LE DIRECT

Plus de saisons, de Nancy Huston

58 min
À retrouver dans l'émission

La romancière Nancy Huston s’est inspirée des Quatre saisons de Vivaldi et des Quatre saisons de Buenos Aires d'A. Piazzolla pour écrire un livret à destination du jeune public d’aujourd’hui. Un concert fiction exceptionnel, interprété par les musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Radio France

Crédits : Yoshiyoshi Hirokawa - Getty

Après le succès de La petite sirène, du Ring, de La mer, du Lac des cygnes, La boîte à joujoux , France Culture poursuit l’aventure avec le programme jeune public de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, avec ce nouveau concert alliant texte et musique pour lequel elle a passé commande d’un texte original inédit à Nancy Huston. 

« Plus de saisons s'entend comme un conte contemporain, plein d'humour mais grave, sur l'enfance moderne, sur la solitude et l'ouverture au monde. Votre Aurore est une Belle au bois dormant moderne qui vit dans une cité et se réfugie dans ses rêves. On sourit parce que vous prenez à rebrousse-poil les clichés du conte : la princesse s'ennuie, elle s'empiffre de Nutella, comme Raiponce -- ou comme la Mélisande de Debussy, elle «laisse descendre ses cheveux tout le long de la tour». Mais le fond du propos est violent : grandir, pour une enfant d'aujourd'hui, c'est renoncer au rêve ? Briser le miroir en y jetant un sécateur ? Nancy Huston

Laeticia Le Guay : Comment avez-vous fait le pont entre deux oeuvres, celle de Vivaldi et celle de Piazzolla, que plus de trois siècles séparent ?

Nancy Huston  : Je tenais à préserver une tension entre Violine et Aurélie, les héroïnes médiévale et contemporaine, qui correspondent aux musiques ancienne et moderne. Il ne fallait ni idéaliser le passé, être dans la nostalgie, l'idée d'un âge d'or révolu, ni, à l'inverse, se dire qu'à l'époque moderne tout va bien, qu'on a résolu tous les problèmes et guéri toutes les injustices. À force de faire l'aller-retour entre ces deux univers, on s'aperçoit que chacun a ses dièses et ses bémols ! En fait bien sûr, Violine est un rêve ou un fantasme d'Aurélie, grâce auquel elle s'échappe du quotidien banal, mais les deux fillettes se ressemblent de plus en plus à mesure qu'on avance dans l'histoire : on se rend compte que Violine n'a pas vraiment de frères et soeurs ; que son père a beau être le roi, il est moins présent, moins attentif et sympathique que la mère d'Aurélie, et ainsi de suite.

Laeticia Le Guay : Votre texte est intitulé Plus de saisons. Comment entendre ce "plus" ?

Nancy Huston  : Pour ma part, je l'entends sans ambiguïté au négatif (les saisons disparaissent), et non à l'augmentatif (il y en a de plus en plus). Je l'entends comme ces gens qui disent en soupirant : «Ah là là ! on ne sait pas comment s'habiller, il n'y a plus de saison !» Les avantages de la modernité sur le plan politique - l'éducation des filles, notamment ! - s'accompagnent de graves inconvénients sur le plan écologique. En raison de la manière agressive dont l'homme s'est mis à exploiter les richesses de la Terre, de nombreuses espèces sont en voie de disparition, le climat se réchauffe, on a introduit dans notre environnement un déséquilibre dangereux. Sans vouloir leur faire peur (!), j'ai pensé que les enfants même petits pouvaient capter la gravité de cette situation et l'importance d'agir pour préserver la planète ! »

Née à Calgary au Canada, Nancy Huston  vit aujourd’hui à Paris. Elle est l’auteur de nombreux romans et essais publiés chez Actes Sud et chez Leméac, parmi lesquels *Les variations Goldberg * (son premier roman en 1981), Instruments des ténèbres  (1996 ; prix Goncourt des lycéens et prix du Livre Inter), L’Empreinte de l’ange  (1998 ; grand prix des Lectrices de Elle), Lignes de faille  (2006 prix Femina), Infrarouge  (2010), Reflets dans un œil d’homme  (2012) et Danse noire  (2013).

Musiques

  • Antonio Vivaldi, Les Quatre saisons
  • Astor Piazzolla, Les quatre saisons de Buenos Aires, orchestration Ludovic Michel

Equipe

  • Réalisation Marguerite Gateau
  • Conseillère littéraire Caroline Ouazana
  • Orchestre Philharmonique de Radio France, violon et direction, Svetlin Roussev
  • Clavecin : Patrick Ayrton
  • Equipe de réalisation: Arnaud Moral, Yves Baudry, Yann Fressy, Gilles Maney, Hervé Dubreuil, Pierre Willer, Mathieu Leroux. Assistante à la réalisation Clémence Bucher

Ce concert a été enregistré en public à la salle Pleyel les 7 et 8 mars 2014

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......