LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Georges Elia Sarfati dans le Studio de France Culture

En chemin vers Kippour

32 min
À retrouver dans l'émission

.

Georges Elia Sarfati dans le Studio de France Culture
Georges Elia Sarfati dans le Studio de France Culture Crédits : Alexandra Malka - Radio France

Le nouvel an hébraïque, Roch-Hachana, dont c’est le deuxième jour aujourd’hui, se poursuit liturgiquement par dix jours qui le séparent de la fête de kippour, la fête du grand pardon. 

Ces 10 jours sont appelés « les 10 jours de pénitence » pendant lesquels chacun est appelé à poursuivre l’introspection commencée à Roch-Hachana, introspection dont l’expression est multiple : une réflexion sur l’année passée, sur ce que l’on veut modifier, sur ce que l’on veut transformer, et les engagements que l’on désire prendre. 

Introspection que les différents rituels de Roch-Hachana accompagnent par leur symbolique forte : je veux parler du rituel de nourriture et sa créativité linguistique et des sonneries du Shofar commentés la semaine dernière.

Mais il nous restait à commenter un troisième rite ou plus précisément une coutume que nous avions évoquée et que les promeneurs, passant près d’un cours d’eau cet après-midi pourront peut-être observer. 

Il s’agit de jeter des bouts de pain, dans une rivière, un lac, la mer, l'océan, ou tout point d'eau courante, naturel de préférence. Geste accompagné de la lecture d’un texte du prophète Mikha 7, 19, qui dit : 

« _Quel Dieu est semblable à toi, qui pardonnes l'iniquité, qui oublies les péchés du reste de ton héritage ? Il ne garde pas sa colère à toujours, car il prend plaisir à la miséricorde. Il aura encore compassion de nous, Il mettra sous ses pieds nos iniquités ; T_u jetteras au fond de la mer tous leurs péchés. Tu témoigneras de la fidélité à Jacob, De la bonté à Abraham, Comme tu l'as juré à nos pères aux jours d'autrefois. »

Que signifie se rite? et En quoi ouvre-t-il nous met-t-il en chemin vers Kippour?

L'invité

Georges-Elia Sarfati est professeur des universités. Philosophe, linguiste, poète, psychanalyste existentiel, son œuvre est consacrée l’éthique, la pensée juive, la critique sociale, la théorie du discours et le développement de la psychanalyse existentielle de Victor Frankl. Il est membre du corps enseignant de l'Institut universitaire d'études juives Élie Wiesel.  

Directeur de l’École française d’analyse et de thérapie existentielles (Logothérapie), rédacteur en chef de la Revue francophone de victimologie (Thyma).

En 1989, il soutient une thèse de doctorat sous la direction d’Oswald Ducrot à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, et en 1996 une HDR à l’université Paris-Sorbonne. Diplômé de l’Institut Salomon Schechter (Jérusalem, Israël), il est aussi docteur en études hébraïques et juives de l’université de Strasbourg.

Pause musicale

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Livre de l'invité

Viktor Frankl, Le  thérapeute et le soin de l'âme 

- Introduction à l'analyse  existentielle: Introduction à la logothérapie et à l'analyse  existentielle

Préface, traduction et notes de Georges-Elia Sarfati

Viktor E. Frankl
Viktor E. Frankl Crédits : Geores-Elia Sarfati - Radio France

Présentation de l'éditeur

Ärztliche Seelsorge (en anglais The Doctor and the Soul)  est l’ouvrage inaugural de Frankl, commencé avant la guerre, perdu,  réécrit de mémoire et validé pour ainsi dire par son auteur dans les  camps de la mort du régime nazi. 

Frankl décèle en l’homme un besoin de  sens de l’existence, plus fondamental que la pulsion sexuelle ou que le  désir de reconnaissance.

Opprimé ou refoulé ce besoin se répercute de  fait en addictions ou perversions, mais aussi plus spécifiquement en  névroses d’origine mentale, dépression et désespoir devant l’absurdité  d’une vie confrontée à la souffrance. 

Il importe donc que le thérapeute  réinvestisse cet étage supérieur de l’édifice humain, traditionnellement  et fonctionnellement désigné par le terme d’âme, non à la manière d’un  gourou ou d’un religieux, mais pour accompagner le patient dans le  recouvrement de sa capacité à intégrer tous les aspects de la réalité  dans sa recherche du bonheur.

Recueil de Poésie

Georges-Elia Sarfati, Introduction au mal de Moebius, Éditions Thyma, paru en 2020. 

Georges-Elia Sarfati dans "Talmudiques" la semaine dernière

[La tradition du commencement ( Dimanche 13 septembre 2020) [Première partie de cet entretien)](https://www.franceculture.fr/emissions/talmudiques/roch-hachana-la-tradition-du-commencement)

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......