LE DIRECT
Ami Flammer

Ces petites histoires qui nous portent 2/2

32 min
À retrouver dans l'émission

.

Ami Flammer
Ami Flammer Crédits : DR - Radio France

Marc-Alain Ouaknin poursuit sa conversation avec le violoniste Ami Flammer

L'invité

Élève de Roland Charmy au Conservatoire de Paris, Ami Flammer y obtient en 1969 un 1er Prix de Violon. Admis en troisième cycle, il bénéficie de l'enseignement de Josef Gingold, Henryk Szeryng, Christian Ferras, Isaac Stern, Yehudi Menuhin…Première Médaille au Concours International Maria Canals (Barcelone), il travaille avec Ivan Galamian (Juilliard School, New York), puis avec Nathan Milstein.

Ami Flammer et Charles Berling
Ami Flammer et Charles Berling Crédits : DR - Radio France

Dans les années soixante-dix, il est Violon Solo de l'Orchestre de Chambre de Versailles, avec lequel il joue en soliste un peu partout dans le monde. Membre du Quatuor Prat, puis Soliste invité permanent de l'Orchestre de Haute-Normandie, il joue en soliste, entre autres, avec Jean-Pierre Rampal, Pierre Amoyal, etc.

À la même époque, il est membre du Collectif 2e2m et de l'ensemble l'Itinéraire, et reçoit en 1983 le Prix Georges Enesco du meilleur interprète contemporain (SACEM). Parmi de nombreuses œuvres contemporaines, Ami Flammer a créé en France les Freeman Etudes de Cage, ainsi que Two 6, dont il est le dédicataire avec Martine Joste, le Quatuor Black Angels de George Crumb, etc.

Il mène parallèlement une carrière de soliste (avec l'Orchestre Liszt de Budapest, le Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio-France, les concerts Pasdeloup et Lamoureux, l'Orchestre Philharmonique de Moscou, l'Orchestre des Jeunes de la Méditerranée, et des orchestres régionaux français ; Capitole de Toulouse, Philharmonique de Lorraine, etc.) et se produit en musique de chambre dans différentes manifestations (Rencontres d'Arc et Senans, Cluny, Académie des Arcs, Floréal d'Épinal, etc.). Il joue souvent en duo avec Jean-Claude Pennetier, avec qui il a enregistré les œuvres de Franck, Debussy, Szymanovski, Enesco, Webern, Schönberg et Janacek.

Ami Flammer a fondé en 1999 le quatuor " Carré – Le Partage des Voix ", dédié au répertoire contemporain.

Professeur de Violon et de Musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, Ami Flammer enseigne également au conservatoire de Gennevilliers.

Il a publié en 1988 un grand ouvrage sur Le violon (éd. Lattès/Salabert).Ami Flammer a composé la musique de nombreux films : on lui doit la musique de plusieurs films de Marguerite Duras et il a travaillé pour Louis Malle, Benoît Jacquot, Agnès Varda.

Ami Flammer
Ami Flammer Crédits : DR - Radio France

La direction d’orchestre le passionne toujours davantage : il a ainsi conduit l’Orchestre des Étudiants du CNSM de Paris dans Schœnberg, Bartok et Britten ; dans Mozart en 2011, dans Mozart et Beethoven à la Cité de la Musique avec en soliste Georges Pludermacher. Il a également dirigé un concerto de Beethoven interprété par Jean-Claude Pennetier, ou encore de nombreuses œuvres de musique contemporaine (Gérard Grisey, le Pierrot lunaire de Schoenberg…), et se voit de plus en plus souvent inviter comme chef à l’étranger : en Turquie (Orchestre National d’Adana), au Kazakhstan, au Montenegro. Il a par ailleurs dirigé l’orchestre des jeunes de Gennevilliers dans un spectacle avec Howard Buten.

On le retrouve également aux côtés de Moshe Leiser et Gérard Barreaux (accordéon), avec qui il a enregistré deux albums de Chansons Yiddish (Ocora – Radio-France et Opus 111). Avec le même Gérard Barreaux et Frédéric Stochl à la contrebasse, il a constitué pendant de nombreuses années, un trio d’improvisation appelé la Symphonie déconcertante, auquel Arte a consacré le film Trois hommes et un trio.

Pour Arte encore, il a servi de guide musical et été le principal interprète du film de Nicolas Klotz Chants de sable et d’étoiles sur la diaspora des musiques juives (prix Italia du meilleur documentaire).

