LE DIRECT
Stalles du choeur de la cathédrale d'Amiens
Épisode 1 :

Le statut de la femme / Deuxième partie : Hélène Guénin

28 min
À retrouver dans l'émission

Cette semaine, en compagnie de Julie Pilorget, nous repoussons les idées éculées sur les femmes au Moyen-Âge. En 2ème partie d'émission : art et tremblements du monde avec la commissaire Hélène Guénin.

Stalles du choeur de la cathédrale d'Amiens
Stalles du choeur de la cathédrale d'Amiens Crédits : © Julie Pilorget

Première partie / Série : Les femmes au Moyen-Âge, loin des idées reçues

Episode 1 : Le statut de la femme

Avec notre tête chercheuse : Julie Pilorget

Agrégée d'histoire, Julie Pilorget est actuellement allocataire de recherche (ATER) à l'université Paris-Sorbonne au sein de laquelle elle réalise également une thèse sous la direction d'Elisabeth Crouzet-Pavan. Ses travaux portent sur la place des femmes en ville à la fin du Moyen Âge dans le nord de la France.
Membre de l'association des jeunes chercheurs médiévistes Questes, elle participe également activement aux activités de la SIEFAR (Société internationale d'étude des femmes dans l'Ancien Régime) ainsi qu'au groupe "Bobines et Parchemins" qui assure chaque année la tenue d'un festival de film médiéval mettant en relation histoire et cinéma, recherche et vulgarisation scientifique.

La 4ème édition du festival Bobines et Parchemins se tiendra du 16 au 26 mars à Paris. 
Retrouvez ici le programme du festival.

Publications:

  • « Comment meraleresse se doit contenir en ladite science. Le statut de sage-femme à Amiens à la fin du Moyen Âge », dans Dion Laetitia, Gargam Adeline, Grande Nathalie, Henneau Marie-Elisabeth (dir.), Enfanter. Discours, pratiques et représentations de l’accouchement dans la France d’Ancien Régime, actes du colloque international organisé par la SIEFAR le vendredi 31 janvier et le samedi 1er février 2014, Arras, Artois Presses Université, à paraitre en juin 2015.
  • « Foles femmes et larronesses. Figures de la délinquance féminine en Picardie à la fin du Moyen Âge », Revue de la Société des Antiquaires de Picardie, à paraître en 2016 
  • « L’émancipation par le travail », Historia, « Le Moyen Âge libère la femme », Spécial n°17 (mai-juin 2014), p. 22 et sq.
  • « La fin du Moyen Âge, un moment charnière pour l’histoire des femmes ? Les embarras de la périodisation », Finir le Moyen Âge. Questes, Bulletin des jeunes chercheurs médiévistes, bulletin n°33 (à paraître dans le courant de l'année 2016)
Stalles du choeur de la cathédrale d'Amiens
Stalles du choeur de la cathédrale d'Amiens Crédits : © Julie Pilorget
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Deuxième partie / L'invitée culturelle :

Hélène Guénin, commissaire d'exposition et directrice du MAMAC à Nice
pour l'exposition Sublimes : les tremblements du monde, au Centre Pompidou Metz jusqu'au 5 septembre 2016.

Frisson, sidération, « délicieuse horreur », autant de mots pour qualifier l’expérience du sublime – cette singulière sensation d’attraction mêlée d’effroi que nous éprouvons face aux déchaînements et à la puissance des éléments. Née au cœur du XVIIIe siècle, cette notion esthétique et philosophique offre le fil conducteur d’une relecture de l’histoire passionnelle et passionnée que l’humanité entretient avec la nature.
Rassemblant une centaine d’artistes, architectes et cinéastes internationaux, « Les tremblements du monde » propose un dialogue entre des œuvres anciennes et contemporaines explorant cet attrait ambivalent, persistant pour la « Nature trop loin » et les catastrophes.
À l’heure des bouleversements écologiques et des discours alarmistes, l’exposition évoque également deux mutations radicales de cette notion de sublime : celle d’un spectateur contemporain qui prend conscience de sa responsabilité partielle face aux dérèglements du monde, et celle de catastrophe même, devenue invisible sous les effets de notre activité. Enfin, l’exposition évoque l’apparition, depuis les années 1960, d’une relation renouvelée à la nature… Une aspiration au réenchantement, une quête de fusion, renouant avec une iconographie du sublime davantage contemplative.
Dans ce voyage oscillant entre une pensée du XVIIIe et une vision contemporaine, les interrogations esthétiques croisent les positions éthiques et les débats écologiques actuels. Le chemin en est scandé par les recherches d’artistes, vigiles et lucioles, qui éclairent l’histoire tumultueuse d’une passion ravageuse et ravagée entre une espèce occupante et son écosystème.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Trois dessins de Leonard de Vinci exposés au Centre Pompidou de Metz
Trois dessins de Leonard de Vinci exposés au Centre Pompidou de Metz Crédits : © Clément Lhuillier - Radio France

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......