LE DIRECT
Olivier de Marliave

Trouver un foyer 2/2

31 min
À retrouver dans l'émission

Une affaire d'état : protéger, sauver , anéantir.

Olivier de Marliave
Olivier de Marliave Crédits : DR - Radio France

Même si de multiples expériences de création d’un lieu d’accueil pour  les juifs ont été faites depuis le 17e siècles, c’est au tournant du  XXe siècle que se cristallisent toute cette histoire par la création,  au-delà de la volonté de personnes singulières, d’institutions fortes,  juives ou non juives, autonomes politiquement mais aussi dépendantes  très étroitement des états d’alors.  

Il faut rappeler et c’est essentiel pour la compréhension de  l’histoire, de la petite et de la grande Histoire, que nous sommes en  des temps où, un peu avant et après la première guerre mondiale la  géographie du monde et le tracé des frontières vont être totalement  bouleversés. Le démantèlement de l’Empire ottoman par exemple, et sa  reconfiguration en de nouveaux états a joué un rôle majeur dont les  conséquences se font sentir, on l’oublie souvent, jusqu’à aujourd’hui.  

Des hommes ont mis toute leur énergie à ces différents projets de  terres promises à travers le monde : Mordékhaï Noah, le Baron Maurice de  Hirsch, le baron James Edmond de Rothschild, Israël Zangwill, et  Théodor Herzl pour les plus emblématiques.  

Emblématiques car ils représentent trois courants différents du  sionisme, fondés sur trois idéologies différentes d’envisager ces terres  d’accueil. Pour certains comme le Baron Hirsch et Zangwill, la nature  du territoire accordé importait peu pourvu qu’il ait cette fonction  d’accueil et de protection des juifs et qui leur donnerait la  possibilité de se développer en une société libre, vivante et autonome.  

A l’opposé de ces territorialistes, et sans doute pour des raisons  idéologiques différentes, Moïse Montefiore, Charles Netter, le Baron  Edmond de Rothschild et à sa suite Herzl, quelque peu contraint par le  vote du congrès sioniste mondial, pensaient que seul la terre d’Israël  pouvait être le lieu choisi pour la création d’un foyer d’accueil.  

Le troisième courant intermédiaire des deux précédents n’avait pas de  préférence pour l’un ou l’autre des lieux d’importation pourvu que  cette terre d’accueil existe. Ce qui était de fait la position première  de Herzl. Il faut préciser qu’au sein même de ces différents courants on  trouve des subdivisions multiples, qui souligne la complexité de cette  question.  

Dans ce grand malström différentes organisations, comme l’Alliance Israélite Universelle fondée en 1860, la Jewish Colonization Association, fondée en 1891, L’organisation sioniste mondiale fondée en 1897, la Jewish Territorialist Organization  fondé en 1905, ainsi que différents états cherchèrent à proposer des  solutions à cette quête de foyer d’accueil pour les juifs. Certains  projets réussirent en partie, d’autre échouèrent mais tous ont construit  une part importante de l’Histoire. Marc-Alain Ouaknin poursuit sa conversation avec Olivier de Marliave 

L'invité

Diplômé de l’école supérieure de Journalisme de Lille et licencié d’espagnol, Olivier de Marliave est écrivain-journaliste.   

Il débute dans la presse écrite, puis économique. Il entre à l’ORTF   magazines économiques, grands reportages, magazine transfrontalier, et   participe à la création du site internet de France-Télévision.  

Il est l’auteur d’enquêtes historiques et ethnographiques dont : «  mythologies pyrénéennes », Magie et sorcellerie dans les Pyrénées », «  Sources et saints guérisseurs », « Des Hommes et des Arbres » (histoire  des espèces autour du globe), « Le monde des eunuques » et tout  récemment «  Les terres promises avant Israël » aux éditions Imago.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le livre de l'invité

L’Angola, l’Alaska, la Mandchourie, la Crimée, le Kenya, le Suriname,   la  Tasmanie, l’Argentine, Madagascar, le Far-West…, nombreuses furent   les  terres de refuge envisagées par les Juifs avant la naissance de   l’État  d’Israël. 

Dès la fin du XIXe siècle, fuyant la vague des pogroms russes puis,  plus   tard, les persécutions antisémites en Europe, des Juifs,  cherchant à  se  protéger contre la déferlante de haine, se mirent en  quête de lieux   d’accueil où ils pourraient vivre librement et en toute  sécurité. Au   contraire des sionistes, ces territorialistes — pour  lesquels la   Palestine était inaccessible ou, du moins, ne pouvait être  qu’un projet   parmi d’autres — parcoururent la planète, étudiant avec  attention sols   et climats dans l’optique d’installations. 

Soutenues par des intellectuels engagés, financées par de généreux bienfaiteurs — tels les barons de Hirsch et de Rothschild —, des    expéditions, composées d’ingénieurs et d’explorateurs, s’aventurèrent,    souvent au péril de leur vie, dans les régions les plus inattendues  du   globe, parvenant parfois à établir des petites communautés qui    connaîtront généralement l’extrême misère. 

Dans cet ouvrage novateur, Olivier de Marliave retrace ainsi ces tentatives méconnues ou oubliées, menées par des hommes remarquables,    soucieux d’assurer à leur peuple un simple havre de paix, tentatives   qui  ne prendront fin qu’en 1948." 

Imago
Imago Crédits : DR - Radio France
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......