LE DIRECT

La petite musique de tout le temps

54 min
À retrouver dans l'émission

Le dramaturge Fabrice Melquiot s’est inspiré de La petite musique de nuit de Mozart pour écrire un livret à destination du jeune public d’aujourd’hui. Un concert fiction exceptionnel, interprété par deux comédiens et les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France

Crédits : Murat Taner - Getty

Après le succès de La petite sirène , du Ring , de La mer  et du Lac des cygnes , La boîte à joujoux , Les saisons , France Culture a souhaité poursuivre l’aventure avec le programme jeune public de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, en coproduisant un nouveau concert alliant texte et musique et en passant commande d’un texte original inédit à Fabrice Melquiot. Celui-ci s’est inspiré de "La petite musique de nuit" de Mozart pour écrire à destination du jeune public d’aujourd’hui et en accord avec les choix du chef d’orchestre. 

Je n’avais pas vu Wolfgang depuis un bail. On s’était croisés à plusieurs reprises, dans des soirées. Il était toujours très entouré moi je restais sur le balcon, sans grand génie, j’étais sur le balcon quoi. Ecrire un texte pour Une petite musique de nuit , je me suis dit : c’est l’occasion de prendre des nouvelles. Voir ce qu’il devient, Wolfgang. Un jour, je me souviens, je lui ai dit : ce qui peut arriver de pire à un compositeur comme toi, c’est d’écrire un tube, pas vrai ? Il a détourné la tête, ne m’a rien répondu. Je me souviens qu’à ce moment-là, ça m’avait un peu vexé. Prescription. Ici, j’ai écrit le malentendu sur lequel repose tout succès et j’ai déclaré l’amour violent que je porte à la musique, bien que n’en maîtrisant pas le langage. Les formes brèves invitent à l’ambition la plus grande : j’ai donc enfermé dans ma Petite musique de tout le temps  une histoire d’amour à mi-chemin entre Hollywood et Robert Bresson, un jeu de pistes façon Indiana Jones et le temple maudit , un condensé de biographie mozartienne ad hoc et un récit d’aventures dont vous êtes le héros. J’aurais aimé finir le texte par le mot « mayonnaise », en hommage à Richard Brautigan. Mais Damoclès m’a dit : pas question, alors j’ai fini sur le mot « Epées ». J’espère que Wolfgang ne m’en tiendra pas rigueur et qu’il ne se rendra pas trop compte de l’admiration que je lui porte. Vive les enfants, pour l’éternité des enfants. Fabrice Melquiot

Musiques

  • Sérenade n°13 en sol majeur « une petite musique de nuit » K. 525
  • Divertimento pour cordes en ré majeur K 125 A de Wolfgang Amadeus Mozart  interprétées par l'Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction d'Amaury Coeytaux

Récitants : Léopoldine Hummel  et Grégory Gadebois

Ce concert a été enregistré en public à la salle Pleyel les 4 et 5 avril 2014

Fabrice Melquiot  est dramaturge et metteur en scène. Il est l’auteur d’une quarantaine de pièces de théâtre, publiées à L’Arche et L’école des Loisirs.

  • Réalisation Marguerite Gateau
  • Conseillère littéraire Caroline Ouazana
  • Equipe de réalisation : Daniel Zalay, Cyril Bécue, Patrick Muller, Christophe Goudin, Stéphane Poitevin, Gabriel Fadavi, Mathieu Leroux. Assistante à la réalisation Clémence Bucher
Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......