LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Devoirs de lenteur - avec Antoine de Baecque

29 min
À retrouver dans l'émission

Twitteurs, hyperréactifs, claqués du click.... ralentissons!

Suivons les traces lumineuses de ceux qui vont par les sentes à la force tranquille du mollet, embarquons sereinement sur les "chemins qui marchent", et goûtons en gourmets les mots qui les racontent.

Les itinéraires des écrivains marcheurs sont de traverse, leurs destinations simples prétextes.

Pourtant ces glandeurs se révèlent souvent des glaneurs de première.

Bon pied, bon oeil, ils voient au ras du terrain ce que personne ne voit. Il se peut même que certains de leurs écrits deviennent les rares à survivre des siècles barbares où l'horreur économique pointait déjà derrière la sacro-sainte efficacité productive.

Antoine de Baecque
Antoine de Baecque Crédits : Anaïs Ysebaert - Radio France

Dans la précieuse anthologie qu' Antoine de Baecque consacre aux "Ecrivains randonneurs" (qu'il aurait aussi pu qualifier de "baladeurs", comme le micro du même nom, relié mais sans fil), il identifie une sorte de famille recomposée. Proust y voisine avec Jean Loiseau, l'immortel auteur de Camping et voyages à pied (1934).

Simone de Beauvoir, loin de Montparnasse et de son"cher petit être" (sic), arpente en solitaire les routes poudreuses de Provence, s'endort à la belle étoile, recrue de fatigue et de chaleur, après avoir sifflé une gourde de vin rouge.

Ségalen, joignant la pratique à la poétique, fait l'éloge lors de son Equipée en Chine d'un accessoire essentiel: la sandale "mesureuse de l'espace", par qui "le pied s'épand et s'étire et divise bien ses orteils."

Si la présence de Michel de Certeau ou de Guy Debord surprend sur ces itinéraires buissonniers, tel n'est pas le cas de Jacques Lacarrière, qui s'emploie à définir l'"épreuve passionnante et rebutante" à laquelle s'exposent les marcheurs à plume, au pas lent et à la main agile, nommés Verlaine, Jim Harrison, ou Alfred Jarry, pèlerins mécréants comme Jean-Claude Bourlès, rescapés incrédules comme Jean-Paul Kauffmann.

Ceux-là qui ont décidé une fois pour toutes d' "être à mi-chemin de tous les mondes"." A la fois dehors et dedans". "A jamais l'étranger".

Et, en fin d'émission, nous recevons Olivier Weber, pour son article sur istanbul paru dans notre revue partenaire de l'émission : "Long Cours" n°5

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......