LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Rosie Pinhas-Delpuech

Yossef-Hayyim Brenner et le désir d'hébreu 1/2 Survivre avec une langue

32 min
À retrouver dans l'émission

.

Rosie Pinhas-Delpuech
Rosie Pinhas-Delpuech Crédits : Sophie Kandaouroff - Radio France

On dit du Roi Salomon, le plus sage des hommes, qu’il écrivit plusieurs milliers de proverbes, et j’aime particulièrement les  deux suivants :

« C'est du fruit de sa bouche que l'homme rassasie son corps, c'est du produit de ses lèvres qu'il se rassasie."

"La mort et la vie sont dans la main de la langue celui qui l’aime en mangera les fruits. »

Les commentateurs bibliques soulignent à quel point il est vrai que ce n’est pas seulement le pain qui est source de la vie, mais aussi le langage, la manière dont disons le monde, le choix des mots, la douceur du ton, la beauté du rythme, bref tout ce qui fait ce que on appelle une langue. 

Comme l’a si bien souligné Georges Steiner dans Après Babel, les grammaires, par leur boulimie de subjonctif, de futur, d’optatif et d’imaginaire non-fini, permirent à chaque peuple et aux individus de tous les peuples d’élaborer au plus profond d’eux-mêmes, et dans chaque langue de manière différente, la possibilité du récit et de la fiction, de faire naître de la fantaisie et de l’originalité et de créer, une mythologie de l’espoir de de l’illusion consolante, sans lesquelles l’espèce humaine n’aurait pas dépassé le comportement des primates et se serait, depuis longtemps, supprimée. 

Et dans chaque époque, les prophètes et les poètes sont les « veilleurs de langue », ces femmes et ces hommes qui restent vigilants à ce que la langue, les langues, continuent à nous apporter, comme dit le texte des Proverbes « ce produit de nos lèvres » et « ces fruits de notre bouche  qui peuvent nous rassasier ».

L'invitée

Née à Istanbul dans une famille polyglotte, Rosie Pinhas-Delpuech a étudié la philosophie et la littérature en France avant de rencontrer la langue hébraïque en Israël,dont elle est l'une des plus importantes traductrices en  langue française. Elle est notamment l'auteure  de Insomnia et de L’Angoisse d’Abraham, tous deux parus chez Actes Sud.

Archive sonore

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le livre de l'invitée

.
. Crédits : . - Radio France

Présentation de l'éditeur

Londres, balbutiements du xxe siècle. Le quotidien a le goût de la suie, l’odeur de la sueur et la couleur de l’encre. Ici, le prolétariat juif européen en exil embauche dans les ateliers de confection, les rotatives impriment les premiers journaux pour expatriés. Dans quelle langue ? 

Quelques silhouettes émergent et pré- figurent des rêves d’avenir. Attentive par-delà le bruit et la poussière, c’est en Fantômette de l’hébreu que Rosie Pinhas-Delpuech s’élance au-devant de Yossef Haïm Brenner, ce tout jeune homme qui écrit ce qu’il vit. 

Le Typographe de Whitechapel raconte comment, seul ou presque, Brenner a ravivé une langue — biblique, littéraire, endormie. Et comment, cette langue — si profondément heurtée, prolétaire, déracinée, urgente et résurgente dans ses mots à lui —, tels les cailloux du Petit Poucet, trace le chemin vers l’utopie d’un possible futur. 

De cette langue-monde, archaïque et rebelle, et de ce héros de roman produit par le choc de l’histoire, de la violence et de la misère, Rosie Pinhas-Delpuech fait le cœur battant d’un voyage surprenant et passionnant.

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......