LE DIRECT
Georg Büchner (17.10.1813-19.02.1837) d'après une lithographie contemporaine d'August Hoffmann

Georg Büchner (1813-1837) ou l’autopsie du réel

58 min
À retrouver dans l'émission

Tout à la fois écrivain, scientifique, philosophe et agitateur politique, Büchner est peu connu à sa mort en 1837. Il faudra attendre des décennies pour qu’éditeurs et gens de théâtre s’emparent de son œuvre et perçoivent la modernité d’une écriture à ce point en avance sur son temps.

Georg Büchner (17.10.1813-19.02.1837) d'après une lithographie contemporaine d'August Hoffmann
Georg Büchner (17.10.1813-19.02.1837) d'après une lithographie contemporaine d'August Hoffmann Crédits : Photo par ullstein bild / ullstein bild via Getty Images - Getty

Considéré comme un monument de l’histoire littéraire et théâtrale, Georg Büchner ne semble pas jouir, encore aujourd’hui, de la notoriété qu’il mérite en France, où on le réduit trop souvent à un drame historique, La Mort de Danton. Certes, il est l’un des auteurs de langue allemande les plus joués et les plus traduits ces dernières décennies, mais qui connaît réellement ce jeune prodige, mort du typhus à 23 ans, ayant accompli ce que d’aucuns considèrent comme une révolution dans l’art dramatique ?

L’homme est un francophile convaincu : Büchner s’est largement inspiré de la littérature française, a étudié la médecine et la biologie à Strasbourg, rédigé sa thèse en français, écrit un drame sur la Révolution française et traduit deux pièces de Victor Hugo. Autant de raisons de lui rendre un hommage radiophonique et de montrer la cohérence de cette œuvre aussi fulgurante que variée.

Écouter
2 min
Archive INA : Le metteur-en-scène Jean-Pierre Vincent à propos de la pièce de Georg Büchner "Woyzeck". Extrait de l'émission "Arts scéniques et Bouts de ficelle" (France Inter, 21.11.1993)

Tout à la fois écrivain, scientifique, philosophe et agitateur politique, Büchner n’est connu à sa mort en 1837 que de ses proches, du publiciste Karl Gutzkow et de quelques services de police allemands. Il faudra attendre des décennies pour qu’éditeurs et gens de théâtre s’emparent de son œuvre et perçoivent la modernité d’une écriture à ce point en avance sur son temps. Qu’il s’agisse de sa thèse sur le système nerveux du barbeau – qui fait encore autorité –, de son analyse "au bistouri" des luttes fratricides de la Révolution française (La Mort de Danton), de son activisme politique auprès des masses paysannes d’une province allemande archaïque (son pamphlet Le Messager hessois), de la description aussi précise que poétique d’un artiste sur le point de devenir fou (Lenz), ou encore de son portrait d’un anti-héros moderne (Woyzeck), c’est toujours avec la même analyse clinique, le même regard chirurgical, qu’il dissèque le vivant et l’âme humaine. Son scalpel n’épargne aucune des conditions sociales de son temps, tout en défendant une conception fondamentalement bienveillante de l’humain.      

(G à D) : R.Kukulies, F. Römer et B. Cathomas, dans "Woyzeck", de Georg Büchner, mise en scène par Thomas Ostermeier , lors du 58e Festival d'Avignon (04.07.2004).
(G à D) : R.Kukulies, F. Römer et B. Cathomas, dans "Woyzeck", de Georg Büchner, mise en scène par Thomas Ostermeier , lors du 58e Festival d'Avignon (04.07.2004). Crédits : ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP - AFP

Pessimiste sans être cynique, révolutionnaire sans être utopiste, affranchi de tout idéalisme suranné, Büchner met son humour sans concession au service d’une œuvre visionnaire qui échappe à toute tentative de récupération idéologique jusqu’à nos jours. C’est cette vie hors norme que cherche à ressusciter ce documentaire qui croise les voix d’historiens du théâtre allemand (Jean-Louis Besson) et de l’histoire socioculturelle des relations franco-allemandes (Michael Werner), d’une dramaturge (Marie Potonet), d’une traductrice et metteuse en scène (Irène Bonnaud) et d’un homme de théâtre (Jacques Osinski).

Je me souviens d'une interview avec le dramaturge est-allemand Heiner Müller où il disait que, lui, ce qui l'intéressait chez Büchner c'est qu'il avait l'impression de quelqu'un qui était "né avec les paupières arrachées". Il disait : "c'est quelqu'un qui regardait le monde sans jamais essayer de fermer les yeux. C'est comme si les Parques lui avaient arraché les paupières dès la naissance. Et c'est vrai que ça c'est très frappant aussi chez Büchner. C'est quelqu'un qui avait des opinions politiques, et même qui était militant dans la vraie vie, mais qui, quand il écrivait, était capable finalement d'incendier ses propres positions, ses propres opinions politiques pour montrer la réalité du monde. Irène Bonnaud, metteuse en scène, dramaturge et traductrice

