LE DIRECT
René Barjavel (1911-1985), le 22 novembre 1971

René Barjavel (1911-1985), le monde dans le pétrin

58 min
À retrouver dans l'émission

René Barjavel est né en 1911 à Nyons, dans la Drôme. Ses parents sont boulangers, ses grands-parents agriculteurs, mais il préfère les appeler “paysans”. Des racines rurales, manuelles, dont il s’arrache avec tristesse, lui qui part étudier à la ville et écrire à Paris.

René Barjavel (1911-1985), le 22 novembre 1971
René Barjavel (1911-1985), le 22 novembre 1971 Crédits : Photo de James Andanson/Sygma via Getty Images - Getty

2052, Parc de Versailles. 127 statues de 12 mètres de haut trônent dans les allées. La plus belle d’entre elle est l’Intelligence. Elle est faite de plastec caméléon, matière lui permettant de changer de couleur toute la journée. Le passant remarque par transparence un système digestif en action. Deux fois par jour, un fonctionnaire enfourne dans sa bouche 70 kg de pain et de viande. Et le soir venu, une équipe de garde est chargée de nettoyer les dessous de l’Intelligence. Dans Ravage (1943), la technologie est prodigieuse, son utilisation l’est moins.

Écouter
1 min
Archive INA : René Barjavel au micro de Jacques Chancel, dans "Radioscopie", sur France Inter, parle du travail (11 mars 1981)

Barjavel est un incontournable de la science-fiction française, même si, quand les éditions Denoël publient Ravage et Le Voyageur imprudent, en 1943 et 1944, le terme de science-fiction n’existe pas. Appelons alors ses ouvrages des romans d’anticipation ou, comme le sous-titre l’indique sur les éditions originales : romans extraordinaires. Chacun d’entre eux répond à une question, celle que se pose la science-fiction : Que se passerait-il si… ?. Que se passerait-il si l’électricité disparaissait ? Que se passerait-il si l’on tuait son ancêtre ? Que se passerait-il si l’on trouvait une civilisation sous la glace de l’Antarctique ? C’est que René Barjavel raisonne par induction.

Je suis un homme moyen, petit-fils de paysans, du côté de mon père aussi bien que du côté de ma mère, fils d’ouvrier, mon père était ouvrier-boulanger. Je suis donc la première génération qui ne travaille pas de ses mains. Et j’en souffre souvent, et beaucoup. Parce que le stylo est vraiment un objet incongru : c’est une fabrication artificielle, ça sert à faire des gribouillis sur du papier, ce n’est pas du travail. Ecrire des romans, parler à la radio, apparaître sur l’écran de la télévision, tout ça, au fond, c’est du vent et de la fumée. René Barjavel dans Radioscopie de Jacques Chancel, France Inter (1969)

Écouter
3 min
Archive INA : Dans "Les sentiers de l'humour", René Barjavel expose son programme politique à l'élection présidentielle au micro de Mina et André Guillois (France Culture, 21.06.1972)

Et dans tout ce qu’il imagine, ou presque, il y a un cataclysme, une apocalypse, une fin du monde… Et une nouvelle société qui, après avoir réussi à se frayer un chemin dans les cendres de l’ancienne, survit comme elle peut. Barjavel est peut-être un collapsologue avant l’heure. Et les mondes qu’il imagine sont de drôles d’utopies. Parce qu’elles sont régressives. C’est celle du retour à la terre, de la polygamie et du repeuplement du monde dans Ravage. Alors Barjavel serait-il réactionnaire ? Ou même collabo ? Ce procès colle à sa réputation, lui qui était si proche de Robert Denoël, dont la maison d’édition a collaboré avec les nazis, et lui qui a publié Ravage et Le Voyageur imprudent, entre autres, dans le journal collaborationniste et antisémite Je suis partout de Robert Brasillach. Mais Barjavel n’est pas un idéologue. Sa collaboration est opportuniste, voilà tout. 

"Le Voyageur imprudent" de René Barjavel dans l’édition de "Je suis partout" (24 septembre 1943)
"Le Voyageur imprudent" de René Barjavel dans l’édition de "Je suis partout" (24 septembre 1943) Crédits : Olivier Bex

Ses romans se terminent mal. Parce qu’il s’inspire du monde qu’il voit, et qu’il y voit la destruction du vivant. Il voit l’industrialisation à outrance, le travail qui disparaît et l’Homme qui se coupe de la nature. Et pourtant, contrairement à ce qu’il laisse penser, René Barjavel n’est pas un pessimiste… Parce qu’à chaque horreur qu’il imagine, à chaque monstruosité qu’il anticipe, il colle une pointe d’humour, un trait d’ironie, un peu de sarcasme. Et qu’il trouve toujours des raisons d’espérer. Parce que si le monde est dans le pétrin, il reste toujours du temps pour le pétrir. 

