LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'ONG Peace of Mind (Tranquillité d'esprit) finançait en 2020 une pièce à Kaboul pour panser les blessures psychiques en Afghanistan.

La scène afghane face à l'exil

59 min
À retrouver dans l'émission

Tous en scène tourne ses micros vers des artistes qui ne peuvent plus jouer, menacés à Kaboul et dans les provinces de l'Afghanistan par le retour au pouvoir des Talibans. En prise directe avec cette violente actualité ou concernés par l'urgence d'un exil vers la France, quatre invités témoignent.

L'ONG Peace of Mind (Tranquillité d'esprit) finançait en 2020 une pièce à Kaboul pour panser les blessures psychiques en Afghanistan.
L'ONG Peace of Mind (Tranquillité d'esprit) finançait en 2020 une pièce à Kaboul pour panser les blessures psychiques en Afghanistan. Crédits : WAKIL KOHSAR - AFP

Une nouvelle saison s'ouvre pour l'émission, avec une question :

Quand la création d'un pays n'a d'avenir qu'en dehors de ses frontières, est-ce que le théâtre offre un refuge ?

...et avec une certitude :

Des artistes sont chassés de chez eux, de chez elles : nos scènes et nos récits n'en seront pas indemnes.

Kubra Khademi, performeuse et plasticienne franco-afghane exilée en France. Née en 1989, elle a étudié les beaux-arts à l'Université de Kaboul (Afghanistan), avant d’intégrer l’Université de Beaconhouse (Pakistan). Après sa performance Armor en 2015, elle a été forcée de fuir son pays d'origine, où son travail était revenu dénoncer notamment le pouvoir patriarcal. Réfugiée alors en France, elle a été la première artiste à disposer d’un atelier dans L’Atelier des Artistes en Exil (AAE), un lieu fondé en 2017 par les metteurs en scène Judith Depaule et Ariel Cypel pour des artistes qui doivent fuir leur pays d’origine et cherchent comment créer en France ; elle travaille ensuite dans un atelier à Romainville (Seine-Saint-Denis), accueillie par la Fondation Fiminco, avant de venir vivre et travailler à Paris, où son travail est désormais représenté par la Galerie Eric Mouchet, et accueilli en résidence à la Cité internationale des arts. Kubra Khademi obtient la nationalité française en 2020.  

Une mobilisation pour évacuer artistes et intellectuels

Maria-Carmela Mini, directrice du festival Latitudes Contemporaines. Le festival Latitudes Contemporaines accompagne le travail de Kubra Khademi depuis 2016. Maria-Carmela Mini est actuellement engagée jours et nuits, aux côtés du metteur en scène Joris Mathieu, directeur du Théâtre Nouvelle Génération (CDN de Lyon), dans l’évacuation d’artistes et d’intellectuels afghans en France, pour les aider administrativement à fuir le pays tombé sous les mains du régime taliban, directement menaçant pour eux. Sur les 160 artistes signalés sur les listes prioritaires dressées par leurs soins, une centaine ont réussi à parvenir à bon port. Devant le retrait de la France qui n'aura probablement plus les capacités de les exfiltrer d’Afghanistan, leur collectif, appuyé par différentes personnalités du monde des arts et de la culture qui menaient chacune de leur côté ce type d'initiatives (dont Atiq Rahimi, Siddiq Barmak, Mohsen Makhmalbaf et Guilda Chahverdi...) a décidé de s’adresser directement au secrétaire d'Etat Américain Anthony Blinken et aux ambassadeurs US en Afghanistan et en France, pour leur demander d'accepter d'intégrer à leurs dernières opérations d'évacuation cette courte liste d'artistes et d'intellectuels : leur Appel lancé aux autorités américaines par des structures françaises pour évacuer une liste d'artistes afghans encore en danger à Kaboul a été lancé le 27 août. 

Omid Rawendah, comédien afghan du Théâtre du Soleil. En juin 2005, invités par la Fondation pour la Culture et la Société Civile, Ariane Mnouchkine et sa troupe du Théâtre du Soleil s’embarquent pour l’Afghanistan pour donner un stage à Kaboul. Cette petite mission donne naissance à une toute jeune troupe de théâtre afghane, le Théâtre Aftab. Omid Rawendah a depuis lors a intégré la troupe du Soleil à Paris, avec d’autres comédiens afghans. La troupe, en contact avec Kaboul, est engagée ces jours-ci pour essayer de faire sortir les membres de familles de plusieurs d'entre eux...

Gurshad Shaheman, auteur, metteur en scène, performeur franco-iranien. Depuis 2012, il écrit et interprète ses propres performances. Sa trilogie autobiographique Pourama Pourama (2015), toujours en tournée, est publiée aux éditions Les Solitaires Intempestifs. En 2019, il crée sa compagnie La Ligne d’Ombre, implantée dans les Hauts de France. En 2020, il crée Les Forteresses à partir des récits de vie de sa mère et ses deux tantes, nées en Iran dans les années 1960, texte pour lequel il a obtenu la bourse Beaumarchais de la SACD ainsi que le prix ARTCENA. Son travail se fait l’écho de vies en rupture avec leurs terres, leurs familles, comme autant d’exils qu’il questionne en tant qu’artiste directement concerné. 

Pour aller plus loin

  • Programmation spéciale sur France Culture // Afghanistan : urgences pour les réfugiés : France Culture s’installe en direct et en public au Théâtre de la Ville - Espace Cardin le lundi 6 septembre pour un 18/20 dédié à la situation des réfugiés suite à la prise de pouvoir des Talibans en Afghanistan. A (ré)écouter.
  • Urgent – Artistes afghans en danger. Soutenons-les ! Un appel à dons relayé par L'Atelier des Artistes en Exil, en soutien aux artistes afghans de l’exposition Kharmohra, l’Afghanistan au risque de l’art du Mucem à Marseille (2019-2020). La situation en Afghanistan se détériore de jour en jour depuis l’annonce du retrait des dernières troupes américaines à la date du 11 septembre 2021. Les talibans ont repris le pouvoir. Les artistes font partie des cibles privilégiées des talibans. Ils sont attaqués, menacés et assassinés. Des vidéos d’assassinat d’artistes circulent sur les réseaux sociaux.
  • Un soleil à Kaboul... ou plutôt deux ! Des ressources à visionner et à lire autour du film de Duccio Bellugi-Vannuccini, Sergio Canto Sabido, et Philippe Chevallier (2007) sur le théâtre Aftaab, une aventure née d'un stage qu'Ariane Mnouchkine et sa troupe du Théâtre du Soleil sont venus donner à Kaboul en juin 2005, invités par la Fondation pour la Culture et la Société Civile.
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......