LE DIRECT
Colloque Jeunesse au Théâtre de la Colline, 12 juin 2021

Maintenant ou jamais, la jeunesse entre en scène

1h58
À retrouver dans l'émission

2 heures en direct et en public pour célébrer la réouverture des salles de spectacle et la jeunesse en scène avec le metteur en scène Aristide Tarnagda, la comédienne Lyna Khoudri, l'auteur metteur en scène Wajdi Mouawad, Sébastien Khéroufi, Sophie Leroux. LIVE : le groupe CATASTROPHE

Colloque Jeunesse au Théâtre de la Colline, 12 juin 2021
Colloque Jeunesse au Théâtre de la Colline, 12 juin 2021

2H EN DIRECT ET EN PUBLIC DE L’ESPACE CARDIN - THEÂTRE DE LA VILLE / pour le Week-End COMBATS. 2 heures pour célébrer la réouverture des salles de spectacle et la jeunesse en scène.

Il est 20h sur France Culture et il nous faut nommer à nouveau notre monde. C’est l’intellectuel Felwine Sarr qui parle. J’ai conquis la parole. Elle me fut longtemps refusé. C’est le début de Traces, discours aux nations africaines sur lequel le metteur en scène et acteur Aristide Tarnagda, travaille. Le 29 août dernier, on ouvrait la saison et Aristide nous envoyait un mot de Ouagadougou. Il disait : le théâtre, c’est prendre soin de la vie. Ce soir on prendra aussi soin des mots. Il faut nommer à nouveau notre monde. Ce sont les retrouvailles. Pas les premières. Il y a eu des espoirs et des déceptions cette année. Pour éviter les fausses retrouvailles, Wajdi Mouawad a décidé d’ouvrir le Théâtre de la Colline, par une journée, aujourd’hui 12 juin, de rituel de la parole, avec la jeunesse. Tous en cercle. Depuis 14h ils et elles parlent, et ils nous rejoignent à 21h.  Le 29 août dernier, c’est aussi avec lui, Wajdi Mouawad, que nous ouvrions la saison. Avec lui et la Belle jeunesse, troupe de Tremblay. Alors on va se retrouver à nouveau, comme si on s’était perdus de vue. On avait réduit notre champ de vision. Il se comptait en kilomètres à ne pas dépasser. Il y avait des gestes comme des barrières. On convoquera de nouveaux mots pour nommer notre monde, si l’écriture ne protège de rien, dit Blandine Rinkel, il y a quand même au départ, le refus de n’être que soi. Ca pourrait ressembler à une définition du théâtre, de ce qui nous fait y aller. On a beaucoup été appelé à être seulement nous-mêmes, dans notre espace cette année. Mais la fiction fait exploser les frontières. On la retrouve avec joie. Elle parle de possibles. La scène parle de possibles. Et quand le réel n’est pas satisfaisant, elle créé une brèche. C’est notre colonne vertébrale. Nous ouvrons deux heures aux rêveurs et à la jeunesse, à ceux et celles qui refusent de n’être qu’eux-mêmes, et nous ouvrent à nouveau, les scènes et les possibles

Aristide Tarnagda, auteur, metteur en scène, comédien, directeur artistique du festival Les Récréâtrales. Du 22 juin au 02 juillet, Les Récréâtrales de Ouagadougou s’invitent deux semaines au Grand T (Nantes). Cette édition nantaise exceptionnelle du plus ambitieux festival de théâtre d’Afrique de l’ouest est la réponse au défi lancé par Ngoné Fall, commissaire de la saison Africa2020, qui invite à “regarder et comprendre le monde d’un point de vue africain”, notamment du point de vue des jeunesses africaines. Aristide Tarnagda dirige le festival dans son Burkina Faso natal depuis 2014. Cette année, il y monte plusieurs textes : Que ta volonté soit Kin du jeune auteur congolais Sinzo Aanza (dont il avait aussi monté Plaidoyer pour vendre le Congo pour Les Récréâtrales de Ouagadougou), présentée du 30 juin au 10 juillet à l'Odéon - Théâtre de l'Europe, Ateliers Berthier avec le Festival d'Automne à Paris ; Traces. Discours aux Nations africaines de l’économiste et écrivain sénégalais Felwine Sarr, du 01 au 04 juillet à la MC93 (Bobigny) et le 06 juillet au Théâtre Jean Vilar (Vitry-sur-Seine) ; Pistes de la jeune auteure française naturalisée sénégalaise Penda Diouf, présentée du 06 au 11 juillet à la MC93 (Bobigny) avec le Festival d'Automne à Paris.

Que ta volonté soit Kin
Que ta volonté soit Kin Crédits : Géry Barbot

Wajdi Mouawad, auteur, metteur en scène, directeur du Théâtre National de la Colline (Paris). Pour la deuxième heure de l’émission, ils nous rejoignent tous les trois depuis le Colloque Jeunesse, qui a lieu ce même jour au Théâtre National de la Colline (Paris) récemment occupé, dirigé depuis 2016 par Wajdi Mouawad. Sentant qu’il y a nécessité et urgence à dire et discuter, face aux événements traversés récemment par La Colline occupée 82 jours par des étudiants, élèves et apprentis, le théâtre imagine à nouveau le Colloque Jeunesse mené dans ses murs depuis quatre ans. Le 12 juin se déroule une conversation entre 120 personnes conviées en cercle sur le grand plateau, forte des enjeux soulevés par cette récente occupation commencée le 09 mars, dans le contexte de la crise sanitaire et de la crise sociale qui en a découlé. Considérant que la fin de son occupation ne sonne pas la fin d’une période mais un début, l’équipe de La Colline est convaincue que “sa réouverture ne peut se faire sans un geste par la jeunesse et envers la jeunesse : […] il est de notre responsabilité de ne pas effacer ce qu’une centaine de jeunes personnes a voulu faire entendre de leurs situations deux mois durant. Ce seront donc des gens de leur âge qui rouvriront le théâtre de la Colline”. Wajdi Mouawad propose ainsi de rouvrir son lieu par “un rituel de la parole" qui prendrait acte de ces deux mois d’occupation, pour “ne pas effacer ce qu’une centaine de jeunes personnes a voulu faire entendre de leurs situations deux mois durant”. 

Il vient accompagné de deux jeunes gens impliqués dans le Colloque Jeunesse, dont l’un d’eux a occupé la Colline : Sebastien Kheroufi, 29 ans, comédien et Sophie Leroux, 20 ans, marionnettiste. 

Lyna Khoudri, jeune comédienne (César 2020 du meilleur espoir féminin, pour Papicha de Mounia Meddour). Elle a participé au jury de l'école du TNB (Rennes), qui forme une jeune génération de comédiens. Elle nous parle de cette expérience, à l’heure où le métier de comédien.ne paie cher le tribut de la crise sanitaire : se lancer dans le métier aujourd’hui pose de nouvelles questions... 

LIVE : 3 titres du groupe Catastrophe dont les concerts reprennent, avec la jeune romancière et musicienne Blandine Rinkel, qui en profitera pour nous parler de son livre Tout tremble qui vient de paraître (PUF, mai 2021). Engagée dans son époque à travers l’art de la scène et les livres, Blandine Rinkel revient sur sa place dans le monde abîmé d’aujourd’hui : son texte exprime la voix d’une génération qui connaît la disparition des oiseaux, la raréfaction du silence et la pollution de l’air... Cette promesse d’énergie témoigne de la manière dont une personne de 30 ans affronte de nos jours la vie.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......