LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Capture d'écran d'un entretien que Djibril Diop Mambety avait donné, en 1997, aux responsables du Festival Gindou (département du Lot, région Occitanie)

Djibril Diop Mambéty (1945-1998) : le cinéma comme il l’entend

58 min
À retrouver dans l'émission

"En dehors de la recherche artistique, j’ai voulu vraiment faire œuvre utile". Djibril Diop Mambety

Capture d'écran d'un entretien que Djibril Diop Mambety avait donné, en 1997, aux responsables du Festival Gindou (département du Lot, région Occitanie)
Capture d'écran d'un entretien que Djibril Diop Mambety avait donné, en 1997, aux responsables du Festival Gindou (département du Lot, région Occitanie) Crédits : Festival Gindou

1945. Dakar. Il y a encore, à l’époque, des cinémas dans la capitale sénégalaise. Dans le quartier populaire de Colobane, où grandit Djibril Diop Mambety, il y a le cinéma ABC. On y projette, dans une petite cour intérieure séparée de la rue par des palissades de tôle, des films français, des films du cinéma novo brésilien et surtout des westerns américains. À plusieurs reprises, par complicité avec son enfance sans doute, il affirmera qu’il n’a eu de cesse, toute sa vie et d’un film à l’autre, de vouloir refaire Le Train sifflera trois fois (High Noon, 1952, Fred Zinnemann), qu’il avait vu quand il était jeune.

Après le lycée, Djibril Diop Mambety étudie la comédie et la mise en scène au théâtre Daniel Sorano (inauguré quelques années plus tôt par Léopold Sédar Senghor) dont il est exclu en 1969 pour indiscipline.

Capture d'écran du film "Badou boy" (1970) de Djibril Diop Mambety (1945-1998)
Capture d'écran du film "Badou boy" (1970) de Djibril Diop Mambety (1945-1998) Crédits : Coll. Teemour Diop Mambéty, fils du réalisateur. Droits réservés.

Il tourne son premier film, Badou boy – d’abord en noir et blanc, puis en couleur – l’année suivante, puis Contras’ city (1969), Dakar, ville de contrastes, "trébuchant sur elle-même", "ignorant son propre cri", dont il a fait non seulement le décor exclusif mais également un des personnages principaux de ses films. 

Capture d'écran du film "Touki bouki" (1973) de Djibril Diop Mambety (1945-1998)
Capture d'écran du film "Touki bouki" (1973) de Djibril Diop Mambety (1945-1998) Crédits : Coll. Teemour Diop Mambéty, fils du réalisateur. Droits réservés

Quelques années plus tard, en 1973, sort son premier long métrage, Touki bouki (en français, Le voyage de la Hyène) qui deviendra, bien plus tard et surtout après la mort de son auteur, un des objets les plus cités et commentés du cinéma africain et du cinéma indépendant plus généralement. Incantatoire et trivial, Touki Bouki est un film multiple, poétique et cruel, vivant et libre, visuel et sonore, radicalement en rupture avec les formes narratives de son époque. Plus que jamais actuel, il raconte avec insolence le désir d’un jeune couple pour une Europe à la fois réelle et fantasmée dans le contexte d’une société sénégalaise elle-même partagée, les limites de l’indépendance, les inégalités sociales et les ambivalences des traditions et de la modernité. 

Capture d'écran du film "Touki bouki" (1973) de Djibril Diop Mambety (1945-1998)
Capture d'écran du film "Touki bouki" (1973) de Djibril Diop Mambety (1945-1998) Crédits : Coll. Teemour Diop Mambéty, fils du réalisateur. Droits réservés

Il est question dans ce film des Africains malades de l’Europe (…). Le film, c’est un peu l’histoire de beaucoup de jeunes, le dégoût aussi que m’inspire cette image qu’on s’acharne à donner de l’Europe avec un tel sens du merveilleux que vous n’avez plus qu’une envie : y aller, et que vous commencez à vous sentir étranger dans votre propre pays. C’est contre cela (…) que je me suis rebellé dans ce film. En dehors de la recherche artistique, j’ai voulu vraiment faire œuvre utile. Djibril Diop Mambety

Un cinéma politique et un cinéma artistique. "Un cinéma de recherche", dira-t-il. 

Il faut choisir entre la recherche et le constat : pour moi le cinéaste doit aller beaucoup plus loin que le constat. Je crois par ailleurs que c’est à nous tout particulièrement de réinventer le cinéma. Ce sera difficile car notre public est habitué à une certaine forme de langage. Djibril Diop Mambety

Après l’échec de Touki Bouki – le film est retiré des écrans quatre jours seulement après sa diffusion et il ne sortira en France qu’en 1986 – s’ensuit une longue période de retrait ; Djibril Diop Mambety ne tourne plus. Il monte une fondation pour aider les enfants des rues, Yaadikoone, du nom de cet homme qu’on décrit comme le "Robin des bois sénégalais" et qui volaient aux riches pour donner aux pauvres. Petit, se souvient-il, Yaadikoone ouvrait les portes des cinémas aux enfants. 

