LE DIRECT
Rabbin Yann Boissière

La liberté et la loi 1/2

31 min
À retrouver dans l'émission

Le récit

Rabbin Yann Boissière
Rabbin Yann Boissière Crédits : DR

« Au cours de la semaine dernière le monde a été confronté à une cyberattaque que certains commentateurs ont comparée au monde du western. Intrusion dans les banques, demande de rançon et présence de hors la loi qui agissent sans que l’on puisse les repérer, les retrouver et les juger. Le film Qui a tué Liberty Valance ? de John Ford dont on vient d’entendre une scène culte nous rappelle que le western montrait à l’écran, non pas comme on pourrait le croire, les bons contre les méchants, mais le droit contre le non droit, la difficulté pour le droit de s’imposer, de faire entendre l’importance de la Loi et de la faire respecter. Dimension pédagogique du cinéma qui nous disait deux choses :

Premièrement que toute société pour se constituer, se construire, se fédérer et fonctionner, a besoin de lois, de droit et d’institutions qui s’en portent garantes, qu’il n’y pas de liberté sans loi et sans droit et que c’est l’une des conditions premières de la liberté des citoyens. Et deuxièmement, c’est moins évident, bien que cela crève l’écran, si l’on peut dire, c’est que ces questions de droit et de lois, ont besoin pour être transmises, non seulement d’être apprises sur les bancs des universités et des écoles de droits, mais aussi d’être racontées.

Et s’il existe une histoire du droit, il existe aussi des histoires qui raconte le droit, le mettent en scène et en récit. Les plus grands maîtres de la littérature ont compris, tel Kafka à qui l’on doit des romans et de courts récits aux titres éloquents : le Procès, Le Verdict, Le Nouvel avocat, et le célèbre récit intitulé en français Devant les portes de la loi. Et de facto, on ne compte plus aujourd’hui le nombre de thèses dans les départements de droit et de littérature comparée qui cherchent à analyser et approfondir ce lien essentiel entre la narration et le droit et qui soulignent que le droit lui-même est une forme de littérature.

Heidegger parlait de l’histoire de la métaphysique occidentale comme d'une histoire de l’oubli de l’être ; sans doute peut-on parler aussi d’une histoire de l’oubli de la loi et certains philosophes ont peut-être contribué à cet oubli.

Et dans le judaïsme ? Quelle est la place de la loi ? Quelle est sa définition, son statut ? Comment a-t-elle évolué ? Critiquée, comment a-t-elle résisté ? Ignorée, comment s’est-elle fait connaître ? Possède-telle encore une pertinence aujourd’hui ou a-t-elle aussi été emportée dans les flots de l’oubli ? »

Pour réfléchir à toutes ces questions Marc-Alain Ouaknin s’entretient avec le Rabbin Boissière qui vient de faire paraître aux éditions du Cerf un livre intitulé Éloge de la Loi.

******

L'invité.

Né à Lille en 1962, Yann Boissière fait des études de civilisation anglo-américaine et de linguistique à l’Université de Paris III et de Dijon, puis une école de cinéma (réalisation) au Conservatoire du Cinéma français à Paris. Scénariste pour la télévision et le cinéma, il a également travaillé en tant que créatif publicitaire en recherche de noms de marques. Après des études rabbiniques au Abraham Geiger Kolleg il devient rabbin du Mouvement Libéral Juif de France.

*****

******

Le livre de l'invité.

Eloge de la Loi.
Eloge de la Loi. Crédits : édition du Cerf

Présentation de l'éditeur

"Alors que notre temps sacralise la liberté, dénie l’autorité et récuse la norme, ne doit-on voir dans la loi qu’un vestige d’un passé révolu où dominaient l’obligation, la coercition et la répression ?

Ou faut-il concevoir au contraire que la soumission à la règle peut être synonyme d’émancipation de l’esprit ? Et si oui, à quelles conditions ?

Convoquant la grande tradition juive, Yann Boissière récapitule ici l’expérience trois fois millénaire qui court de Moïse à Lévinas en passant par Spinoza. Il montre en quoi la Torah est au cœur du monde, de l’histoire, de l’homme car elle est inspirante, enseignante, affranchissante. Mais c’est pour mieux appliquer cette leçon aux

périls contemporains. Alors que la tentation théologico-politique opère un violent retour au sein de nos sociétés, la loi n’a pas dit son dernier mot.

Comment se mettre en recherche de vérités qui dépassent l’horizon de la laïcité tout en la respectant ? Comment définir un modèle de foi permettant une intégration qui ne réduise pas à l’assimilation ou à la marginalisation ? Comment promouvoir les valeurs de l’identité tout en demeurant résolument inscrit dans le cadre de la République ?

Face à ces questions brûlantes, voici un discours de la méthode spirituelle pour aujourd’hui."

L'équipe
Production
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......