LE DIRECT
Thomas Gindele

La Haggada de Freud

31 min
À retrouver dans l'émission

.

Thomas Gindele
Thomas Gindele Crédits : DR - Radio France

Hier soir a été célébré le Séder de Pâque, le repas pascal, qui de générations en générations, par la lecture de la Haggada (récit pascal) et tout un rituel de table, commémore la sortie d’Égypte comme événement fondateur du judaïsme et du peuple juif.

Et j’ai pensé aux mémoires de Getzel Sélikovitch, né en 1855, publiées récemment aux éditions de l’éclat, dans lesquelles il raconte un Séder de Pessah chez Le Baron Hirsch à Paris en 1881 ou 1882, où les invités, tous issus de la très grande bourgeoisie parisienne et européenne, lurent, chantèrent, et commentèrent la haggada de Pâque en évoquant les dernières découvertes de l’égyptologie et en particulier le célèbre livre de Gaston Maspero paru en 1875 : Histoire ancienne des peuple de l’Orient.

J’ai pensé alors à Sigmund Freud, né en 1856, qui lui aussi commenta à sa façon la haggada de Pâque en écrivant et publiant en 1939 à Amsterdam L’homme Moïse et la religion monothéiste, c’est à dire en confrontant et faisant dialoguer la tradition des textes juifs avec les découvertes historiques et archéologiques sur l’Égypte les plus récentes de son temps.

Confrontation particulièrement bienvenue en cette nuit des questions où l’on fait l’expérience la plus fine de ce que signifie penser, non comme acquiescement au savoir mais comme sa remise en question, jusqu’à, comme le fit Freud avec beaucoup d’audace dans son livre, dénier l’origine hébreu de Moïse, en en faisant un prince égyptien héritier de Akhénaton qui choisit de transmettre une religion monothéiste en rupture avec le polythéisme égyptien et d’autres peuples de l’époque.

Une réflexion étrange et d’autant plus complexe qu’il en existe plusieurs versions dont, outre L’homme Moïse et la religion monothéiste que je viens de citer et qui date de 1939, un manuscrit datant de 1934 redécouvert dans les années 1980 dans les archives Freud de la Library du congrès à Washington. Un manuscrit qui intrigue, questionne et invite à repenser à nouveaux frais cette réflexion de Freud autour de la vie de Moïse et auquel est consacrée l’émission d’aujourd’hui

L'invité

Thomas Gindele est professeur agrégé d’allemand et a enseigné pendant plus de 20 ans dans un lycée à Bobigny et enseigne aujourd’hui au Lycée Henri IV à Paris.

Il a publié en 2003 une traduction du livre de Diana Voigt et Inès Rieder, Sidonie csillag, Homosexuelle chez Freud, lesbienne dans le siècle, et en 2013, Le Moïse de Freud, au-delà des Religions et des nations, déchiffrage d’une énigme. 

Il vient de faire paraître aux éditions Imago en édition bilingue et accompagné d’un très important commentaire un manuscrit inédit auquel Freud avait donné le titre L’homme Moïse, un roman historique.

Transition sonore

Chant traditionnel de Pessah Had Gadya par Angelo Branduardi

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le livre de l'invité

Sigmund FREUD, L'Homme Moïse, un roman historique 

Traduction Thomas Gindele et Michel Fagard, Édition bilingue suivie d'un commentaire de Thomas Gindele 

En septembre 1934, Freud achève un ouvrage qu’il intitule L'Homme Moïse, un roman historique,  mais il ne le publie pas. Un mois plus tard, il écrit à Max Eitingon : «  Une partie du texte inflige de graves offenses au sentiment juif, une  autre au sentiment chrétien, deux choses qu’il vaut mieux éviter à notre  époque. » Puis en 1935, il confie à Lou Andreas-Salomé à propos de la  figure de Moïse : « Ce problème m’a poursuivi toute ma vie. » 

C’est dire  l’importance de cette réflexion sur la Bible, le judaïsme, et le  christianisme pour le père de la psychanalyse. En conservant —  contrairement à son habitude — ce manuscrit autographe, Freud a  probablement souhaité laisser des traces sur l’élaboration complexe de  son travail sur le monothéisme. 

Cette version initiale, transcrite ici  pour la première fois, nous permet de comprendre pourquoi et comment,  alors que le nazisme se répand partout en Europe, Freud a infléchi,  voire crypté, sa pensée au fil des années, jusqu’à la publication de son  livre testamentaire sur Moïse, paru en 1939.

Imago
Imago Crédits : Freud - Radio France

Émissions sur Pessah dans les archives de Talmudiques

La Haggada infinie 1/2 L'énigme des quatre visages. 2019/2020. Avec Gérard Garouste et le rabbin Rivon Krygier

La Haggada infinie 2/2 Dessine moi un agneau ! 2019/2020. Avec Gérard Garouste et le rabbin Rivon Krygier

Les pains de la liberté. 2018. Avec Michaêl de Saint-Chéron

Nettoyage de printemps ! 2017. Avec le rabbin Yeshaya Dalsace                                     

Pessah : en quoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ? 2016. Avec le grand-rabbin Haïm Korsia 

Pessah au cinéma : est-ce bien sérieux ? 1/2. 2015. Avec le rabbin Yeshaya Dalsace                                  

Pessah au cinéma 2/2. 2015. Avec le rabbin Yeshaya Dalsace                                 

Pessah : l'ordre et la liberté. 2014. Avec le rabbin Yeshaya Dalsace   

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......