Programmation musicale

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le livre de l'invité

Ami Flammer
Ami Flammer Crédits : Christain Bourgois - Radio France

"Dans ce récit autobiographique, le violoniste Ami Flammer, né à Metz, commence par retracer le fil de ses origines, qui remontent à la Russie et à l'Europe centrale. Dès son plus jeune âge, il se trouve en but à toutes sortes d'orthodoxies : la foi juive de ses ancêtres et la voie d'un métier correct. Refusant de faire sa bar-mitzvah, il convainc ses parents de l'autoriser à se lancer dans une carrière musicale. Très précoce, il se retrouve ainsi au conservatoire à Paris, en mai 1968. L'auteur évoque ensuite plusieurs tournées à New York et en Amérique latine ; il décrit les scènes de la vie du musicien itinérant et exprime un sentiment de révolte à l'égard des inégalités sociales.

Après la tentation de la "montée" en Israël, où il s'installe pour quelques mois dans un kibboutz, Ami Flammer retourne en France, où il alterne tournées et enregistrements. Vient le temps de plusieurs collaborations fructueuses : avec le cinéaste Benoit Jacquot sur son premier film, avec Marguerite Duras sur le Navire Night, dont il compose la musique. Flammer s'engage pleinement dans la musique contemporaine, avec l'ensemble Itinéraire et, en particulier, John Cage. Il raconte ensuite un concert mémorable, organisé à Ramallah dans un contexte politico-militaire extrêmement tendu. L'auteur se désespère de constater le caractère obtus des ennemis en présence.

Cet artiste à la personnalité indépendante, toujours rebelle et intraitable, s'implique aussi bien du côté palestinien que du côté israélien. Il termine son récit sur l'évocation d'une crise qu'il a traversée en tant que violoniste, ce qui donne lieu à une étude de détail sur la main gauche et la main droite, puis le musicien finit par retrouver la maîtrise de son art. Ce texte dessine la figure d'un artiste, dans toute sa force paradoxale. Partagé entre le respect de la tradition et l'exploration de formes musicales très modernes, Ami Flammer livre de fines analyses sur l'art auquel il a consacré sa vie, sur la pratique du violon et sur les principaux compositeurs qui ont marqué son parcours." [Présentation de l'éditeur"

Discographie de l'invité.

  • Marcello : Concerto en fa majeur n°4. Les Musiciens de Paris, direction et soliste. Arion
  • G. Masson : Duo violon et alto avec Gérard Caussé. Erato- MFA
  • Chansons yiddish avec G. Barreaux et Moshe Leiser : «Tendresse et rage». Ocora.
  • «Yankele ». Opus 111
  • Enesco,Webern, Schœnberg, Janacek : Sonates, pièces pour violon et piano avec J.-C. Pennetier. Thesis
  • Saint-Saens : Le Carnaval des Animaux. Direction Guennadi Rojdestvenski. Erato
  • Dvorak : Musique de Chambre, avec G. Caussé, R. Cohen, R. Mamou, S. Marcovici. Verdi
  • Cage : Pièces pour violon et piano, avec Martine Joste. Mode Records /New York
  • Szymanowski, Debussy, Franck : Sonates et pièces pour violon, avec J.-C. Pennetier. Grave/Concorde

Filmographie :

  • Apparition dans Au revoir les enfants de Louis Malle.
  • Trois hommes et un trio, Arte.
  • Le prince charmant (film pédagogique pour La Sept)
  • Chants de sable et d’étoiles, film sur les musiques juives dans le monde, Arte

Suite de la biographie.

Ami Flammer a créé plusieurs spectacles : L’Orient de l’Occident (avec Michael Lonsdale) en novembre 2004 à la MC93, qui a tourné ensuite au Proche-Orient, en Israël, en Palestine et ailleurs ; en 2008, un spectacle sur Marguerite Duras avec Astrid Bas au Théâtre de la Colline.

En 2009, il conçoit et réalise à la MC93 un spectacle sur la musique et le souvenir musical, Allegro ricordando, avec Michael Lonsdale (mise en scène Georges Lavaudant). En 2011, il met en scène lui-même pour la première fois une adaptation de Lobo Antunes avec François Marthouret.

En 2012, il crée sur une idée originale et avec Charles Berling à Toulon le spectacle Gould-Menuhin, co-mis en scène par Christiane Cohendy : il y joue et comme acteur et comme violoniste Yehudi Menuhin. Ce spectacle a tourné en France avant d’être donné à Paris au théâtre de l’Atelier en février et mars 2013, puis de nouveau à partir du mois de mars 2015 en France et à l’étranger.

Ami Flammer a enregistré sous la direction de Jean-Claude Pennetier le Concerto de Beethoven et tout récemment une nouvelle version avec Jean-Jacques Kantorow. (A paraître prochainement) . C'est la version que l'on entend dans l'émission.

Intégrale des Sonates et partitas de Bach pour violon seul (Soupirs).

Il prépare un spectacle avec François Marthouret sur le Testament de Heiligenstadt de Beethoven, texte où Beethoven se rend compte qu’il devient définitivement sourd, et dit adieu au monde.

Il donne assez souvent un récital violon seul sur les formes musicales de différentes époques : Chaconnes de Bach et de Bartok, Caprices de Paganini et de Sciarrino.

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......