LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Paul Salmona

Que la lumière soit !

32 min
À retrouver dans l'émission

....

Paul Salmona
Paul Salmona Crédits : Mahj - Radio France

La semaine dernière j’ai commencé l’émission en disant boquèr tov, expression qui signifie « bon matin » et bon discernement. Le locuteur hébraïque qui entend cette salutation matinale répond par une autre formule : « boquèr or » qui signifie « le matin commence à émerger dans la lumière » ou bien « le temps du discernement des choses grâce à la lumière est arrivé ».

En hébreu le mot lumière, or, signifie aussi le feu, et par un jeu de nombres et de lettres l’ « étrangeté » et le « secret ». La lumière c’est aussi, la « plaine », les « herbes » qui y poussent et la rosée qui les recouvre au petit matin. Une intuition sans doute de la photosynthèse.

Selon la tradition, le premier mot prononcé par Dieu lors de la création du monde fut précisément ce mot « lumière ». vayomèr élohim yehi or vayehi or ! « Dieu dit que la lumière soit et la lumière fut ! »  C’est alors que le monde commença à se révéler, que le monde commença à exister. Un monde écrit feu noir sur feu blanc. Lever du jour sur la plaine dans laquelle les herbes, heureuses de se sentir caressées par cette clarté inaugurale, se mirent à pousser et sans doute aussi à chanter !  Alors commença un monde écrit avec et par la lumière : Dieu venait d’inventer la photographie ! 

Quelques cinquante siècles plus tard selon le calendrier hébraïque, un homme retrouva, par hasard, l’intuition de ce commencement photographique du monde. Il comprit que c’est la lumière qui forme, sculpte, dessine, construit, affermi, cache, détourne, détoure, dévoile et révèle les objets et les êtres vivants qui constituent ce que nous appelons le monde. 

Cet homme, c’est Helmar Lerski, qui écrivait : 

« la photographie est l’art de créer avec la lumière, de même que l’on crée avec des mots, de la peinture, des sons, de la pierre et du bois ! »

Bien sûr cette intuition s’affina, se formalisa, se concrétisa au cours d’une vie de rencontres et d’expériences tant humaines qu’artistiques et sans doute aussi politiques. 

Et si la puissance des images peut parfois servir le pire, elle peut aussi dans les mains et l’esprit d’hommes bienveillants servir le meilleur.  Ainsi Lerski a mis sa vie au service de son art mais aussi service de l’homme : 

"En l’observant avec bonté et estime, écrit-il, et en le plaçant sous son vrai jour et de bonnes lumières, l’homme est rétabli dans sa beauté et sa dignité !"

Autoportrait
Autoportrait Crédits : Helmar Lerski - Radio France

Encore peu connu du grand public et parfois mêmes des professionnels de cet art, Helmar Lerski est, fut et restera l’un des plus grands photographes du XXe siècle, un pionnier, un maître de la lumière qui comme tous les grands créateurs témoignent à la fois pour eux-mêmes mais aussi pour leur temps. 

Témoins vigilants de leur époque, les créateurs en sont aussi la mémoire qu’ils savent maintenir vivante au-delà des forces contraires de l’oubli et des réécritures falsificatrices.

Helmar Lerski
Helmar Lerski Crédits : ... - Radio France

Le paradoxe est que ces porteurs de mémoire risquent parfois, eux aussi, de tomber dans l’oubli, leur œuvre restant dans des cartons et des archives bien scellés ou réservée qu’à un petit nombre. 

C’est là qu’interviennent toutes celles et tous ceux qui ont pour mission, entre autres, de faire en sorte que le souffle de vie de ces créateurs reste vivant, par-delà le temps des succès et des modes, par-delà les époques où tout doit aller de plus en plus vite et fournir en permanence de la nouveauté. 

Rôle que les Musées jouent avec une grande lucidité et une grande responsabilité. Et c’est ainsi que le Mahj, le Musée d’Art et d’histoire du Judaïsme, grâce à la pugnacité de son directeur, a pu se faire acquéreur d’une grande collection de photographies d’Helmar Lerski qui font l’objet aujourd’hui d’une belle et importante exposition.

