature. 

L'invité

Hélios Azoulay est né en 1975, il est un compositeur et un clarinettiste  éclectique. De son goût du sabotage et de ses affinités avec le  mouvement dada et le pop art naît l’Ensemble de Musique Incidentale dont il est le directeur musical. Moi aussi j’ai vécu (Flammarion, 2020) est son premier roman.

Il a publié L'enfer aussi a son orchestre, la musique dans les camps en 2015. Aussi Tout est musique  (Vuibert 2012)et Scandales ! Scandales ! Scandales ! (J.-C. Lattès en 2008)

Archive sonore 1 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Archive sonore 2

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le livre de l'invité

Editions Flammarion
Editions Flammarion Crédits : DR - Radio France

Quatrième de couverture

« Ce n’est pas une autobiographie. C’est ma vie réenchantée, rapiécée, réparée, dédommagée par le rêve, l’amour, le rire.

J’ai écrit sans reculer. Sur mon enfance. Elle devait être mûre.
Et tout le monde m’a rendu visite. Tous les fantômes.

Tous, tels qu’ils étaient avant. En mieux comme en pire. Plus   fous,  plus drôles, plus terribles, plus perdus, plus cruels. Ceux qui  m’ont  sauvé et ceux qui ne m’ont pas sauvé… Mon père et sa mort. Mon   grand-père et son amour. Mon oncle et son psychiatre. Ma mère et sa   collection de cactus. Sans compter le cheptel de camés et d’emmerdes   avec les flics.
Ce livre, c’est moi, gamin, dans une barque sur  l’océan. J’avais un  grand sourire, les dents de travers, et pas les  moyens d’avoir un  appareil.
J’ai été un enfant heureux dans une enfance malheureuse.
Il a fallu attendre quarante ans avant de m’autoriser à écrire, à me revivre, avant de pouvoir gueuler : Moi aussi j’ai vécu. »

Rendez-vous au théâtre

Hélios Azoulay au Théâtre de la Contrescarpe
Hélios Azoulay au Théâtre de la Contrescarpe Crédits : DR - Radio France

Pour tout renseignements

Théâtre de la Contrescarpe

Pour en savoir plus sur l'invité

Le site

https://www.heliosazoulay.com/

La page facebook

https://www.facebook.com/pages/category/Musician-Band/Hélios-Azoulay-280163218798341/

La chaîne youtube

https://www.youtube.com/channel/UCT3Puf5HfhAh_udasvC6ZqQ

Aux éditions Flammarion

https://editions.flammarion.com/Catalogue/hors-collection/litterature-francaise/moi-aussi-jai-vecu 

Hélios Azoulay dans Talmudiques

Jeanne d'Arc une polyphonie 1/2

https://www.franceculture.fr/emissions/talmudiques/jeanne-darc-une-polyphonie-12

Jeanne d'Arc une polyphonie 2/2 

https://www.franceculture.fr/emissions/talmudiques/jeanne-darc-une-polyphonie-22

La mesure de l'humain

https://www.franceculture.fr/emissions/talmudiques/la-mesure-de-l-humain

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......