LE DIRECT
Jean Baumgarten et Sylvie Steinberg

Être au monde corps et âme

32 min
À retrouver dans l'émission

Marc-Alain Ouaknin reçoit aujourd'hui Sylvie Steinberg et Jean Baumgarten

Jean Baumgarten et Sylvie Steinberg
Jean Baumgarten et Sylvie Steinberg Crédits : DR

Adam et Eve ont-ils fait l’amour au Paradis ? Question étonnante que posent les commentateurs de la Bible et à laquelle on peut proposer une réponse en citant les versets suivants :

« Dieu fit peser une torpeur sur l’homme, qui s’endormit ; il prit un de ses côtés, et forma un tissu de chair à la place. Dieu façonna en une femme le côté qu’il avait pris à l’homme, et il l’accoupla à l’homme. Et l’homme dit : "Cette fois-ci, elle est os de mes os et chair de ma chair ; c’est pour cela qu’celle-ci sera nommée Icha (femme), parce qu'elle a été prise de Ich (homme). C'est pourquoi l'homme abandonnera son père et sa mère ; il s'unira à sa femme, et ils deviendront une seule chair. Or ils étaient tous deux nus, l'homme et sa femme, et ils n'en éprouvaient point de honte. »

Ces versets complexes dont il existe de multiples commentaires expriment au moins une chose : la sensation d’épanouissement qu’Adam ressentit dans cette rencontre sexuelle.

Mais que veut dire « cette fois-ci » puisque selon le récit c’est la première fois qu’Adam faisait cette expérience.

« Cette fois-ci », en hébreu zot hapa’am, s’analyse à partir du verbe po’ème, « battre » qui a donné le mot pa’am qui signifie le « battement de la cloche » et le « rythme du pas de la marche ». Tout se passe comme si Adam disait « Pour le coup cela résonne ». Ce que l’on peut comprendre comme plaisir qui n’est pas seulement le ressenti éphémère d’une rencontre, mais la vibration de ce plaisir qui continue à irriguer l’existence au-delà de l’instant, comme la résonance du son qui continue à vibrer après le contact du battant sur le métal de la cloche. Plaisir métaphysique au-delà du besoin. Volupté au-delà de la jouissance !

Cette expérience exaltée et joyeusement assumée de la jouissance des corps constitue peut-être le sens même du mot paradis ou jardin d’Eden, Gan Eden en hébreu, dont le sens exact est « protection de la jouissance » !

Dès lors nous sommes loin, très loin, de certaines positions théologiques et philosophiques qui au cours des siècles ont donné à penser que dans le judaïsme comme dans le christianisme la sexualité et l’assomption du corps n’étaient qu’« ordure » et « débauche », « ténèbres sensuelles » et « turpitudes dégradantes », « pourriture » et « boueuse concupiscence de la chair », pour reprendre quelques formules, peut-être mal interprétées de Saint-Augustin !

Et s’il existe des textes de la tradition juive qui invitent à une certaine prise de distance par rapport à la dimension charnelle et hédoniste du vivant, il existe toute une tradition de textes qui assument cette position d’un corps de jouissance et soulignent l’importance de sa place dans la vie de chaque être humain, ce qui est le cas en particuliers des textes de la Kabbale et du Hassidisme.

Textes sur le corps où bien sûr il est aussi question de l’âme et de l’esprit mais sans que ceux-ci s’opposent au corps pour en constituer un aspect privilégié de l’humain. Textes, qui en cela prennent ainsi leur distance avec toute une tradition gréco-chrétienne où l’âme règne sur un corps purement secondaire, voire duquel il faut chercher à se séparer, du moins à s’éloigner.

Au cours des dernières décennies, des chercheuses et des chercheurs se sont penchés avec une attention beaucoup plus grande sur ces questions pour éclairer cette place du corps les traditions philosophiques et religieuses à travers les différentes cultures.

Pour nous aider à approfondir cette histoire du corps et ces multiples enjeux dans le judaïsme, Marc-Alain Ouaknin reçoit aujourd'hui Sylvie Steinberg et Jean Baumgarten

Les invités

Sylvie Steinberg est Directrice d'études de l'EHESS, l’Ecole des hautes études en sciences sociales où elle occupe la chaire, Genre, parenté et hiérarchies à l’époque moderne. Après avoir travaillé sur l’histoire des femmes et du genre vous avez ensuite exploré différents thèmes relevant de l’histoire de la sexualité et du corps, recherches qu'elle poursuit aujourd’hui en s'intéressant aux notions de statut, de filiation et d’hérédité. On lui doit un livre récent intitulé Une tache au front, la bâtardise aux XVIe et XVIIe siècle, paru en 2017 chez Albin Michel.