"Têtes de tous les jours"
"Têtes de tous les jours" Crédits : Helmar Lerski - Radio France

Première rétrospective en France consacrée au photographe et au cinéaste Helmar Lerski qui se tient au Musée d’Art et d’histoire du Judaïsme jusqu’au dimanche 26 août prochain.

L'invité

Paul Salmona a été  directeur du développement culturel et de la  communication à l'Institut national de recherches archéologiques  préventives (INRAP) pendant huit ans après avoir été directeur de  l’auditorium du Louvre entre 1992 et 2005, et responsable de la  communication de la direction des musées de France et de la Réunion des  musées nationaux entre 1989 et 1992.  

Paul Salmona est directeur du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme depuis 2013. 

Métamorphoses d'un visage
Métamorphoses d'un visage Crédits : Helmar Lerski - Radio France

Paul Salmona a publié les ouvrages et les articles suivants :

ouvrages

L’Archéologie du judaïsme en France et en Europe, sous la direction de Paul Salmona et Laurence Sigal, Paris, La Découverte, 2011.

Saint Louis et les juifs – Politique et idéologie sous le règne de Louis IX, sous la direction de Paul Salmona et Juliette Sibon, Paris, Éditions du Patrimoine, 2015.

Réflexions sur l’antisémitisme, sous la direction de Paul Salmona, Dominique Schnapper et Perrine Simon-Nahum, Paris, Odile Jacob, 2016.

Soldat juif
Soldat juif Crédits : Helmar Lerski - Radio France

articles

« Le judaïsme médiéval en France : une présence oubliée » (avec Laurence Sigal), Paris, Le Monde, 17 janvier 2010

« Nos ancêtres les juifs d’Europe », dossier coordonné par Paul Salmona, Paris, L’Arche n° 620, janvier 2010.

“Les archives du sol”, in « Le Patrimoine », Textes et documents pour la classe, CNDP, mars 2013

« Archéologie », in Leselbaum J. et Spire A. (dir.), Dictionnaire du judaïsme français depuis 1944, Paris, Armand Colin-Le Bord de l’eau, 2013

“Un descubriment capdal per a la historia de l’Europa medieval”, in Tragedia al call – Tàrrega 1348, Tàrrega, Museu Comarcal de l’Urgell, 2014

« Effets de temps », in Moshe Ninio – Lapse (cat. exp.), Paris, musée d’art et d’histoire du Judaïsme, 2016

« Présences, expulsions et reconstitutions de communautés juives en France », in Archéologie des migrations, La Découverte, 2017

« Replacer les objets au sein d’une évocation globale des cultures du judaïsme : le musée d’art et d’histoire du judaïsme à Paris », in Du lieu de culte à la salle de musée – Muséologie des édifices religieux, sous la direction de Claire Merleau-Ponty, Paris, L’Harmattan, 2017

« Perspectives archéologiques », dans Savants et Croyants. Les juifs d’Europe du Nord au Moyen Âge, sous la direction de Nicolas Hatot et Judith Olszowy-Schlanger, Gand et Rouen, Snoek-musées de Rouen, 2018

Transition sonore

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Catalogue de l'exposition

Editions du Mahj et Gallimard

"Avec ses visages sculpturaux  et un travail très novateur sur la lumière, Helmar Lerski (1871-1956)  est l’un des plus grands portraitistes du xxe siècle. Né à  Strasbourg, il mène aux États-Unis une carrière d’acteur de théâtre  avant de se consacrer à la photographie à partir des années 1910. 

Helmar Lerski
Helmar Lerski Crédits : ... - Radio France

À  Berlin en 1915, il devient un chef opérateur réputé et un spécialiste  des effets spéciaux. Dès lors, son œuvre photographique, exploitant en  virtuose sa maîtrise de la lumière, associe une esthétique héritée du  cinéma expressionniste aux plus audacieuses expérimentations de la  « Nouvelle Vision ».

Fuyant le nazisme, Lerski s’installe en 1932 en  Palestine, laissant un témoignage exceptionnel sur les kibboutz et les  pionniers, ainsi que sur les soldats juifs engagés dans l’armée  britannique. 

