LE DIRECT
Danièle Heymann, au 64e Festival de Cannes, 2011.

Danièle Heymann : "J'ai le sentiment profond qu'il n'y a plus de critiques de cinéma"

28 min
À retrouver dans l'émission

Danièle Heymann est une figure historique de la critique de cinéma. Critique clé de l'émission "Le Masque et la Plume", sur France Inter, elle a également été membre du jury à Cannes en 1987. Elle se confie sur ses débuts en tant que journaliste et sa profession de critique cinéma.

Danièle Heymann, au 64e Festival de Cannes, 2011.
Danièle Heymann, au 64e Festival de Cannes, 2011. Crédits : Daniele Venturelli / Contributeur

Elle fut, par ailleurs, critique à L’Express, chef du service Culture au Monde et la secrétaire générale de la Cinémathèque française. Danièle Heymann nous relate ses débuts dans la critique et aborde ce que signifiait la critique de cinéma dans les années 1960 et 1970. 

J'ai tété le cinéma avec le lait paternel. Mon père était Claude Heymann, cinéaste. La première fois que je suis rentrée dans un studio de cinéma, c'était à 3 ans. Très tôt, j'ai fait l'école buissonnière pour aller au cinéma. Danièle Heymann

Dans les années 1950, elle débute sa carrière de journaliste à France-Soir, à l'âge de 20 ans. A l'époque, elle était chargée d'aller accueillir les célébrités qui faisaient la une du journal, et d'en rédiger la légende : 

J'allais les chercher à l'aéroport. J'étais terrorisée et émerveillée d'aller rencontrer Gary Cooper ou Sophia Loren. En général, j'écrivais ma légende avant de les rencontrer parce que je savais que je n'oserais pas leur adresser la parole. Danièle Heymann

Un jour, un critique cinéma de France-Soir, Robert Chazal, lui proposer d'écrire : 

J'ai commencé à écrire mes petites notules. Un jour, j'ai écrit une critique assez réservée sur une petite comédie avec Roger Pierre et Jean-Marc Thibault. Le lendemain, j'ai eu un coup de fil de mon mentor qui m'a dit "Ma pauvre chérie, ta carrière est finie à France-Soir. J'aurais dû te le dire, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault sont des amis de la maison. Danièle Heymann

Ce qui se passe aujourd'hui, avec les grands distributeurs qui commencent à refuser certaines projections à certains critiques... Il n'y a rien de nouveau sous le soleil ! Ce sont des enjeux financiers trop importants ! Danièle Heymann

À la fin des années 1950, Danièle Heymann devient chef de service des pages culture de L'Express

À l'époque, il y avait 5 personnes qui s'occupaient des pages cinéma, ce qui est beaucoup ! (...) En 1976, Gilles Jacob était critique à "L'Express, et il y a eu la sortie du film "Histoire d'O" de Just Jaeckin, avec en couverture et dénudée la jeune actrice du film. (...) Un jour, Gilles a expliqué à un collègue que le film n'était pas si extraordinaire que ça... Il a était obligé de quitter le journal. Il y avait un tel enjeu financier... Danièle Heymann

J'ai le sentiment profond qu'il n'y a plus de critiques, à cause des enjeux financiers... Il y a quelques jours, un attaché de presse m'a demandé de lui envoyer ma critique pour s'en servir pour ajouter quelques phrases du papier dans une publicité. Danièle Heymann

D.  Heymann
D. Heymann Crédits : Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......