LE DIRECT
Chopin peint sur une toile de Maria Wodzińska de 1835
Épisode 4 :

Le siècle romantique et ses paradoxes / Deuxième partie : Pascal Boniface

28 min
À retrouver dans l'émission

Le musicologue Denis Morrier dresse cette semaine une brève histoire de la musique savante occidentale. Aujourd'hui, nous replongeons au siècle romantique : analyse des paradoxes d'une époque. 2ème partie : Léo Ferré avec Pascal Boniface.

Chopin peint sur une toile de Maria Wodzińska de 1835
Chopin peint sur une toile de Maria Wodzińska de 1835 Crédits : Wiki Commons

Première partie / Série : Brève histoire de la musique savante occidentale

Episode 4 : Le siècle romantique et ses paradoxes

Avec notre tête chercheuse : Denis Morrier
Musicologue, Denis Morrier enseigne à Montbéliard et au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Spécialiste de musique baroque, il est l’auteur d'ouvrages sur Monteverdi et de Carlo Gesualdo (Fayard-Mirare, 2003) et de Chroniques musiciennes d'une Europe baroque (Fayard, 2005).

La notion de « Romantisme », tout comme celles de Baroque et de Classicisme, n’est pas sans ambiguïté. Employée dès l’aube du XIXe siècle par des auteurs allemands comme E.T.A Hoffmann, elle ne désigne pas, à l’origine, les compositeurs de la « génération de 1810 », (Chopin, Liszt, Wagner, Berlioz) auxquels ce qualificatif est aujourd’hui associé. Il faut donc revenir aux fondements de ce « goût romantique », qui naît en Allemagne et en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle, avant de se développer et surtout se métamorphoser tout au long du siècle suivant.

Un concert à la mitraille au théâtre de Vienne (caricature de Berlioz)
Un concert à la mitraille au théâtre de Vienne (caricature de Berlioz) Crédits : Andreas Geiger, 1846 / BNF, bibliothèque-musée de l’Opéra

Deuxième partie / L'invité culturel :

Pascal Boniface pour son livre Léo Ferré toujours vivant aux éditions La Découverte.

Résumé de l'éditeur :
Il faudra réécrire l’histoire littéraire un peu différemment à cause de Léo Ferré », proclamait Aragon. Auteur-compositeur-interprète d’exception, souvent éclipsé dans la mémoire collective par un Brel ou un Brassens, Léo Ferré a pourtant écrit quelques-unes des plus belles chansons du répertoire français –Avec le temps, La mémoire et la mer pour les plus connues. Il est aussi celui qui a le plus, et le mieux, mis en musique les autres poètes français, de Baudelaire à Verlaine et Rimbaud, en passant par Apollinaire, Aragon, Rutebeuf et Villon.

Sa carrière se serait-elle limitée aux années 1950-1960, elle aurait suffi à faire oeuvre. Mais l’histoire de Léo Ferré ne s’arrête pas là : après 68, il renouvelle même son répertoire en se produisant avec des groupes de pop, puis dirige des orchestres symphoniques, faisant ainsi découvrir à un public jeune la musique classique. Le chanteur anarchiste connaît alors une véritable renaissance, incarnant beaucoup plus que d’autres l’esprit de la révolte des années 1970.

Le 24 août 2016, Léo Ferré aurait eu 100 ans. À l’occasion de cet anniversaire, Pascal Boniface souhaite ici redonner à l’auteur des Anarchistes et de C’est extra toute sa place dans l’histoire de la musique et de la poésie de son temps. Ce livre est aussi une réflexion sur la trajectoire personnelle et les engagements politiques de l’un des plus grands poètes français du XXe siècle.

Concert de Léo Ferré en soutien à Radio libertaire. 1991
Concert de Léo Ferré en soutien à Radio libertaire. 1991 Crédits : Wiki Commons

Bibliographie

Carlo Gesualdo

Carlo GesualdoDenis MorrierFayard / Mirare, 2003

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......