LE DIRECT
François Rachline

Comment dire Dieu?

34 min
À retrouver dans l'émission

...

François Rachline
François Rachline Crédits : DR - Radio France

Il faisait encore presque nuit quand Moïse sortit. Il ouvrit la porte de la bergerie. Il fut accueilli par le troupeau qui l’attendait, impatient de retrouver les chemins et les pâturages du désert. Sur le chemin quelques brebis s’échappèrent mais revinrent très vite auprès des bêtes qui se collaient les unes aux autres pour surmonter la fraîcheur de l’aube. La plus jeune des brebis avait du mal à suivre et Moïse y était particulièrement attentif. Le soleil était maintenant levé.

Tout à coup, sur sa droite, Moïse aperçut au loin une étrange lueur. 

Sans quitter le troupeau des yeux, il s’écarta du chemin pour voir d’où venait cette lumière. Il aperçut alors, à sa grande surprise, un buisson qui brûlait mais qui ne se consumait pas. Moïse se dit « je vais me détourner pour voir pourquoi le buisson ne se consume-t-il pas ? »

Dieu, dit le texte qui raconte cette histoire, vit que Moïse s’était détourné pour voir, alors il l’appela du milieu du buisson et lui dit Moïse Moïse !

Dans cet épisode du buisson ardent, nous assistons à la première révélation du Dieu biblique à Moïse. Un Dieu qui va le missionner afin qu’il aille sauver le peuple des hébreux esclaves en Égypte. 

Moïse pose alors deux questions : « qui suis-je pour aller sauver les enfants d’Israël et les faire sortir du pays d’Égypte ?  Et, admettons que j’accepte cette mission, les enfants d’Israël ne vont-ils pas me demander : « Le Dieu qui t’envoie, le Dieu qui s’est présenté à toi comme le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob quel est son nom ? Que leur dirai-je ? » 

Et Dieu répondit à Moïse : Ne t’inquiète pas « je serai avec toi ». Et tu veux savoir mon nom ? mon nom est justement « je serai », plus précisément « je serai ce que je serai », éhyé asher éhyé. Oui c’est ainsi que tu leur diras : « je serai m’a envoyé vers vous !». 

Moïse reste coi. Que dire devant une telle information ? Comment comprendre que le verbe être conjugué à la première personne du futur, serait-il répété deux fois, pourrait constituer un nom propre et en particulier un nom de Dieu ! Voyant l’embarras de Moïse, Dieu cherche à expliquer ce qu’il vient de dire et ajoute :  

« Ainsi tu diras aux enfants d’Israël : c’est le Tétragramme écrit des quatre lettres yhvh qui le nom du Dieu de vos pères le Dieu d’Abraham, le dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob et c’est lui qui m’envoie vers vous » et Dieu, dans le texte, précise encore : « Cela est mon nom à tout jamais et mon appellation pour toutes les générations »

Bien sûr ce passage soulève une infinité de questions et a suscité de très nombreux commentaires, mais ce qui est le plus remarquable, c’est que la révélation du Dieu biblique est tout d’abord et essentiellement la révélation d’un nom !

Comme dit Franz Rosenzweig dans l’Etoile de la Rédemption : « Car en vérité, …, le nom n’est pas bruit et fumée, mais verbe et feu. C’est le Nom qu’il s’agit d’invoquer, c’est lui qu’il faut confesser : je Le crois. ».

L'invité

François Rachline, né en 1948, est l’auteur de romans, d’essais, de nouvelles, d’ouvrages d’économie, de contributions à des ouvrages collectifs, de très nombreux articles ainsi que de plusieurs préfaces.

Docteur d’État ès sciences économiques (1978), diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris et du British Institute/Cambridge University UK (1971).

Universitaire, économiste, il fut maître de conférences à l’université de Paris X Nanterre, (1971-2003) puis professeur titulaire à Sciences Po jusqu’à sa retraite de la fonction publique (2003-2013). Il a également dispensé des enseignements au Collège interarmées de défense (École Militaire de Paris, 1993-1996), au centre HEC-ISA (1988-1992) et à l’Abecor Banking Institute de Bad Homburg en Allemagne (1986-1999).

Il exerce des activités de conseil auprès de dirigeants d’entreprises et a crée début 2016 la société ITRA Conseil, qu’il préside.

De 2011 à 2015, il a été le conseiller spécial du président du Conseil économique, social et environnemental, Jean-Paul Delevoye. Précédemment, il assurait la direction générale de l’Institut Montaigne (2009 et 2010), après avoir été le directeur délégué de la société d’expertise et de conseil Sciences Po Développement (2005-2009), qu’il avait lancée. Il a également dirigé le groupe de réflexion et de recherche Droit de suite, fondé avec François Dalle (1993-2005).

A titre bénévole, il est administrateur de l’Ecole alsacienne (depuis 1995), président du conseil scientifique du Centre d’études du fait religieux contemporain (depuis 2013), président du Paris Mozart Orchestra (depuis le 9 novembre 2015). Il a été vice-président du conseil de direction de Sciences Po (2001-2010), président de l’Association des professeurs et des maîtres de conférences de Sciences Po (1991 à 1999), administrateur de l’Institut de la gestion déléguée, en qualité de personnalité qualifiée (1996-2001) et membre de la Commission de Silguy sur la réforme de l’ENA (2003).

Au sein des médias, il est chroniqueur au magazine en ligne Slate, dont il est membre du conseil d’administration, et depuis 2016 membre du comité de rédaction de Le Droit de vivre, le plus ancien journal antiraciste du monde. Il a été chroniqueur à RMC (1999-2000), à L’Expansion (1993-1995) et aux Echos (2010-2012), ainsi qu’expert auprès de BFM Radio/TV (2010-2013).

Transition sonore

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le livre de l'invité

François Rachline
François Rachline Crédits : Hermann éditions - Radio France

Présentation de l'éditeur

Un monothéisme sans dieu (2018)

Le monothéisme inauguré par la Bible hébraïque est étrange : jamais  le texte n’emploie l’expression « dieu unique » ; le nom de la divinité  n’est pas prononçable ;  tous les vocables utilisés par défaut pour  l’évoquer sont des pluriels. Cette absence parfaitement assumée invente un divin inattendu :  invisible, inaccessible, indicible. Comment interpréter cet effacement  complet ? La Bible proposerait-elle un monothéisme sans dieu ? Ces interrogations forment la trame d’une enquête qui explore le  texte biblique dans ses difficultés comme dans ses infinies richesses.

Le site de l'invité

http://www.francoisrachline.fr/

Bibliographie de l'invité

http://www.francoisrachline.fr/category/romans-essais/

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......