LE DIRECT

Une leçon de Talmud : se construire en cheminant dans les textes

31 min
À retrouver dans l'émission

Yeshaya Dalsace
Yeshaya Dalsace Crédits : Yeshaya Dalsace

Le rabbin Yeshaya Dalsace propose une lecture talmudique des pages 3a et 3b du traité Haguigua sur le thème de l'étude et de la transmission.

Texte cité - Traité Haguiga du Talmud de Babylone

- Talmud de Babylone édition Steinsaltz

Le rabbin Yeshaya Dalsace est rabbin de la communauté Massorti Dor vador
**Texte du Talmud de Babylone , traité Haguigua 3a et b, Traduction Arlette Elkaïm-Sartre **Aggadot du Talmud de babylone , Éditions Verdier, 1982, p 563à 565
— Nos rabbis ont enseigné : Un jour, Rabbi Yohanan ben Beroka et Rabbi Éléazar ben Hisma allèrent rendre visite à Rabbi Josué à Pékiin.

— Qu'y a-t-il de neuf à la maison d'étude aujourd'hui ? leur demanda-t-il.

— Rabbi ! Nous sommes te» disciples. C'est à nous de boire de ton eau.

— Quoi qu'il en soit, il n'est pas possible que rien de neuf n'ait eu lieu dans la maison d'étude. C'était le Chabbat de qui, cette semaine ?

— C'était le Chabbat de Rabbi Éléazar ben Azaria.

— Et sur quel sujet a-t-il fait son sermon ?

— Sur le chapitre « Rassemble ».

— Et quel a été son commentaire sur ce sujet ?

Rassemble le peuple, les hommes, les femmes, les enfants (Deutéronome 31, 12): les hommes viennent pour apprendre, les femmes pour écouter, mais pour quelle raison les enfants doivent-ils être présents ? Afin que ceux qui les ont amenés en soient récompensés.

— Vous aviez une perle rare en votre possession, et vous vouliez me la cacher ! dit R. Josué.

— R. Éléazar b. Azaria) a fait aussi le commentaire suivant : Il est écrit Aujourd'hui tu as fait promettre à l' É ternel (Ibid. 26,17) et aussi Et aujourd'hui l'Eternel t'a fait promettre (Ibid. 18). Le Saint, béni soit-II, a voulu dire à Israël : « Vous avez fait de moi l'unique objet de votre amour, selon ce qui est écrit, É coute, Isra ë l ! L' É ternel, notre Dieu est le seul Dieu (Ib. 6,4) ; en retour je ferai de vous l'unique objet de mon amour, selon ce qui est écrit, [3b] Est-il sur la terre une seule nation qui soit comme ton peuple d'Isra ë l ? (I Chroniques 17, 21) » R.Eléazar b. Azaria a commenté aussi Les paroles des sages sont comme des aiguillons, et les membres des assembl é es comme des clous plant é s : tout est donn é par un seul et m ê me pasteur (Ecclésiaste 12, 11). Pourquoi les paroles de la Thora sont-elles comparées à des aiguillons ? C'est pour l'indiquer ceci : de même que les aiguillons guident la vache sur le sillon, afin que le monde ait sa subsistance, de même les paroles de la Thora guident celui qui s'instruit par elles du chemin de la mort vers le chemin de la vie. Pour éviter que tu ne penses : « Les paroles de la Thora ne sont donc pas stables, puisqu'elles ressemblent aux aiguillons », il est dit ensuite Comme des clous . Et ne dis pas non plus : « Un clou troue [un mur], mais n'y ajoute rien, il en est de même pour la Thora », car il est écrit ensuite Plant é s : ce qui est planté fructifie, tout comme les paroles de la Thora. Quant aux membres des assembl é es , ce sont les disciples des sages qui se réunissent en assemblées pour étudier la Thora : les uns démontrent que telle chose est impure, les autres que telle autre est pure ; les uns interdisent, les autres autorisent ; certains décident que tel acte est conforme à la loi certains que tel autre ne l’est pas. Tu pourrais dire : « S'il y a tant de gens qui décident du pur et de l'impur, qui autorisent et qui interdisent, qui déclarent conforme ou non un acte, comment puis-je m'y reconnaître dans la Thora ? » C'est pourquoi il l'est précisé Tout est donn é par un seul et m ê me pasteur, c'est-à-dire que tous [ces préceptes] ont été donnés par un seul Dieu, et qu'un seul guide (Moïse) les a énoncés, qui les tenait du Maître de toutes choses, béni soit-II ! Il est dit en effet Et Dieu pronon ç a toutes ces paroles pour qu'elles soient dites (Ex. 20, 1). A toi d'ouvrir les oreilles comme une hotte de moulin et d'acquérir un cœur apte à entendre les raisonnements [des sages] sur le pur et l'impur, la prohibition et l'autorisation, ce qui est conforme et ce qui ne l'est pas.

R. Josué s'exclama, en entendant ce discours : « Quelle chance a la génération de R. Éléazar b. Azaria ! Elle n'est pas orpheline ».

Haguiga 3A
Haguiga 3A Crédits : Haguiga 3a
haguigua 3b
haguigua 3b Crédits : Haguiga 3b
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......