13 mai 1992 : Le réalisateur sénégalais Djibril Diop Mambety, accompagné de deux enfants, monte les marches du Palais du Festival de Cannes pour assister à la projection de son film "Hyènes".
13 mai 1992 : Le réalisateur sénégalais Djibril Diop Mambety, accompagné de deux enfants, monte les marches du Palais du Festival de Cannes pour assister à la projection de son film "Hyènes". Crédits : Mario GOLDMAN / AFP - AFP

En 1989, il tourne un court film documentaire, Parlons grand-mère, qui raconte et décrit le tournage d’un autre film, Yaaba (1989), deuxième long métrage d’Idrissa Ouedraogo.

Écouter
2 min
Archives INA : Extrait de l'émission de RFI "Grand écran" avec un entretien de Djibril Diop Mambéty lors du FESPACO (12.03.1995)

Son film suivant, Hyènes (1992), adapté d’une pièce du dramaturge Friedrich Dürrenmatt, sera le dernier long métrage de Djibril Diop Mambety. Car il préfère entamer un cycle de trois moyens-métrages : l’Histoire des petites gens, dont il ne pourra réaliser, avant sa mort, que les deux premiers volets : Le Franc et La Petite vendeuse de Soleil, son dernier film – dont le montage est achevé par son frère, Wasis Diop. 

 13 mai 1992 : L'actrice japonaise Kaoru Egushi (G), l'acteur sénégalais Mansour Diouf (D) et le réalisateur Djibril Diop Mambety (C) lors du 45e Festival de Cannes où ils présentent leur film "Hyènes".
13 mai 1992 : L'actrice japonaise Kaoru Egushi (G), l'acteur sénégalais Mansour Diouf (D) et le réalisateur Djibril Diop Mambety (C) lors du 45e Festival de Cannes où ils présentent leur film "Hyènes". Crédits : Michel GANGNE / AFP - AFP

Un mot, enfin, du rôle qu’occupent les sons et la musique dans son travail. Depuis son premier moyen-métrage jusqu’à son dernier film, le son est un personnage à part entière de ses films : les béquilles d’une jeune vendeuse de Soleil encouragent progressivement le rythme de la percussion, une course derrière un bus qui devient, par métonymie, le son itératif d’une ville entière l’après-midi, la juxtaposition d’un saxophone et de l’appel à la prière dans les rues de Dakar, la voix des mouettes, le son de la mer ou les tambours qui éclatent dans le bruit des vagues, et du vent. C’est Martine Brun qui raconte : sur le passeport dont il ne se séparait pour cette raison jamais, une erreur avait été commise. On pouvait y lire, paraît-il : "Profession : cinéastre". 

Je crois à la vertu du vent, aux commandements du vent. Je sais attendre le vent parce que j’aime le vent, parce que j’écoute le vent. Je suis ouvert au vent. Les vents contraires, comme ils m’indiffèrent, passent. Mais le vent que j’attends vient, m’emplit, m’emporte. Il n’y a que des possibles. Donc je suis en attente et je suis à la recherche des possibles. Et quand je rencontre des possibles, nous faisons ensemble des petites merveilles. Djibril Diop Mambety

Un documentaire d'Adrien Chevrier, réalisé par Gaël Gillon. Prise de son Arthur Gerbault ; Mixage, Valérie Lavallart. Archives INA, Marie Chauveau. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France.

Intervenants

  • Claire Denis, cinéaste
  • Wasis Diop (frère de Djibril), musicien
  • Alain Gomis, cinéaste
  • Catherine Ruelle, journaliste, critique de cinéma

Musique : Extraits des bandes originales des films de Mambety, Touki Bouki, Badou boys, Le Franc, La Petite Vendeuse de soleil.

Archives INA : "Inter treize" du 13.02.1993, sur France Inter, pour la sortie de "Hyènes" de Djibril Diop Mambety - Dans "Nuits magnétiques" du 10.05.1995, "Un scénario pour l'Harmattan" sur France Culture, extrait de discours du Ministère de la Coopération et intervention de Djibril Diop Mambety - Dans "Grand écran" du 12.03.1995, "Bilan Fespaco 95" sur RFI, une interview de Djibril Diop Mambety, pour son film "Le Franc" - "Actualité du cinéma" du 13.04.1997, "Spéciale Cinéma africain" sur RFI, un texte de Djibril Diop Mambety lu par son fils - "L'Afrique enchantée" du 06.08.2008, "Le cinéma" sur France Inter, Djibril Diop Mambety dresse l'état des lieux du cinéma africain - "Hors champs" du 26.03.2014, sur France Culture, Mati Diop à propos des films de son oncle Djibril Diop Mambety.

Bibliographie

Ouvrages spécialisés : 

Œuvres littéraires (pour aller plus loin) : Sony Labou Tansi, Encre, sueur, salive et sang (Seuil, 2015) - Amadou Hampâté Bâ, L’Enfant peul (J'ai lu, 2000) - Mariama Bâ, Une si longue lettre (Le Serpent à plumes, 2001) - Friedrich Dürrenmatt, La Visite de la vieille dame (LGF/Le Livre de Poche, 1988. Réédition L'Arche, 2020).

Filmographie : Contras’ city (1969) - Badou boy (1970) - Touki Bouki (1973) - Parlons grand-mère (1989) - Hyènes (1992) - Le Franc (1995) - La Petite vendeuse de Soleil (1998).

Pour aller plus loin

  • Interview de Djibril Diop Mambety, probablement recueillie en 1997, à voir sur YouTube :
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Un film documentaire, Mambéty For Ever, lui est consacré en 2008. Réalisation : Aïssatou Bah et Guy Padja - Production : Sud Plateau TV.
L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......