Profondément humaniste, sa série « Arabes et juifs » est un  manifeste de tolérance, et ses « Métamorphoses par la lumière » une  exploration profondément originale de la puissance expressive d’un  visage." [quatrième de couverture]

Helmar Lerski
Helmar Lerski Crédits : DR - Radio France

Les auteurs
Florian Ebner, conservateur en chef du cabinet de la Photographie, Musée national d’art moderne, Centre Pompidou, Paris
Nicolas Feuillie, chargé des collections photographiques, mahJ, Paris
Jan-Christopher Horak, directeur général, UCLA Film & Television Archive, Los Angeles
Rona Sela, commissaire d’exposition, professeur à l’université de Tel-Aviv.

Couverture du catalogue
Couverture du catalogue Crédits : Helmar Lerski - Radio France

Le Mahj fête ses 20 ans

Une exposition, un colloque!

Colloque à l'occasion de l'exposition Lerski
Colloque à l'occasion de l'exposition Lerski Crédits : Du 13 au 15 juin - Radio France

Programme du colloque

Le sionisme est devenu un objet d’études scientifiques fourni.  Cependant, en dehors du cercle des spécialistes, il reste peu et mal  connu. Pour les profanes, il est surtout un champ d’affrontements  idéologiques. Un débat que ce colloque entend dépassionner.

Organisées en quatre sessions, ces journées d’étude obéissent à une  double logique, chronologique et thématique. La première journée est  consacrée à la phase initiale du sionisme, des prémices idéologiques et  organisationnelles en diaspora, notamment en Europe centrale et  orientale, jusqu’à l’implantation en Palestine. La seconde journée se  propose d’analyser les bouleversements que la destruction des juifs  d’Europe et l’adhésion massive de la diaspora à la création de l’État  d’Israël ont engendrés.

Ce colloque sera encadré d’une leçon inaugurale par Dominique Schnapper et d’une conférence de clôture par Élie Barnavi.

Programme

Mercredi 13 juin 2018 

20h00
Leçon inaugurale
Dominique Schnapper, EHESS, présidente du mahJ  

Kibboutz Ein Harod
Kibboutz Ein Harod Crédits : DR - Radio France

Jeudi 14 juin 2018
Sionisme, sionismes 

9h30-10h15
Le « cadeau de l’Europe aux juifs »
Gérard Unger, Historien, administrateur de la Fondation du mahJ, président du Conseil scientifique de la LICRA

10h15-11h00
La part de l’utopie
Denis Charbit, Open University, Israël 

11h00-11h15 pause

11h15-12h00
Une idéologie de rupture
Nicolas Weill, Le Monde

12h00-12h45
Le salut par l’action
Alain Greilsammer, Université Bar-Ilan   Une entreprise coloniale ?

14h30-15h15
La colonisation du pays et son soubassement idéologique et matériel
Michel Abitbol, Université Hébraïque de Jérusalem

15h15-16h00
L’édification d’une culture nationale
Françoise Saquer-Sabin, Université Lille III

L'exodus
L'exodus Crédits : 1947 - Radio France

16h00-16h15 Pause

16h15-17h00
La question arabe, entre morale et politique
Maurice Kriegel, EHESS

17h00-17h45
Le point de vue arabe
Antoine Sfeir, Les Cahiers de l’Orient

Vendredi 15 juin 2018
Le tournant de la Shoah 

9h30-10h15
Le sionisme, lucide et impuissant
Georges Bensoussan, Mémorial de la Shoah

10h15-11h00
Le sionisme après le tournant de la Shoah
Joël Kotek, Université Libre de Belgique

Pause  11h00-11h15

11h15-12h00
La liquidation du Mandat et la proclamation de l’Etat d’Israël
Frédérique Schillo, Centre d’histoire de Sciences-Po

12h00-12h45
Le sionisme, idéologie du peuple juif
Alexandre Adler, Université Paris-Dauphine   Le sionisme à l’heure de l’état

14h30-15h15
De l’idéologie de rupture à la constitution de l’État
Ran Halévi, CNRS Centre de recherches politiques Raymond-Aron

15h15-16h00
L’essoufflement du sionisme séculier
Alexandre Defay, ENS-ULM

16h00-16h15 Pause

16h15-17h00
Néo-sionisme, post-sionisme, sionisme démocratique
A.B. Yehoshua, écrivain

17h00-17h45
La civilisation d’Israël : un bilan
Dov Alfon, ancien rédacteur en chef du Haaretz

17h45-18h30
Conférence de clôture
Elie Barnavi

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......