Intervenants

  • Jean-Louis Besson, professeur émérite en arts du spectacle, spécialiste du théâtre allemand des XIXe et XXe siècles, et traducteur pour le théâtre. 
  • Irène Bonnaud, metteuse en scène, dramaturge et traductrice. 
  • Jacques Osinski, metteur en scène. Il a monté trois pièces de Georg Büchner : Léonce et Léna (Maison de la Culture d'Amiens, 2000), Woyzeck (Centre Dramatique National des Alpes, Grenoble, 2009) et Lenz (Théâtre des Amandiers, Nanterre, 2017). 
  • Marie Potonet, dramaturge. 
  • Michael Werner, historien, directeur d’études de l’EHESS, spécialiste de l'histoire socioculturelle des relations franco-allemandes et notamment de l'émigration allemande en France aux XIXe et XXe siècles.  
Götz George (Danton) et Senta Berger (Marion) dans "La Mort de Danton" de Georg Büchner, mise en scène de Rudolf Noelte, au Festival de Théâtre de Salzbourg (1981)
Götz George (Danton) et Senta Berger (Marion) dans "La Mort de Danton" de Georg Büchner, mise en scène de Rudolf Noelte, au Festival de Théâtre de Salzbourg (1981) Crédits : Photo de VIRGINIA/ullstein bild via Getty Images - Getty

Archives INA

  • Extrait du pamphlet Le Messager hessois, rédigé par Georg Büchner et le pasteur Friedrich Ludwig Weidig et publié en 1834, lu par Roger Blin dans le cadre d'une émission intitulée 150e anniversaire de la mort de Heinrich von Kleist (10e partie consacrée à Georg Büchner), diffusée sur la Radiodiffusion française le 02 février 1962. 
  • Extraits de la pièce La Mort de Danton de Georg Büchner (écrite et publiée en 1835), mise en scène de Jean Vilar (traduction d’Arthur Adamov), enregistrée lors de sa création dans la cour d’honneur du Palais des papes pour le 2e festival d’Avignon en 1948, avec notamment Jean Vilar dans le rôle de Robespierre et Jean Davy dans le rôle de Danton.  
  • Extraits de la pièce Léonce et Léna de Georg Büchner (écrite en 1836), mise en scène de Jacques Lassalle (traduction de Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil), jouée par les élèves de l’école supérieure d’art dramatique du Théâtre national de Strasbourg, présentée à Villeneuve-lès-Avignon en 1989.  
  • Extrait d'une interview du metteur en scène Jean-Pierre Vincent, à propos de la pièce Woyzeck de Georg Büchner, dans le cadre de l'émission À voix nue de Claude Liscia (France Culture, 04.10.1990). 

Extraits de captations des pièces de Georg Büchner mises en scène par Jacques Osinski

  • Woyzeck de Georg Büchner (écrite en 1836), mise en scène de Jacques Osinski (traduction de Stéphane Braunschweig), dramaturgie de Marie Potonet, créée au Centre Dramatique National des Alpes à Grenoble en 2009. Avec Delphine Cogniard, Vincent Berger, David Migeot, Alice Le Strat, Stanislas Sauphanor, Arnaud Simon, Baptiste Roussillon et Jean-Marie Frin.
  • Lenz de Georg Büchner (écrit fin 1835), mis en scène par Jacques Osinski (traduction de Georges-Arthur Goldschmidt), créé au Théâtre des Amandiers en 2017.  Avec Johan Leysen.
Jacques Osinski (05.10.2010)
Jacques Osinski (05.10.2010) Crédits : Photo Jean-Marc ZAORSKI/Gamma-Rapho via Getty Images - Getty

Ambiance sonore et musique

  • Extraits du film Woyzeck de Werner Herzog (1979), avec Klaus Kinski dans le rôle de Woyzeck. 
  • Extrait de l’opéra Wozzeck d’Alban Berg (1925). 

Bibliographie

  • Georg Büchner, Œuvres complètes. Inédits et Lettres (Seuil, 1988). Édition dirigée par Bernard Lortholary.
  • Jan-Christoph Hauschild, Georg Büchner (Jacqueline Chambon, 1995). Traduction de l’allemand par Christian Bounay.
  • Jean-Louis Besson, Le théâtre de Georg Büchner. Un jeu de masques (Circé, 2002).
  • Jean-Louis Besson, Georg Büchner : des sources au texte. Histoire d’une autopsie (Peter Lang, 1992). 
  • Frédéric Metz, Georg Büchner, autopsie générale. Tome central. Le Scalpel, le Sang  (Pontcerq, 2012). 
  • Paul Celan, Le Méridien et autres proses (Seuil, coll. La Librairie du XXIe siècle, 2002). 
  • Georg Büchner. Roland Barthes, Revue Europe, N°952-953, août-septembre 2008. 
  • Thomas Michael Mayer (dir.), Georg Büchner. Leben, Werk, Zeit. Katalog. Ausstellung zum 150. Jahrestag des "Hessischen Landboten" (Jonas-Verlag, 1985). 

Un documentaire de Jeanne Guérout, réalisé par Vincent Decque. Archives INA, Véronique Jolivet. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France et Elna Fraysse, stagiaire.

Écouter
2 min
Archive INA : Arthur Adamov présente l'oeuvre de Georg Büchner à l'occasion de la retransmission de "La mort de Danton" créée par Jean Vilar dans la cour d'honneur du Palais des papes au deuxième festival d'Avignon (15.07.1948)

Pour aller plus loin

L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......