Paris, 16 novembre 1981. Eh bien, j’ai survécu, et le monde aussi.   
Frère tournez-vous à gauche, frère tournez-vous à droite, que voyez-vous ?   
Je ne vois que l’horizon qui flamboie et la bêtise qui poudroie. Les hommes sont gouvernés par des fous assis sur des barils de poudre et qui jouent avec des allumettes tout en se lançant au visage des colombes dont chaque plume est une lame. Un jour ça va saigner ! Un jour ça va sauter ! Frère voilà ce que je vois. Dois-je espérer quand même ?   
Dois-je continuer de faire ce qu’il faut pour vivre ?   
Oui, il faut continuer de vivre ! Bien sûr il faut espérer ! La vie est belle ! Et l’espérance est violente !   
Laissons-nous violenter par elle… Cela ne peut pas se terminer, sur la Terre, au moment d’aboutir, en un fiasco absurde. Journal d’un homme simple (Denoël, 1982. Première parution en 1951)

Couverture de l'ouvrage de René Barjavel
Couverture de l'ouvrage de René Barjavel Crédits : Denoël (1982)

Quand on lit ses romans, évidemment c'est inventé mais c'est aussi très décrit, comme un reportage. Le meilleur livre, qu'il faut lire si on veut avoir et garder une image aussi juste que possible de Barjavel, c'est son dernier livre "Demain le Paradis", la véritable histoire de l'homme va commencer, qui envoie valser toutes les idées qu'on peut avoir sur Barjavel anti-progrès, Barjavel réactionnaire. Pierre Creveuil, fondateur du Barjaweb, site qui documente la vie et l'œuvre de René Barjavel, et président de l’Association des Amis de René Barjavel.

Écouter
1 min
Archive INA : René Barjavel parle de "l'Homme contemporain qui s'est perdu" au micro de Jacques Chancel dans "Radioscopie" (France Inter, 11.03.1981)

Intervenants

  • Natacha Vas-Deyres, docteure en littérature française, enseignante et chercheuse associée à l’université Bordeaux Montaigne. 
  • Danielle Martinigol, autrice de science-fiction
  • Jean Barjavel, fils de René Barjavel
  • Pierre Creveuil, fondateur du Barjaweb, site qui documente la vie et l'œuvre de René Barjavel, et président de l’Association des Amis de René Barjavel.

Remerciements à Olivier Bex, Renée Barjavel et à Jean-Pierre Andrevon.

Archives INA : René Barjavel dans Radioscopie, de Jacques Chancel, sur France Inter  (02.06.1969)

Avec les voix de Cécile Arnaud pour les extraits de romans de René Barjavel, et Alain Rimoux, pour ses récits autobiographiques.

Il est incontournable. Il a fait partie des auteurs qui ont permis au genre de s'imposer dans le grand public. Je pense qu'il a considérablement contribué au fait que des gens, qui n'avaient jamais lu de science-fiction, ont découvert le genre grâce à ses livres. C'est sans aucun doute le plus grand mérite qu'on peut lui accorder. C'est d'avoir touché le grand public avec un genre qui, à l'époque, était encore assez spécialisé et qu'on considérait comme réservé à un public d'initiés. Danielle Martinigol

Un documentaire de Romain Weber, réalisé par Yvon Croizier. Archives INA, Anne Brulant. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France et Elna Fraysse, stagiaire.

Bibliographie sélective                                                        

  • Ces Français qui ont écrit demain, Utopie, anticipation et science-fiction au XXème siècle, Natacha Vas-Deyres (Honoré Champion, 2013) 
  • Les romans de René Barjavel : Ravage (Denoël, 1943) - Le Voyageur imprudent (Denoël, 1944) - Le Diable l’emporte (Denoël, 1948) - La nuit des temps (Presses de la Cité, 1968)
  • Les récits autobiographiques de René Barjavel : La charrette bleue, Denoël, 1980 ; Journal d’un homme simple (Denoël, 1982) 
  • Demain le Paradis. La véritable histoire de l'homme va commencer, René Barjavel (Denoël, 1986. Inachevé et édité de façon posthume)

Pour aller plus loin

L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......