LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La première brebis clonée Dolly, âgée de 8 mois, dans sa grange au Royaume-Uni le 25 février 1997

De la sélection des embryons au clonage

39 min

Quatrième volet de notre histoire de la biologie, consacré aux découvertes qui ont révolutionné le domaine de la génétique, de la première fécondation in vitro au clonage.

La première brebis clonée Dolly, âgée de 8 mois, dans sa grange au Royaume-Uni le 25 février 1997
La première brebis clonée Dolly, âgée de 8 mois, dans sa grange au Royaume-Uni le 25 février 1997 Crédits : Mathieu Polak/Sygma - Getty

Le 25 juillet 1978, Louise Brown voit le jour à Oldham, en Angleterre. La naissance de ce premier bébé éprouvette révolutionne le traitement de la stérilité humaine. Pour la première fois, on parvient en effet à obtenir chez une femme stérile la naissance d'un bébé à partir de la fécondation in vitro, c'est à dire en dehors des voies génitales maternelles, d'un ovocyte par un spermatozoïde.

Quatre ans plus tard, en 1982, l'équipe de Jacques Testart et René Frydman réitèrent avec Amandine l'exploit anglais de Robert Edwards et Patrick Steptoe. Dans les années 1990, la micro-injection de spermatozoïde dans les ovocytes devient le traitement de référence de stérilité masculine. Ces techniques de procréation médicalement assistée sont associées à celles de la génétique pour mettre au point le diagnostic préimplantatoire.

Avec la perspective d'obtenir des bébés-médicaments, et tandis que se développent les premières tentatives de thérapie génique, le monde entier apprend en 1997 l'existence de la brebis Dolly. Les biologistes peuvent désormais créer des mammifères par clonage. Une porte est ouverte sur l'application des mêmes techniques aux êtres humains.

Tous ces événements émeuvent une opinion publique partagée entre l'admiration des découvertes des biologistes et des progrès médicaux et les craintes de leurs conséquences. Jusqu'où iront ces scientifiques ? Qui interdira que l'on touche au génome humain d'abord pour corriger des anomalies, puis pour d'éventuelles améliorations ? Les nouveaux pouvoirs des biologistes vont-ils permettre de modifier l'évolution naturelle de l'homme, voire sa destinée ?

Pour évoquer les multiples questions philosophiques et éthiques que la biologie a soulevé dans le dernier quart du XXe siècle, nous retrouvons nos deux invités pour ce quatrième chapitre de Transmission. François Jacob, prix Nobel de médecine et physiologie en 1965, et Pierre Sonigo, directeur du Laboratoire de génétique des virus à l'Institut Cochin de Paris.

Intervenants
  • Docteur en médecine et en biologie, ancien directeur de recherches à l' Inserm, directeur du développement du laboratoire Bio-Rad
  • Consultant de NPA conseil.
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......