LE DIRECT
Le Père Michel Jaouen salue la foule, le 13 juillet 2008 à Brest, après avoir béni la mer lors de "Brest 2008", un festival maritime international.

Le Père Michel Jaouen (1920-2016) : "Démerdez-vous pour être heureux ! "

58 min
À retrouver dans l'émission

Né à Ouessant en 1920, Michel Jaouen est une figure du Finistère, une célébrité dans le monde de la voile et un modèle pour ceux qui œuvrent à la réinsertion des délinquants. En 2011 fut publiée une biographie qui avait pour titre sa maxime préférée dont nous avons fait le titre de ce documentaire.

Le Père Michel Jaouen salue la foule, le 13 juillet 2008 à Brest, après avoir béni la mer lors de "Brest 2008", un festival maritime international.
Le Père Michel Jaouen salue la foule, le 13 juillet 2008 à Brest, après avoir béni la mer lors de "Brest 2008", un festival maritime international. Crédits : PHOTO ALAIN JOCARD / AFP - AFP

Démerdez-vous pour être heureux ! Le père Michel Jaouen

Il grandit dans le Finistère Nord, entouré de treize frères et sœurs, sous la responsabilité d’un père médecin. La mère de Michel Jaouen meurt quand il a cinq ans. Le futur curé fait sa scolarité au collège jésuite Bon Secours de Brest. Réfractaire au STO, il entre dans la Résistance. En 1951, il intègre la Compagnie de Jésus, et devient aumônier de la prison de Fresnes, près de Paris. La réinsertion de la jeunesse délinquante devient son obsession. Il est persuadé que la prison n’est pas le lieu où ces jeunes devraient échouer après leur passage devant la justice. Il crée dans les années 1960 L’Aumônerie de la jeunesse délinquante, une association qui existe toujours et dont l’acronyme, AJD, signifie aujourd’hui Les Amis du Jeudi Dimanche. Michel Jaouen emmène notamment les enfants de prisonniers naviguer, et embarque les enfants qui le souhaitent pour la promenade. 

L'Aber Wrac'h, à quelques kilomètres de Brest (Finistère, Bretagne), point de départ des promenades en mer
L'Aber Wrac'h, à quelques kilomètres de Brest (Finistère, Bretagne), point de départ des promenades en mer Crédits : Virginie Bloch-Lainé - Radio France

Le départ se fait depuis L’Aber Wrac’h, à quelques kilomètres de Brest. Il achète un bateau qu’il rénove et baptise Le Bel espoir, une goélette de 29 mètres construite en 1944. Au début des années 1970, il y embarque seulement des toxicomanes. Puis Michel Jaouen constate qu’un brassage, des âges et des parcours, serait plus profitable à tout le monde. Avec des formateurs issus de la marine marchande présents à ses côtés dans le cadre de leur service militaire, Michel Jaouen embarque, pour des croisières de six mois, des passagers qui se portent bien et d’autres qui vont moins bien. Tous ont le statut de stagiaires. Ils naviguent jusqu’aux Antilles. Cette expérience est un succès, tout le monde y trouve son compte. 

Tous ces garçons demandent une chose, c’est qu’on leur foute la paix. Et surtout que, quand on arrive quelque part dans un port, on ne soit pas étiqueté "drogués". Parce qu’on leur demande, à eux, de se réinsérer mais alors qu’on ne les empêche pas. Je crois personnellement qu’avec des gens de bonne volonté, une cure de cette sorte ne peut être que salutaire. Père Michel Jaouen

Des stagiaires actuels de l’association, rencontrés sur le chantier, lieu où les bateaux sont entretenus, réparés, témoignent dans le documentaire des avantages de ce mélange. Malheureusement, la pandémie les a empêchés de sortir en mer lorsque nous étions sur place, fin mars. 

Le Père Michel Jaouen, sur le Bel Espoir, à Concarneau (09.01.1995)
Le Père Michel Jaouen, sur le Bel Espoir, à Concarneau (09.01.1995) Crédits : PHOTOPQR/OUEST FRANCE/V. MOUCHEL - Maxppp

En mer, les stagiaires retrouvent "confiance en eux et en les autres", dit Michel Jaouen, dans une archive que l’on entend dans ce documentaire. Sa voix est sans hésitation. Le Père ne faisait aucun sermon à bord, ni à terre d’ailleurs. Il laissait la religion de côté. Mais l’esprit de La Compagnie de Jésus et de Vatican II ont compté dans l’ouverture sur le monde qui l’animait. Le navigateur Jacques Caraës, directeur des courses des éditions 2016 et 2020 du Vendée Globe, se souvient de la force et de la gentillesse que dégageait Michel Jaouen.