Jean Baumgarten est Directeur de recherches émérite du CNRS spécialiste de la littérature yiddish et de l'histoire culturelle du judaïsme ashkénaze. Auteur de très nombreux ouvrages importants, il a fait paraître un ouvrage, intitulé Le petit monde, Le corps humain dans les textes de la tradition juive, de la Bible aux lumières, Albin Michel, 2017.

Programmation musicale et archive

La scène commence à 6mn

Livres des invités

Jean Baumgarten, Le petit monde, Le corps humain dans les textes de la tradition juive, de la Bible aux lumières, Albin Michel, 2017.

Jean Baumgarten
Jean Baumgarten Crédits : DR

"Le corps humain fut longtemps considéré comme un objet d’étude secondaire. Or les textes de la tradition juive comprennent un ensemble impressionnant de références portant sur les réalités somatiques qui, toutes, nous montrent que l’être humain est un monde en miniature.

L’ouvrage foisonnant de Jean Baumgarten, en s’appuyant sur l’analyse de sources juives mises en regard avec des textes issus d’autres traditions religieuses et philosophiques, montre comment les discours juifs sur le corps se sont formés, développés et transformés, depuis la Bible jusqu’au XVIIIe siècle. Leur étude donne accès aux valeurs, aux codes culturels, et éclaire tout particulièrement les controverses entre les différents courants religieux qui particularisent le judaïsme.

En marge des conceptions sur la prééminence de l’âme, cette synthèse inédite des représentations du corps humain nous permet d’accéder à la compréhension des catégories légales, des principes philosophiques, des normes morales et des idées mystiques propres à la religion et à la culture juives." (Présentation de l'éditeur)

Sylvie Steinberg, Une tache au front, la bâtardise aux XVIe et XVIIe siècle, Albin Michel, 2017.

Sylvie Steinberg
Sylvie Steinberg Crédits : DR

"De nos jours, le vieux mot « bâtard » reste une insulte cuisante, comme pour rappeler ce qu’il y a d’essentiel dans l’appartenance familiale et la filiation. Sujet anthropologique ou sociologique, la bâtardise est aussi objet d’histoire. Confrontant études de cas, réflexions juridiques et représentations littéraires, Sylvie Steinberg montre de façon saisissante qu’elle fut paradoxalement un pivot de l’ordre absolutiste. Mais comment une société fondée sur le mariage chrétien, monogame et indissoluble, fit-elle une place, au sein de l’institution familiale, à des individus dont l’identité témoignait de l’inconduite de leurs géniteurs ?

>

Les bâtards, qu’ils soient issus de la paysannerie ou de l’aristocratie, furent au centre de débats juridiques et moraux, portant sur les comportements des individus et des groupes, et se trouvèrent à partir de la fin du XVIe siècle au cœur du dispositif de mise en discipline de la société. La loi de 1600, qui exigeait une naissance légitime ou légitimée de tout membre de la noblesse, faisait entrer en conflit règles de filiations et conditions sociales. Elle donna à l’État un droit de regard sur des questions qui relevaient auparavant de l’ordre privé.

Par-delà droit et théologie, cette histoire de la filiation aborde enfin la dimension vécue des liens entre enfants et parents, qui ne se réduisaient pas aux problèmes de nom et de patrimoine. Entre les « sans-familles » et leurs parents, l’amour, l’attachement, les sentiments de possession ou d’exclusion composaient un tableau changeant des normes et des comportements. Sommes-nous étrangers à cette histoire ?" (Présentation de l'éditeur)

Conférence au MAHJ

Jean-Joseph Thorelle (1806-1889), Adam et Eve au paradis terrestre, Musée Charles de Bruyères à Remiremont
Jean-Joseph Thorelle (1806-1889), Adam et Eve au paradis terrestre, Musée Charles de Bruyères à Remiremont Crédits : DR

https://www.mahj.org/fr/programme/jean\-baumgarten\-74219

À l’occasion de la publication de son ouvrage Le Petit Monde. Le corps humain dans les textes de la tradition juive, de la Bible aux Lumières (Albin Michel, 2017)

En présence de l’auteur, en conversation avec Sylvie Steinberg, spécialiste du corps et de la sexualité à l'époque moderne, EHESS

Rencontre modérée par Marc-Alain Ouaknin

Le corps humain fut longtemps considéré comme un objet d’étude secondaire. Néanmoins, les textes de la tradition juive fourmillent de références sur le sujet : depuis la Bible jusqu’au XVIIIe siècle, les théories se sont développées et transformées, reflétant les codes culturels et les controverses inhérentes à la culture juive.

On retrouve en filigrane l’apport du judaïsme aux recherches actuelles sur l’histoire du corps humain.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......