Le Bel Espoir, goélette de 29 mètres construite en 1944
Le Bel Espoir, goélette de 29 mètres construite en 1944 Crédits : Virginie Bloch-Lainé

Sur le chantier, constitué de plusieurs ateliers, Michel Jaouen faisait participer ces jeunes aux travaux de rénovation des bateaux et de ses pièces détachées. Maintenant qu’il n’est plus là, son neveu Zykton a pris la relève et encadre les stagiaires

Un "stagiaire" découpe de la tôle à Landéda dans l'Aber-Wrac'h, sur le pont du Rara-Aris, goélette de trois mâts, rénovée depuis 1995 par l'association des AJD dirigée par le père Jaouen (31.01.2002).
Un "stagiaire" découpe de la tôle à Landéda dans l'Aber-Wrac'h, sur le pont du Rara-Aris, goélette de trois mâts, rénovée depuis 1995 par l'association des AJD dirigée par le père Jaouen (31.01.2002). Crédits : Fred TANNEAU / AFP - AFP

Il y a enfin les baraques, c’est-à-dire les maisons qui abritent le siège de l’association, où les stagiaires déjeunent et peuvent dormir quelques semaines, le temps de trouver un logement. Les repas sont cuisinés avec des invendus apportés par les supermarchés des environs. Ces baraques sont face à l’eau, vers des dunes. On y rencontre Aurélie, la secrétaire de l’ADJ, qui a connu Michel Jaouen lorsqu’elle était enfant, en voyant Le Bel espoir passer en Normandie, devant chez elle. Elle naviguait avec les autres enfants. Françoise, la sœur de Zykton et la nièce de Michel Jaouen. Une fois par semaine, elle vient faire la comptabilité. 

Panorama devant les "baraques", maisons qui abritent le siège de l’association, où les stagiaires déjeunent et peuvent dormir quelques semaines, le temps de trouver un logement.
Panorama devant les "baraques", maisons qui abritent le siège de l’association, où les stagiaires déjeunent et peuvent dormir quelques semaines, le temps de trouver un logement. Crédits : Virginie Bloch-Lainé

L’association AJD vit de dons uniquement, et non de subventions publiques, afin de garder son indépendance. 

Un documentaire de Virginie Bloch-Lainé, réalisé par Clotilde Pivin. Archives INA, Sandra Escamez. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France.

Écouter
2 min
Archive INA : Témoignage d’une femme de marin endeuillée, extrait de "Mer cruelle" de Michel Tauriac, collection "Vécu" (France Inter, 06.09.1980)

Intervenants

  • Jacques Caraës, navigateur et directeur de course du Vendée Globe en 2016 et 2020
  • Zikton, neveu de Michel Jaouen et actuel directeur de l’association AJD, Amis du Jeudi Dimanche
  • Françoise, nièce de Michel Jaouen et comptable occasionnelle de l’association
  • Aurélie, secrétaire de l’association
  • Jean-Michel, médecin généraliste à la retraite, qui embarqua en 1972 à bord du Bel Espoir avec des toxicomanes
  • Thierry Lyonnet, journaliste à RCF (Radio chrétienne francophone), qui a interrogé le Père Jaouen 
  • Yann Queffélec, écrivain (prix Goncourt 1985 pour son roman Les Noces barbares, collection Blanche, chez Gallimard) et marin
  • D’anciens et d’actuels stagiaires de l’AJD 
11.12.2013 : Convaincu des vertus et des valeurs de la navigation, le Père Jaouen emmenait naviguer délinquants, toxicomanes ou simples passionnés de la mer depuis 1968 avec les "Bel Espoir I" et II puis le "Rara Avis" à partir de 1973
11.12.2013 : Convaincu des vertus et des valeurs de la navigation, le Père Jaouen emmenait naviguer délinquants, toxicomanes ou simples passionnés de la mer depuis 1968 avec les "Bel Espoir I" et II puis le "Rara Avis" à partir de 1973 Crédits : PHOTOPQR / OUEST FRANCE / Philippe Chérel - Maxppp

Archives INA 

  • La croisière du Bel Espoir par Jacques Borel (20.03.1972)
  • Rencontre avec .... par Patrice Galbeau (22.01.1976)
  • Recherche de notre temps d'Harold Portnoy (17.03.1965)

C’était un personnage impressionnant quand on est gamin, parce qu’il a d’abord une voix forte. Déjà, sur le "Bel Espoir", ici, quand on l’entendait faire ses manœuvres, c’était une voix tellement forte, tellement précise qu’il ne fallait pas broncher. Jacques Caraës, navigateur et directeur de course du Vendée Globe en 2016 et 2020

Bibliographie

L'Aber Wrac'h, à quelques kilomètres de Brest (Finistère, Bretagne), point de départ des promenades en mer.
L'Aber Wrac'h, à quelques kilomètres de Brest (Finistère, Bretagne), point de départ des promenades en mer. Crédits : Virginie Bloch-Lainé - Radio France

Pour aller plus loin

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Hommage au père Michel Jaouen, chevalier des mers. Dernières confidences du Père Jaouen, à lire sur le site catholique Aleteia (2016)
  • Le Bel Espoir fait (re)vivre, entretien avec Yves Loiselet, alias Zykton, directeur de l’association des Amis de jeudi dimanche, et neveu du père Jaouen. A lire dans Etudes marines (août 2018)
  • Jaouen et le Bel Espoir, reportage de Thalassa diffusé en février 2016
L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......